La cyclothymie est bien plus qu’un trouble bipolaire “léger”

Illustration par Assa Ariyoshi
"Le changement est assez déconcertant. Je pourrais continuer à vivre normalement au travail ou à la maison, quand soudain, une petite chose changerait radicalement mon humeur".
Shannon Vanderstreaten, 23 ans, soupçonne qu'elle souffre de cyclothymie, une forme de trouble bipolaire. Les "troubles cyclothymiques toucheraient 3 à 6 % de la population française", selon passeport santé. Shannon ne connaît pas les hauts maniaques et les bas dépressifs extrêmes qu'elle reconnaît à la manie dépressive de sa propre mère (sa mère préfère ce terme à bipolaire), mais elle décrit l'expérience de sentir "un switch dans mon cerveau".
"Je sens que mon humeur est encore cyclique et peut changer assez violemment, c'est pourquoi je pense que le trouble cyclothymique décrit le mieux ce que je pourrais ressentir".
Publicité
La cyclothymie est un trouble de l'humeur qui fait partie du spectre des troubles bipolaires. Selon Molly, responsable du soutien entre pairs chez Bipolar UK, ce trouble est appelé couramment "bipolaire léger", bien que l'association tente d'éviter cette terminologie. "Lorsque nous parlons aux gens, nous essayons vraiment de souligner que même si ces symptômes sont cliniquement légers, cela ne les rend pas moins pénibles pour la personne qui les ressent". Il est important de comprendre cela non seulement pour que les gens prennent leur propre condition au sérieux, mais aussi pour qu'ils puissent reconnaître quand ils ont besoin d'aide.
Dans un contexte clinique, "léger" signifie que l'humeur passe d'une humeur élevée à une humeur moyenne ou normale (appelée état euthymique) à une humeur basse, qui est très similaire à la bipolarité. Contrairement aux troubles bipolaires, les humeurs ne sont pas cliniquement assez graves pour entrer dans la catégorie des manies ou des dépressions majeures. La manie est remplacée par une hypomanie moins intense et la dépression n'est pas si grave au point d'affecter la capacité de fonctionnement de la personne.
"Les personnes atteintes de cyclothymie peuvent encore être capables de maintenir certaines des tâches qu'elles avaient auparavant", dit Molly, "des choses comme le travail, les relations, etc. mais elles seront toujours affectées par ces changements d'humeur". Parfois, chez certaines personnes, la cyclothymie peut être un précurseur de trouble bipolaire ; d'autres personnes conservent un léger niveau de symptômes tout au long de leur vie.
Il est important de noter que si les hauts et les bas ne sont pas aussi extrêmes qu'ils peuvent l'être dans un trouble bipolaire, vivre avec une cyclothymie reste différent de ce que les personnes sans trouble de l'humeur comprennent comme des "sautes d'humeur". Les gens ressentent un large éventail d'émotions tout au long de leur vie, mais se sentir triste pendant quelques jours si quelque chose de désagréable se produit au travail n'est pas une forme de dépression clinique, tout comme le fait d'être enthousiaste pour une bonne nouvelle pendant une semaine ne signifie pas que vous êtes hypomaniaque. La principale différence réside dans l'impact et la durée de ces changements d'humeur. "Lorsque les cliniciens cherchent à établir un diagnostic, ils examinent souvent la durée de ces humeurs", explique Molly. En particulier, ils cherchent à savoir si les humeurs basses ou hautes se maintiennent sur une longue période, et dans quelle mesure elles ont un impact sur la capacité de fonctionnement d'une personne. Dans le cas de la cyclothymie, ils examinent également la stabilité de la personne : l'un des critères de diagnostic de la cyclothymie est que vous n'êtes pas stable pendant plus de deux mois consécutifs.
Publicité
Shannon n'a pas encore de diagnostic officiel, mais elle a commencé à surveiller ses humeurs afin de pouvoir, lorsqu'elle se présentera pour un diagnostic, avoir des preuves solides de ce qu'elle pense être en train de se passer. Cependant, elle se montre un peu réticente à l'idée de se faire soigner.
"J'ai récemment eu une de mes périodes les plus extrêmes de changement d'humeur qui m'a fait réaliser que je devrais probablement parler à quelqu'un, mais je continue à faire un blocage mental en allant chez le médecin. Cela ne me ressemble pas du tout ; je vais chez le médecin pour la plupart des choses physiques, et j'ai consulté deux fois pour des problèmes émotionnels, mais je ne vois pas ce qu'ils pourront faire pour moi avec ça". La réticence de Shannon est encore plus difficile à surmonter, car, comme elle le dit, "il y a aussi une partie de moi qui ne veut pas chercher de diagnostic ou de traitement, parce que les sentiments maniaques peuvent être assez agréables et fun". Malgré cela, elle surveille ses humeurs depuis trois mois et continuera à le faire. Bien qu'elle apprécie les hauts, elle s'inquiète des bas. "Je ne veux pas ressentir ces rages pour de petites choses, et je crains de montrer un comportement abusif envers mon petit ami lorsque le changement se produira".
Si vous craignez que vous ou quelqu'un de votre entourage ne souffriez de cyclothymie, Molly dit qu'il y a toute une série de choses à surveiller, le style de vie étant particulièrement important. "Pour beaucoup de gens, les changements de mode de vie peuvent être un grand déclencheur de l'évolution de leur santé mentale. Il est donc important d'examiner comment vous pouvez gérer le stress et vos habitudes de sommeil". Différentes formes de stress auront également un impact différent : le stress lié au bien-être d'un membre de la famille, ou les conséquences d'un deuil, auront un impact différent de celui du stress professionnel. Certaines personnes ont une prédisposition génétique aux problèmes de santé mentale liés à la consommation de drogues illicites, de sorte que celles qui prennent beaucoup de stimulants ou qui fument beaucoup d'herbe peuvent être plus susceptibles de développer des symptômes.
Publicité

Je ne veux pas ressentir ces rages pour de petites choses, et je crains de montrer un comportement abusif envers mon petit ami lorsque le changement se produira.

Shannon, 23 ans
Molly ajoute qu'avoir un enfant peut également avoir un impact considérable. "On ne sait pas vraiment pourquoi, mais certaines personnes peuvent avoir leur premier épisode de ce qu'ils appellent une psychose post-partum ou un changement d'humeur en relation avec les changements hormonaux qui se produisent après l'accouchement. Donc si vous essayez d'avoir un bébé, si vous êtes enceinte ou si vous avez récemment accouché, il est vraiment important que vous partagiez vos expériences si vous commencez à remarquer des changements d'humeur, même si vous pensez que c'est peut-être juste hormonal (c'est une chose assez courante dont nous parlons aux gens)".
Grâce à une combinaison de médicaments, de thérapies et d'une forme de soutien supplémentaire comme l'autogestion ou la psychoéducation, la cyclothymie peut être gérée complètement. Molly ne tarde pas à mettre en garde contre l'autodiagnostic ou la tentative d'automédication, même si vous attendez d'être orienté·e vers un·e spécialiste.
"La raison pour laquelle nous ne recommandons pas l'autodiagnostic est que la santé mentale est si complexe. Dans l'éventail des troubles qui semblent être des troubles bipolaires pour un œil non averti, il peut y avoir d'autres facteurs : un trouble de la personnalité, un trouble dépressif majeur, certains troubles anxieux et de paniques peuvent ressembler un peu à un trouble bipolaire. Il y a aussi des conditions de santé physique qui peuvent ressembler à un trouble bipolaire, c'est pourquoi nous encourageons les gens à obtenir des conseils cliniques". Elle conseille plutôt de prendre un rendez-vous avec un spécialiste, de surveiller votre humeur afin d'avoir un point de repère lorsque vous consultez votre médecin traitant et d'examiner les options d'autogestion que vous pouvez envisager. "Ne pas prendre de mesures extrêmes, mais chercher des moyens de vous gérer en toute sécurité : des choses comme surveiller votre humeur, reconnaître vos éléments déclencheurs, participer à des activités qui aident à la relaxation et au sommeil, éviter le stress, toutes ces choses peuvent être des moyens utiles pour gérer temporairement votre humeur en attendant d'avoir un rendez-vous avec un spécialiste".

More from Mind