Pourquoi vous devriez éviter de donner des conseils à vos ami·es

J'ai une amie, c'est le bonheur incarné. Parfois, elle est comme une brise légère d'été, pleine de possibilités et de lumière. Parfois, elle est comme du cachemire et du vin rouge par une nuit d'hiver. Parfois, elle est comme une guérisseuse, mystique et magique, sage et stable.
Il est donc logique que j'aille vers elle pour lui demander conseil. Elle écoute, elle réconforte et elle donne son avis. Elle me fait me sentir mieux et vue, et nous rions beaucoup ensemble.
Mais une fois, il n'y a pas si longtemps, les choses ne se sont pas passées comme d'habitude. Je lui ai dit que j'avais fait un test de fertilité et que mes résultats étaient "juste en dessous de la moyenne". Mais j'attends une grande opportunité de carrière. "Je ne veux pas rater cette occasion", lui ai-je dit au téléphone, alors que je marchais dans un parc pendant l'un des confinements apparemment sans fin.
Publicité
Il y avait là beaucoup de variables. Quand le confinement prendrait-il fin, quand les frontières s'ouvriraient-elles, quand pourrait-on voyager ? A quel point ma fertilité est-elle "mauvaise" ? Est-ce que je réagissais de façon excessive ? Quelle différence peuvent faire six, sept, huit mois ?
Mon amie, de manière inhabituelle, est intervenue. "Il faut que tu commences dès maintenant", a-t-elle dit. "Le travail peut attendre. Qui sait combien de temps ça va prendre ? Essaye dès maintenant".
Immédiatement, ses mots ne semblaient pas être les bons. Ils étaient directifs, paniqués. Ils n'aidaient pas à faire sortir la vérité de moi, comme ils le font normalement ; ils créaient une vérité pour moi. Après d'innombrables années d'amitié, pour la première fois, j'ai raccroché le téléphone et j'ai pensé : Ce n'est pas ce que j'avais besoin d'entendre.
Mais puis-je vraiment me plaindre ? J'avais demandé un conseil, après tout. Et elle a été honnête. Sauf que je ne lui avais pas vraiment demandé de me dire quoi faire. Je cherchais du réconfort. Je lui demandais de m'écouter pendant que je réfléchissais à ce dilemme et à la constellation d'inquiétudes qui l'accompagnait.

L'écoute active est désintéressée et généreuse. Elle élimine toute trace de l'audit·eur·rice - toute l'attention est portée sur l'ami·e.

Quelques semaines plus tard, nous promenions son nouveau-né dans un autre parc. Après avoir pris un café, elle s'excuse immédiatement. Elle est en larmes (bien que je le serais aussi, si je n'avais pas dormi pendant un mois). "Je n'aurais pas dû dire ça. C'est ta décision. Je suis désolée". Et elle était là, ma merveilleuse magicienne en cachemire, m'offrant à nouveau amour et soutien.
Publicité
On apprend très tôt que les bon·ne·s ami·e·s donnent de bons conseils. Lorsque j'étais adolescente et que je pensais que ma mère ne pouvait rien comprendre à mes 15 ans, mes ami·e·s m'ont aidée à m'orienter dans le monde complexe des garçons, des règles et de la puberté. Nous le voyons dans les films et à la télévision : Friends, Sex and the City, Girls, Frasier, Leslie Knope et Ron Swanson, Meredith Grey et Cristina Yang.
Vos ami·e·s sont là pour vous conseiller et vous guider. Si ce sont de bon·ne·s ami·e·s, ces personnes vous soutiennent quoi qu'il arrive ; souvent, elles savent ce qui est bon pour vous avant vous. Elles sont censées nous donner des conseils, et nous sommes censées les écouter.
Mais est-ce toujours une bonne idée ? Pour Claire* et Lou*, toutes deux âgées de 28 ans, l'échange de conseils a conduit à la fin d'une amitié. Lorsque Claire a entamé une nouvelle relation moins d'un an après avoir rompu avec son compagnon depuis six ans, Lou lui a conseillé de rester célibataire, d'apprendre à se connaître à nouveau et de renforcer son estime de soi. Se lancer dans une autre relation serait de la "folie", lui a dit Lou. "Je me suis sentie jugée en permanence", explique Claire. "Je n'ai rien à voir avec le moment où j'ai rencontré Keiron. Et dans un monde idéal, bien sûr, j'aurais pu rester célibataire plus longtemps. Mais la vie n'est pas comme ça". Lou, déclare-t-elle, n'était pas prête à considérer ce qu'elle disait. "Elle m'a accusée de toutes sortes de choses - d'avoir peur d'être seule, d'être dans le besoin, d'être immature".
Publicité
Bien que Claire pense que Lou avait de bonnes intentions, cela a rendu leur amitié insoutenable. "Elle pensait que ma vie entière était une mauvaise décision. Où est-ce que l'on va à partir de ça ?".
Mairead Molloy, psychologue en relations ayant plus de 20 ans d'expérience, nous rappelle qu'il est important de commencer par une vérité qui met l'accent sur l'ego : à un certain niveau, ce que vous dites ou les conseils que vous donnez n'ont pas vraiment d'importance car, selon elle, "la plupart du temps, les gens suivront toujours leur propre instinct".
Votre rôle en tant qu'ami·e est donc d'aider la personne à voir les options qui s'offrent à elle dans un dilemme donné, et non de les lui dicter, surtout si ses pensées sont brouillées parce qu'elle est particulièrement anxieuse, en colère ou bouleversée. "Laissez-la exprimer tout ce qu'elle a sur le cœur, puis décomposez ça avec elle et laissez-la arriver à sa propre conclusion", souligne Molloy.
Le Dr Kalanit Ben-Ari, psychologue et autrice, est du même avis. Être un·e bon·ne ami·e dans ces moments-là, c'est aider la personne à réaliser ce qu'elle veut ou ce dont elle a besoin, et non le lui dire. "Vous pouvez aider une amie en lui proposant une stratégie pour faire face à sa situation, sans pour autant lui donner des conseils directs. Si votre amie a vraiment besoin de conseils, réfléchissez à la manière de l'aider à écouter sa propre sagesse et à réfléchir à ses propres expériences, à trouver sa voix intérieure, car celle-ci peut vraiment le guider vers ce qui est bon pour elle en ce moment".
Publicité
Au lieu de répondre au dilemme d'un·e ami·e en proposant un plan d'action ou des conseils, les expertes s'accordent à dire que la meilleure chose à faire n'est pas de parler mais d'écouter. Par une écoute active et engagée, vous pouvez aider votre ami·e à trouver une solution. Selon Molloy et le Dr Ben-Ari, notre rôle en tant qu'ami·e n'est pas d'arriver avec un plan pour sortir de son problème. Notre travail consiste à lui fournir les outils - le soutien émotionnel, le recul nécessaire pour réfléchir à ses options, la capacité à exprimer ses craintes - qui lui permettront de tracer sa propre voie. Tout cela passe par l'écoute.
Pour être un audit·eur·rice acti·f·ve, Molloy recommande les cinq choses suivantes : 1) Soyez présent·e dans le moment. Éteignez votre téléphone. Consacrez-vous entièrement à la personne ; 2) Soyez honnête, mais faites preuve d'ouverture d'esprit. Ce qui est bon pour vous n'est peut-être pas bon pour elle ; 3) Posez de bonnes questions, gardez-les ouvertes, curieuses et exploratoires, telles que : As-tu envisagé X ? As-tu pensé à Y ? ; 4) Soyez patient·e ; 5) Ne parlez pas de vous. Ne racontez pas d'histoire à votre sujet et ne fondez pas votre réponse sur ce que vous feriez. Si un·e ami·e vous demande ce que vous feriez à sa place, soyez honnête, implore Molloy. C'est important. Mais encadrez votre réponse de manière à ce qu'il soit clair que ce qui est bon pour vous n'est pas automatiquement la meilleure chose pour votre ami·e.
Publicité
"Rien n'est plus apaisant pour l'esprit que la transparence", souligne Molloy. Nous voulons que nos ami·e·s soient honnêtes, surtout dans les moments de crise ou de vulnérabilité, mais tout aussi important, prévient-elle : "Vous ne pouvez pas donner d'ordres, vous ne pouvez pas juger". Offrez votre honnêteté, mais toujours avec l'avertissement important qu'elle vient avec amour et sans jugement. 
Le Dr Ben-Ari recommande également de procéder à une réflection. "Une autre façon de mieux écouter est de revenir sur que vous entendez, même si ce n'est que la dernière phrase qui a été dite, car cela l'encouragera à en parler davantage. La réflexion consiste simplement à répéter la dernière phrase, puis à rester silencieux pendant que l'autre personne en explique davantage. De cette façon, l'amie peut faire son propre traitement tout en prenant conscience de la question sous-jacente de son dilemme ou de son challenge".

Vous ne pouvez pas donner d'ordres, vous ne pouvez pas juger.

Mairead Molloy, psychologue en relations
En tant qu'ami·e·s, nous pensons que nous devons donner des conseils car cela nous permet de nous sentir utiles. Mais il existe un autre moyen de satisfaire l'envie de régler le problème d'un·e ami·e, souligne Molloy : être présent·e. "Apportez à manger", donne-t-elle en exemple. Prenez des initiatives. Agissez. Ces choses n'ont pas besoin d'être dites, mais elles montrent votre soutien et peuvent donner le répit dont votre ami·e a besoin. Le Dr Ben-Ari a des conseils similaires. "Soyez simplement à ses côtés tout au long de son cheminement. Parfois, le fait de prendre des nouvelles de ses amis et de leur demander comment ils se sentent et comment on peut les aider est la véritable signification d'une bonne amitié".
Publicité
Les conseils des docteurs Ben-Ari et Molloy se résument à la bienveillance, l'altruisme, l'empathie et l'amour. Autant de qualités que nous aimerions qu'un·e ami·e nous manifeste lorsque nous sommes au pied du mur, que nos inquiétudes nous envahissent ou que notre prochaine action n'est pas évidente. Mais si souvent, nous nous mettons en travers de nos propres bonnes intentions.
En écoutant les conseils des expertes, je me rends compte que je dis tout le temps à mes ami·e·s bilingues qui ont vécu à l'étranger de retourner vivre ailleurs. Lorsqu'ils hésitent à s'installer en Espagne, en Italie ou au Mexique, je leur réponds sans hésiter : "Lance-toi ! Qu'est-ce que tu attends ?". En réalité, cet encouragement vient de mon propre rêve lointain de parler espagnol et de vivre dans les montagnes derrière Barcelone. La réalité est que ce n'est pas moi qui prendrais la décision de m'éloigner de mes ami·e·s et de ma famille, de trouver un nouvel emploi, de subir un changement de vie majeur. Je pense qu'ils s'épanouiront là-bas et je peux le leur dire, bien sûr, mais peut-être que le fait de les encourager à partir n'aide pas vraiment leur processus de décision et que, par conséquent, je ne suis pas la meilleure amie qui soit dans ces moments là.
L'écoute active est désintéressée et généreuse. Elle élimine toute trace de l'audit·eur·rice - toute l'attention est portée sur l'ami·e. Lorsque nous permettons à la personne d'être réellement écoutée, nous lui permettons d'être pleinement elle-même, d'être vue et reconnue. Et c'est ainsi qu'elle se rapprochera de la décision qui lui convient le mieux. N'est-ce pas ce qu'est la véritable amitié ? Quand mon amie s'est excusée, elle m'a dit qu'elle avait confiance que je prendrais la bonne décision pour moi. "J'ai toute confiance en toi", a-t-elle dit. C'est ça, l'écoute active : montrer qu'on a confiance en son ami·e pour trouver la solution qui lui convient le mieux.
*Les noms ont été changés pour protéger l'anonymat.

More from Wellness