Le lien dangereux entre l’acné & les troubles de l’alimentation

photo par Ana Larruy
Le Dr Anjali Mahto est dermatologue consultante et auteure de The Skincare Bible : Your No-Nonsense Guide To Great Skin.
Je vois des patient·e·s souffrant de problèmes de peau depuis plus de dix ans et l'acné est l'un de mes principaux domaines de compétence. Au cours des dernières années, j'ai fait des observations préoccupantes. Avec l'essor du "bien-être" et de l'obstination dont celui-ci fait preuve, je m'inquiète de plus en plus de la façon dont cela affecte notre relation avec la nourriture dans le contexte de la gestion des problèmes de peau.
Permettez-moi de vous donner un peu plus de contexte. Je suis consciente que je vois dans mes cliniques privées un certain groupe de patient·e·s. Beaucoup de ces personnes souffrent d'acné depuis longtemps, la plupart sont des femmes et proviennent d'un milieu aisé. Comme beaucoup d'entre nous, ce sont des femmes intelligentes et cultivées qui se soucient non seulement de la santé de leur peau, mais aussi de leur santé en général. Lorsque beaucoup d'entre elles viennent me voir pour leur acné, elles ont déjà épuisé de nombreuses voies de traitement. Elles ont notamment modifié leur routine de soins de la peau - après avoir souvent dépensé des milliers d'euros pour trouver le bon produit - et modifié leur alimentation, souvent sans grand succès.
Publicité
C'est une tendance que je trouve difficile à ignorer. Ces personnes me racontent directement comment elles éliminent les produits laitiers, le gluten et le sucre pour tenter de faire disparaître leurs boutons. Nombre d'entre elles restreignent activement leur alimentation, au point de devenir, à mes yeux, une obsession malsaine. Elles se trouvent des excuses pour ne pas aller dîner avec des ami·e·s, refusent de manger une part du gâteau d'anniversaire préparé avec amour par un membre de la famille, sautent des repas lorsqu'elles sortent car il n'y a pas de café "sain" qui puisse fournir une nourriture "acceptable" ou "autorisée". Je ne suis pas seulement confrontée à l'acné elle-même, mais aussi à une peur très réelle de certains aliments.
Mais regardons les faits. Quelle est la relation entre l'acné et le l'alimentation ? Ce lien fait l'objet de discussions depuis des décennies et reste controversé. Il est difficile de réaliser des études diététiques de bonne qualité et beaucoup d'entre elles reposent sur la mémoire des gens quant à ce qu'ils ont mangé par le passé. Pouvez-vous vous rappeler avec précision ce que vous avez mangé la semaine dernière, sans parler d'il y a dix ans ? Ce que nous savons, c'est qu'il existe une relation croissante entre le développement de l'acné et les aliments ayant un indice glycémique (IG) élevé, de sorte que le sucre a peut-être un rôle à jouer. La façon dont je traduirais cela, cependant, n'est pas de supprimer complètement le sucre mais de faire attention à sa consommation. Ce n'est pas seulement bon pour votre peau, mais aussi pour votre santé générale.
Publicité

Le fait d'attribuer le problème à l'alimentation est trop simpliste et ne tient pas compte de la nature multifactorielle de l'acné.

Le lien avec les produits laitiers est en fait beaucoup plus faible, mais ils peuvent jouer un rôle dans le développement de l'acné chez un petit groupe de personnes, mais pas chez tout le monde ! Pour des raisons qui ne sont pas entièrement comprises, les produits laitiers à faible teneur en matières grasses semblent être pires que ceux à teneur élevée en matières grasses. Mais aucune directive sur l'acné ne recommande de supprimer les produits laitiers pour le traitement de celle-ci. Il y a beaucoup de personnes que je vois suivre une alimentation végane et qui ont quand même des boutons. De même, j'ai beaucoup de patient·e·s qui ont supprimé des groupes d'aliments entiers mais dont les boutons persistent. Le fait d'attribuer le problème à l'alimentation est trop simpliste et ne tient pas compte de la nature multifactorielle de l'acné, qui comprend des variations hormonales et génétiques.
En plus des restrictions alimentaires qui sont déjà un gros problème, la deuxième chose que je ne peux ignorer est le "food shaming". Il s'agit de personnes qui pensent qu'il est socialement acceptable de donner des conseils non sollicités ou de juger les habitudes alimentaires d'une personne, en la rendant responsable de sa maladie de peau. Je peux en parler en connaissance de cause, car cela m'est arrivé. L'inconnu·e dans la rue qui vous dit que vous avez de l'acné parce que vous mangez de la glace par une chaude journée d'été. Le parent inquiet qui vous dit de poser le chocolat car il est évident qu'il vous donne des boutons. Le troll sur les réseaux sociaux qui vous dit qu'il n'est pas étonnant que vous ayez une peau à imperfections parce que vous avez posté une photo d'une part de pizza.
Publicité
Nous vivons dans un monde surchargé d'informations. Tout le monde peut s'exprimer et disposer d'une plateforme, et les réseaux sociaux nous permettent d'atteindre un public plus large, ce qui n'aurait pas été possible il y a 20 ans. Mais est-ce une bonne chose ? Comment faire le tri entre les voix scientifiquement crédibles et les charlatans ? Si vous vous sentez désespéré·e à cause de vos boutons et que votre estime de soi est au plus bas, il est tout à fait compréhensible que vous vous tourniez vers Internet pour obtenir des conseils. Le problème, c'est que tous les conseils ne se valent pas et qu'il existe de nombreuses informations contradictoires, provenant parfois même des professionnel·le·s de santé. Et ce n'est pas parce que quelque chose fonctionne pour une personne que cela fonctionnera pour vous. Nous avons tou·s·tes un ADN, un environnement et un microbiome intestinal et cutané qui nous sont propres.
L'acné est déjà liée à un certain nombre de problèmes de santé mentale tels que l'anxiété, la dépression, l'isolement social et une mauvaise image corporelle. Il est inquiétant de dire à des personnes déjà vulnérables aux problèmes de santé mentale de restreindre leur alimentation, mais cela se produit partout sur les réseaux sociaux, où des blogueu·r·se·s, des naturopathes et des spécialistes de la médecine fonctionnelle promettent de s'attaquer à la "racine du problème".
Personne ne nie qu'une bonne alimentation est importante pour votre peau. L'alimentation joue de multiples rôles dans la santé et les maladies de la peau. Mais ce n'est pas la même chose que de faire en sorte que les gens se sentent mal à propos de leurs choix alimentaires en offrant des conseils non sollicités qui ne sont pas ancrés dans la science. Cela crée une culture du blâme injuste, critiquant des personnes qui sont déjà en difficulté. Des patient·e·s m'avouent que des commentaires de ce genre affectent leur santé mentale ou créent des troubles du comportement alimentaire. Nombre de ces personnes s'inquiètent beaucoup plus de ce qu'elles mangent ou réfléchissent à deux fois avant de manger cet aliment sucré en public. Des ami·e·s qui travaillent dans le domaine de la nutrition et de la psychologie m'affirment que je ne suis pas seule et qu'elles et ils constatent la même chose dans leurs cliniques.
Quelle est donc la solution ? Eh bien, si vous souffrez d'acné et que cela vous affecte, il est important de consulter un médecin. De même, si vous remarquez qu'un·e de vos proches se méfie de la nourriture à cause de ses boutons, encouragez la personne à en parler à quelqu'un. Soyez franc·he avec votre médecin ou votre dermatologue au sujet de vos préoccupations concernant l'alimentation. Il peut être très utile de travailler avec une équipe de personnes, comme un·e diététicien·ne et un·e psychologue, tout en suivant un traitement de la peau. Les aliments ne sont pas forcément "bons" ou "mauvais" - les étiquettes sont trop binaires. Manger sainement pour sa peau est une question d'habitudes alimentaires durables, et pas seulement de ce paquet de bonbons que vous avez mangé aujourd'hui.

More from Beauty