“J’en suis paralysée” : quand l’anxiété due aux problèmes de peau est réelle

Photographed by Meg O'Donnell
Les problèmes de peau et l'anxiété vont souvent de pair. L'anxiété est un état de santé mentale qui touche un grand nombre d'entre nous. C'est un sentiment de danger imminent ou de panique, qui se manifeste souvent par un essoufflement, une accélération du rythme cardiaque, des insomnies et l'incapacité de se concentrer sur autre chose que l'inquiétude actuelle. Le fait de se sentir mal dans sa peau peut facilement déclencher ce genre de réactions qui, si elles ne sont pas maîtrisées, peuvent devenir incontrôlables. Si nous avons tendance à nous concentrer sur l'aspect physique des problèmes de peau, les répercussions émotionnelles, comme l'anxiété, sont tout aussi problématiques - et souvent même plus débilitantes.
Publicité
J'ai eu de l'acné terrible sur le dos tout au long de mon adolescence, qui est revenue plus tard à l'âge adulte. Mon dos était soudain couvert de gros kystes rouges, certains de la taille d'une balle de golf. Les gens me disaient que j'étais "chanceuse" que ça ne se soit pas propagé sur mon visage, mais j'avais l'impression de cacher un lourd secret. Il était difficile d'avoir de nouvelles relations vu que je ne voulais pas me déshabiller devant quelqu'un. J'ai même cessé d'aller à mes cours de gym habituels après avoir surpris une femme en train de fixer mon dos dans les vestiaires. La situation s'est finalement améliorée, mais il m'arrive encore de scruter mon dos dans le miroir de la salle de bains, terrifiée à l'idée que l'acné revienne.
L'anxiété due aux problèmes de peau peut toucher à peu près tout le monde, y compris Jacqueline Kilikita, éditrice beauté chez R29. "J'ai de l'acné hormonale depuis l'âge de 11 ans, mais elle ne m'a rendue anxieuse que récemment", explique-t-elle. "Comme je travaille dans le domaine de la beauté, je redoute souvent que les experts de la peau ou les maquilleurs que je rencontre jugent mes taches et mes cicatrices ou essaient de me donner des conseils, alors que j'ai essayé un tas de choses, y compris des médicaments". Ça a même eu un impact sur sa vie professionnelle. "J'ai annulé des événements et des réunions parce que l'idée que des gens me voient un jour où ma peau est désastreuse est souvent synonyme de panique et de crainte. En réalité, la majorité des gens ne disent rien, mais j'ai du mal à ne pas ressentir ces émotions. Après tout, le lien entre la peau et la santé mentale est très réel".
Publicité
Pour certain·es, il peut s'agir d'un cercle vicieux. Lauren MacAskill, en charge des relations publiques, s'est retrouvée avec une affection appelée eczéma pompholyx (aussi appelé deshydrose) : des cloques qui apparaissent sur les mains et les pieds. "Je ne pouvais pas dormir parce que ma peau était en feu, je m'allongeais en larmes dans mon lit", se souvient-elle. "je savais que c'était le fruit du stress, et cela m'a créé un stress supplémentaire sur la façon dont cela m'affectait". Lorsque Lucy Arnold, entrepreneuse de fitness, a commencé à souffrir d'acné à l'âge adulte, son anxiété était telle qu'elle ne pouvait pas quitter la maison - elle a même manqué le mariage d'une amie. Bien qu'elle ait remporté des prix pour sa marque de vêtements de sport Lucy Locket Loves, elle a fui les cérémonies et n'a reçu aucun de ses prix en personne. "Dans le domaine du fitness, il y a beaucoup de pression pour avoir l'air parfait", avoue-t-elle. "Je me maquillais tout le temps, même pour m'entraîner. Certains clients me demandaient si ma peau était douloureuse, mais d'autres étaient moins polis. Une femme m'a demandé comment je vivais avec une peau comme la mienne".
Pour la chef Priscilla Casey, qui souffre de rosacée, son anxiété provient de l'état de sa peau qui peut s'aggraver à tout moment. "Les gens peuvent penser que je rougis et me dire que c'est 'mignon', sans se rendre compte que je suis au début d'une poussée de rosacée et que je ressens des picotements douloureux", explique-t-elle. Comme Lauren, Priscilla a également dû faire face à des troubles du sommeil. "Je faisais souvent des cauchemars, surtout lorsque j'avais un événement important à venir. J'ai peur d'avoir une grave crise, comme cela s'est produit à plusieurs reprises par le passé".
Publicité
Une recherche rapide sur Reddit montre combien la vie amoureuse de nombreuses personnes a été affectée par des angoisses dues à des problèmes de peau. Un utilisateur a écrit : "Je n'ai jamais eu de [petite amie]. Je pense que la principale raison de mon anxiété sociale est ma vilaine peau". Une autre dit : "Je suis tellement paralysée par la haine que j'éprouve pour ma peau que je suis maintenant une femme de 29 ans qui n'a jamais eu de date, qui n'a jamais été embrassée, qui refuse d'entretenir l'espoir de trouver quelqu'un qui pourrait être réellement attiré par moi une fois que cette personne m'a bien regardé de près".
Malgré l'anxiété due aux problèmes de peau, il n'est pas toujours facile de trouver un traitement. Amy How, activiste de la skin positivity, a estimé que son anxiété était moins urgente lorsqu'elle s'est faite soigner par le NHS (système de santé publique au Royaume-Uni) pour une acné sévère. "Je passais des heures à analyser de façon obsessionnelle ma peau dans le miroir, à la recouvrir de maquillage encore et encore", se souvient-elle. "J'étais vraiment dans une mauvaise passe." Pourtant, les médecins qu'elle voyait s'occupaient surtout de traiter l'acné en soi et ne remarquaient pas son anxiété croissante. "J'ai demandé à voir un dermatologue qui pourrait mieux comprendre ce que je vivais, mais mon médecin m'en a dissuadée en disant : "Ils vont juste vous mettre sous Roaccutane [médicament contre l'acné] - c'est tout ce qu'ils feront".
Beaucoup ont le sentiment que la gravité de l'anxiété liée aux problèmes de peau est négligée. Une étude récente de la British Skin Foundation a révélé que neuf dermatologues sur dix s'accordent à dire que les effets psychologiques des affections cutanées ne sont pas suffisamment pris au sérieux. "Cette enquête montre que les dermatologues reconnaissent que certains patients éprouvent une détresse psychologique liée à leur état de peau", commente le professeur Andrew Thompson, psychologue clinicien, sur le site de la fondation. "Elle indique également que si la dermatologie fait de grands progrès dans le traitement des aspects médicaux des maladies de la peau, peut-être n'en fait-on pas assez pour traiter les effets psychologiques qui les accompagnent. Il est clair que nous avons besoin de plus de recherche pour développer des traitements psychologiques efficaces ou un soutien pour les enfants et les adultes vivant avec des problèmes de peau".
Publicité
Heureusement, le vent tourne lentement, plusieurs dermatologues traitant les problèmes de peau dans le contexte plus large de la santé mentale. Le Dr Alia Ahmed, porte-parole de la British Skin Foundation, est l'une d'entre eux. "Un psychodermatologue est un médecin qualifié en dermatologie, qui peut également gérer des problèmes de santé mentale", explique-t-elle. "En psychodermatologie, nous ne traitons pas seulement l'état de la peau, mais aussi son impact psychologique. Par exemple, une personne souffrant d'acné peut se sentir anxieuse d'être dans un environnement social à cause de sa peau. Donc, en plus de traiter leur acné, je vais discuter des techniques qu'ils peuvent utiliser pour surmonter ces émotions", ajoute-t-elle. "Votre médecin généraliste ou votre dermatologue peut vous orienter vers la clinique de psychodermatologie la plus proche, mais celle-ci peut se trouver en dehors de votre région", poursuit le Dr Ahmed.
En tant que patient, il est également important de parler de son anxiété liée à la peau. "Il est utile de discuter avec votre médecin généraliste ou votre dermatologue de la façon dont vous vous sentez afin que ces problèmes puissent être reconnus à temps. Tous les symptômes de la dépression ne nécessitent pas de médicaments ; les thérapies par la parole peuvent également aider. Votre médecin généraliste peut vous orienter vers des spécialistes, ou vous pouvez aussi vous adresser directement à eux par vous-même".
De nombreuses personnes ont tendance à mettre leurs problèmes d'anxiété de côté jusqu'à ce que leur peau retrouve son apparence initiale, mais est-ce la meilleure façon de procéder ? "Tout dépend de la raison pour laquelle l'anxiété est présente au départ", explique le Dr Ahmed. "Retarder la prise en charge des problèmes de santé mentale n'est pas idéal, car ils peuvent faire partie du problème de peau et avoir un effet négatif sur les résultats du traitement. La meilleure façon de progresser est de traiter à la fois les problèmes de peau et les problèmes d'ordre psychologique".
Publicité
Caroline Sims, experte de la peau et PDG de Botanycl est d'accord. Son acné sévère l'a poussée à rechercher des remèdes à base de plantes, mais bien que son acné se soit résorbée, l'anxiété n'a pas disparu. "J'ai lutté contre l'anxiété pendant des années et des années, en particulier après une relation passée difficile, où j'ai subi beaucoup d'intimidation en ce qui concerne mon apparence. Cela a eu un impact énorme sur ma confiance en moi. Donc quand j'ai développé de l'acné, ça s'est juste aggravé". Pour Caroline, la meilleure approche était de traiter les deux en même temps. "Si vous vous concentrez uniquement sur votre peau, vous ne savez pas si l'anxiété peut passer à un autre problème. J'ai dû m'attaquer aux symptômes de dysmorphie corporelle qui découlaient de cette relation abusive et j'ai trouvé que les TCC (Thérapies Comportementales et Cognitives) m'avaient vraiment aidées. Maintenant, je bénéficie de conseils hebdomadaires pour m'aider à surmonter l'anxiété en général".
Les thérapies alternatives ou holistiques constituent également une option. La visagiste primée Vaishaly Patel propose des traitements de type holistiques aux clients souffrant d'anxiété sous-jacente. "Je propose des séances de craniosacral, qui est un traitement très puissant qui rééquilibre le corps émotionnellement et physiquement", me dit-elle. "Cela aide vraiment à libérer les blocages mentaux et émotionnels. On ne peut pas se contenter de traiter l'état de la peau. Vous devez traiter l'anxiété qui en est la cause première".
Dans le cas d'Amy, les grands changements tels qu'un nouvel emploi et des modifications du style de vie ont vraiment aidé, mais les réseaux sociaux ont également été un outil puissant. "J'ai commencé à suivre des personnes sur Instagram qui avaient les mêmes difficultés que moi. Voir des gens traverser une situation similaire m'a fait comprendre que c'est normal et que je suis normal. Cela m'a appris combien il est important d'être bienveillant envers soi-même. À l'époque, je ne l'étais vraiment pas".

More from Skin Care