Comment soutenir ses parents en deuil ?

Photo par Ryan Williams.
Je me souviens avoir demandé à ma mère quand elle s'était sentie adulte pour la première fois. Nous étions assises dans la voiture lors de notre long et sombre voyage vers sa ville natale, pour voir ma tante. Je me suis demandé si c'était le moment où elle nous a eus, mon frère et moi. Le moment où elle a emménagé dans sa première colocation infestée de rats ? Peut-être que c'était quand mon père, ivre, l'a demandée en mariage ?
Alors qu'elle baissait la vitre de la voiture, rejetant un nuage de fumée de sa cigarette, le visage éclairé en rouge par les feux des freins de la voiture qui la précédait, elle a chuchoté : "Je pense… Je pense que tu ne deviens vraiment adulte que lorsque tes parents décèdent".
Publicité
Ce n'était pas la réponse à laquelle je m'attendais. Le ton joyeux de ma mère n'était pas celui de quelqu'un qui avait déjà perdu sa mère, puis son deuxième parent, son père, deux mois auparavant seulement - même si son corps appartenait bel et bien à cette personne.
Ma grand-mère est décédée à l'âge avancé de 86 ans. Sa mort a été rapide et relativement indolore. Par la suite, nous avons débarrassé son bungalow et vidé son grenier. Je n'avais pas vu ma mère pleurer pendant cette épreuve et elle n'a pas bronché pendant la cérémonie (pas même lorsque le vicaire m'a appelé Neville par erreur et que j'ai ri si fort que de la morve m'est sortie du nez). Au-delà de la semaine des funérailles, je n'avais pas donné à ma mère toute la considération que j'aurais dû lui accorder. Je n'avais pas vraiment réfléchi à la transition que ma mère, aujourd'hui âgée de 56 ans, était en train de vivre. Je n'avais pas vraiment essayé de me mettre à sa place, et d'imaginer ce que c'est que d'être orpheline.
Naturellement, comme la plupart des gens (j'imagine), j'ai toujours considéré ma mère comme le bastion de l'âge adulte. Pour moi, ma mère était impossible à choquer, potentiellement effrayante, un détecteur de mensonges en chair et en os, une source constante de réconfort et une personne imperméable à la douleur.
Ses mots m'ont fait réfléchir, cependant. La perte d'un enfant est indicible, la mort d'un·e ami·e bouleverse notre monde et le décès d'un·e partenaire est une douleur non quantifiable par les mots. Mais… mais la perte de ses parents, quand on est une personne de 50, 60 ou 70 ans, est considérée comme normale, comme le dénouement naturel.
Publicité
Lorsque cela se produit, nous tenons une cérémonie, nous murmurons un "désolé" sincère lors de l'enterrement, nous nous tenons la main dans l'église et nous écrivons des lettres de condoléances. Mais nous ne parlons pas beaucoup des répercussions. Pourquoi ?
Le Dr Sheri Jacobson, directrice clinique de Harley Therapy, est spécialisée dans le counselling à court et à long terme, la thérapie cognitivo-comportementale et la psychothérapie pour toute une série de problèmes, dont le deuil. Je lui ai donc posé quelques questions sur comment soutenir ses parents lorsqu'elles et ils font le deuil de leurs propres parents.
Pourquoi pensez-vous que les personnes qui perdent leurs parents à un âge moyen est considéré comme "moins tragique" ?
"En tant qu'adultes, nous avons traversé suffisamment de difficultés émotionnelles pour connaître notre force et savoir que nous pouvons prendre soin de nous. Nous sommes donc, à bien des égards, moins vulnérables que les enfants. Mais nous pouvons aussi être moins résilients et plus figés, et cacher ou nier nos véritables émotions, ce qui signifie qu'il peut être tout aussi difficile, voire plus long, de se remettre d'un traumatisme."
Que ressentent nos parents lorsque cette situation se produit ?
"En général, plus nous vieillissons, plus nous sommes conscients de notre propre mortalité. Ainsi, lorsque nous perdons ceux que nous aimons, nous pouvons nous inquiéter de la rapidité avec laquelle notre propre vie s'écoule. Et, contrairement aux enfants, nous éprouvons des regrets à l'âge adulte. Lorsque nos parents meurent, nous pouvons nous enliser dans le regret si la relation n'était pas solide de leur vivant, et de nombreux sentiments anciens et enfouis peuvent remonter à la surface. Si votre parent a perdu un de ses parents, il peut aussi se sentir vulnérable, émotif, confus, coupable et fatigué. Le traitement des émotions est épuisant."
Publicité
Comment pouvons-nous, en tant que leurs enfants, les aider ?
"Ne soyez pas condescendant envers votre parent en deuil, même si c'est tentant. Ne lui dites pas 'd'essayer de se sentir mieux' ou 'd'être positif'. Non seulement cela peut entraver son processus de deuil, mais cela peut aussi l'amener à avoir honte de son chagrin, ce qui ne fait qu'empirer les choses. Soutenez la personne simplement dans ses sentiments, quels qu'ils soient.
Et laissez votre parent continuer à être un parent. Vous aurez peut-être l'impression de jouer le rôle de ce dernier au lieu de celui de l'enfant, en voyant votre parent si vulnérable. Mais ne le traitez pas comme un enfant. Lorsque nous sommes en deuil, nous avons besoin de savoir que d'autres structures, comme notre identité et nos rôles, sont toujours en place, sinon nous pouvons nous sentir encore plus accablés. Ne vous sentez pas "coupable" si la personne veut toujours être là pour vous. Ce n'est pas parce qu'elle est en deuil qu'elle n'est plus votre parent, et cela peut la réconforter de pouvoir apporter son soutien aux autres. Travaillez vraiment à être une personne à l'écoute. C'est le plus beau cadeau que vous puissiez offrir à quelqu'un. N'interrompez pas la personne, répétez ce qu'elle dit dans votre tête au lieu de laisser vos pensées dériver et répétez ce qu'elle a dit pour qu'elle sache que vous l'avez entendue."
Y a-t-il des signes auxquels nous devrions faire attention ?
"Soyez attentif au fait que votre parent passe trop de temps seul. Un peu de solitude est nécessaire pour digérer la situation. Toutefois, si la personne continue à dire qu'elle va bien tout en repoussant tout le monde, il se peut qu'elle ne se porte pas très bien. Restez en contact avec elle, même si elle dit qu'elle n'en a pas envie ou besoin. Parfois, nous repoussons les gens lorsque nous en avons le plus besoin ou lorsque nous vivons de grandes émotions qui déclenchent des sentiments anciens de honte. N'insistez pas, mais tendez constamment la main et faites-lui savoir que vous êtes là.
Publicité
Si vous remarquez que votre parent ne veut pas vous parler ou parler à d'autres membres de la famille, il pourrait être plus utile pour lui de trouver un soutien en dehors de sa situation. Encouragez-le à rechercher un tel soutien, surtout si vous vivez loin et qu'il est difficile de le voir souvent en personne. Suggérez-lui un groupe de soutien local, ou même un thérapeute en matière de deuil."
Quelles sont les choses particulièrement utiles à faire/à dire ?
"Dites moins, écoutez plus ! Ne supposez pas que vous savez ce que la personne ressent, même si vous êtes également en deuil. Nous avons tous notre propre façon de voir les choses et de réagir, même en période de deuil. Alors, demandez. Ou mieux encore, soyez simplement présent. Parlez de ce dont elle veut parler, même si cela semble futile ou étrange. Parfois, une personne en deuil a juste besoin d'agir normalement… même si elle ne semble pas le vouloir."
En quoi sommes-nous dans une position unique pour aider ?
"En tant qu'enfant, vous avez fait l'expérience de la véritable valeur de votre parent et vous êtes donc dans une position unique pour le lui rappeler. Faites-lui savoir qu'il est apprécié et aimé. La perte d'un parent peut amener une personne à se demander si elle est un bon parent, en plus de tout le reste, ce qui peut réduire le stress. Bien sûr, si votre relation est tumultueuse, il n'est pas nécessaire d'être malhonnête. Suivez l'exemple de votre parent. Si celui-ci semble vouloir parler de sa relation avec vous et apporter des améliorations dans le cadre de son processus de deuil, et que vous êtes à l'aise avec ça, cela peut être une occasion de créer de nouveaux liens. Mais restez vous-même en sa présence. Vous êtes l'une de ses grandes réussites, telle que vous êtes."

More from Mind