26 femmes sur ce qu’elles auraient voulu savoir avant d’être parent

Nous avons demandé aux mamans ce qui les a surprises – pour le meilleur ou pour le pire – dans le fait d’avoir des enfants.

Ligne ondulée
C'est le plus beau des cadeaux. C'est le travail le plus difficile. C'est si fatigant. Il y a beaucoup de clichés assez vrais sur le fait d'avoir des enfants. Mais qu'en est-il des détails inattendus, essentiels et cruciaux ? Nous avons demandé aux mamans quel aspect, petit ou grand, les a le plus surprises dans leur vie de parents. Voici ce qu'elles nous ont dit.
"Parfois, toute la patience de l'univers ne suffit pas pour traverser les 24 heures de biberons, de changements de couches, de cauchemars, de poussées dentaires et de crises de colère des tout-petits." — Ann Marie, 44 ans
Publicité
"Que ce ne serait peut-être pas le coup de foudre. J'avais tellement d'attentes sur ce que serait ce moment où je la verrais pour la première fois. Et ne vous méprenez pas, c'était une expérience folle et très émouvante, mais je me demandais aussi qui était cette personne. Et pourquoi n'arrête-t-elle pas de pleurer ? Et va-t-elle toujours être aussi rouge, gonflée et bizarre ? Personne ne m'a dit que je n'aurais pas une connexion immédiate avec mon bébé, et qu'il faudrait quelques semaines pour qu'il me sourie et me reconnaisse pour que je commence à l'aimer. Je ne comprenais pas non plus les conséquences de l'allaitement. J'avais entendu dire que c'était difficile, mais je ne savais pas à quel point cela me rendrait déprimée quand ça ne marcherait pas, et à quel point je devrais mettre de la glace sur mes seins après chaque tétée parce qu'ils étaient si douloureux. Une douleur incomparable !" — Abbey, 26 ans 
"Combien de rancœur je ressentirais face à l'intolérance de ma propre mère vis-à-vis de ma relation gay. Je ne pourrais pas imaginer ne pas faire plus d'efforts pour gagner la compassion et la compréhension de mes enfants au sujet de la personne qu'ils aiment." — Felicidad, 35 ans
"Que l'on doute constamment de soi-même ou que l'on demande si on fait bien les choses. Que l'on se blâme lorsque les choses ne vont pas bien. Que l'on se sent plus responsable du bien-être et de la réussite de son enfant que quiconque. Et presque chaque décision que l'on prend désormais aura une sorte d'impact sur son enfant pour le reste de sa vie. Cela peut être beaucoup." — Akilah, 39 ans 
Publicité
"Que l'on n'est pas une personne horrible pour ne pas vouloir être maman certains jours." — Bernisha, 36 ans
"Personne n'a mentionné que certaines d'entre nous ne rentrent pas à la maison avec leurs bébés, et ce, si nous survivons. En fait, à certains égards, c'est encore tabou. Ma fille est morte-née l'année dernière et j'ai failli perdre la vie. Avant la grossesse, je n'avais aucune idée que les taux de mortalité maternelle et fœtale étaient si élevés pour les femmes noires. Après avoir passé plusieurs jours sous assistance respiratoire et survécu à une infection mortelle par le colibacille, je me suis donné pour mission de m'informer sur tout ce qui concerne la grossesse, le travail et l'accouchement. Par ailleurs, il semble que davantage de femmes aient partagé leur histoire de fausse-couche, de mortinaissance et de décès seulement après que j'ai rendu mon histoire publique. Nous devons faire mieux." — Arion, 30 ans
"Combien je souhaiterais toujours être considérée comme un individu et pas seulement comme une 'maman'. J'aime profondément ma fille, mais je suis déterminée à trouver du temps pour moi. Les enfants grandissent et vivent leur propre vie - comme ils le doivent. Vous méritez aussi la vôtre." — Gabby, 47 ans
"J'ai moins de choses à dire quand je suis avec mes amies qui n'ont pas d'enfants. Je ne peux qu'imaginer à quel point cela peut paraître odieux, mais la vérité, c'est qu'à ce stade, les choses auxquelles je pense, les médias que je consomme - c'est surtout des trucs de maman. Je ne sais pas combien d'histoires de pipes je peux encore entendre. J'appelle ça les tristes Samantha - comme dans Sex and the City. Je suppose que là où j'en suis dans ma vie en ce moment, je ne m'identifie pas." — Kate, 36 ans 
Publicité
"Comme c'est dur. C'est comme si personne ne voulait vous effrayer avec des détails sur le stress, la fatigue et l'inquiétude que vous allez ressentir à partir de maintenant. Je suppose que ce n'est pas quelque chose que l'on peut vraiment mettre en mots. Peut-être que c'est plus facile de prétendre que tout va bien, sinon nous serions toutes déprimées… même si je pense que beaucoup de mamans le sont." — Naomi, 40 ans
"Vous avez cette magnifique petite personne que vous aimez plus que tout au monde, mais quand elle devient grincheuse et exigeante pendant la période de la crèche et de l'école maternelle, oh mon Dieu, retenez-moi. Ah, et aussi le truc "vous serez tout le temps fatiguée" que tout le monde vous dit avant d'avoir un bébé - ils n'insistent pas assez là-dessus. Je suis épuisée. Tout. Le. Temps." — Gail, 42 ans
"Que la parentalité devient de plus en plus difficile émotionnellement et que ça ne s'améliore pas." — Trixie, 44 ans
"Que se chier dessus pendant l'accouchement était courant. SÉRIEUX ?!" — Camille, 37 ans
"J'ai toujours supposé que les stéréotypes autour des petits garçons et des petites filles étaient basés sur un conditionnement et des attitudes dépassées sur le genre. Ma femme et moi sommes progressistes et nous avions cette idée de neutralité des genres. Puis mon fils est arrivé et je peux honnêtement dire qu'il est extrêmement garçonnier. Nous lui avons acheté quelques poupées, mais il n'est pas intéressé. Il veut casser des choses et jouer avec des camions. Il est obsédé par les bus. Il ne tient pas ça de ses deux mamans." — Katie, 36 ans 
Publicité
"Le temps de convalescence après un accouchement et toutes les choses dont vous avez besoin, comme les packs de glaces imbibés d'hamamélis et les coussins d'assise gonflables. Il faut tellement plus de temps que je ne le pensais pour récupérer." — Kim, 33 ans
"Le 'mommy brain'. Je n'ai plus de mémoire à court terme après avoir eu un enfant. C'est absolument terrible." — Brenda, 35 ans
"Comme la solitude et la tristesse peuvent être grandes. Vous ne pouvez pas vous empêcher de penser que votre vie est terminée. Avec le temps, ces sentiments s'atténuent, mais au début, c'était accablant. La maternité et la période post-partum sont toujours décrites comme étant si belles et le sentiment le plus incroyable. Quand je n'ai pas ressenti ça, j'ai pensé que quelque chose n'allait pas chez moi et que je ne méritais pas mon bébé. Je me souviens d'avoir été prise de sueurs froides et d'avoir eu la tête qui tournait en pensant à ce que serait ma vie - comment pourrais-je jamais sortir pour dîner, aller au cinéma, passer une soirée en dehors de chez moi ? Les choses se sont nettement améliorées, et j'ai appris à accepter de l'aide, car on ne peut pas y arriver seule !" — Cassandra, 28 ans
"Les cacas bleu-violacés". — Dese'Rae, 36 ans 
"Les gens promettent d'être là après la naissance du bébé, mais le téléphone ou la sonnette ne sonnent jamais avec l'aide dont vous avez réellement besoin." — Tanayisha, 26 ans 
"Que vous saignez après l'accouchement, BEAUCOUP, et pendant des SEMAINES. Cela peut sembler évident désormais, mais dans tous les livres et sites Web que j'ai lus, chez toutes les personnes à qui j'ai parlé, personne n'a jamais mentionné les saignements. Pour quelqu'un habitué à des règles légères de trois ou quatre jours, c'était un choc." — Aline
Publicité
"Personne, pas une seule foutue personne, ne m'a dit à quel point chier la première fois allait être difficile ! J'ai pleuré comme un bébé et j'ai cru que j'allais me déchirer, alors que je n'ai pas eu de déchirure pendant l'accouchement. Après avoir poussé un étron pendant une heure, je n'avais toujours pas beaucoup de sensations en bas, tout était gonflé - c'était une expérience traumatisante." — Jayed, 30 ans
"Que je pourrais donner naissance à un enfant blanc aux cheveux blonds. Mon mari est blanc, mais en tant que femme à la peau mate, j'ai toujours pensé que j'aurais des enfants mates. J'ai vraiment eu un choc au début. Aussi, ça ne me dérange pas du tout d'être loin de mes enfants. Avant que je ne devienne parent, les gens disaient 'Tu verras, tu ne voudras jamais les quitter'. Écoutez, je suis absolument obsédée par mes enfants, mais je suis tout à fait capable de m'absenter quelques jours. J'ai des amies avec des enfants qui n'ont jamais passé une nuit sans eux et ce n'est pas moi. C'est presque comme s'il y avait cette pression, comme si je devais prétendre que mes enfants me manquent." — Indira, 39 ans 
"Je sais que c'est un peu le contraire de ce que vous demandez, mais être parent, c'est un peu ce à quoi je m'attendais. Quand vous lisez beaucoup de presse sur la parentalité ou les réseaux sociaux, il y a cette idée que vous êtes censé avoir une sorte d'éveil spirituel quand vous devenez une maman, mais cela n'a pas été mon expérience. Je n'ai pas l'impression que ma vie a beaucoup changé - il est vrai que j'ai beaucoup de soutien. Je pense que c'est peut-être parce que je n'ai pas pris de congé maternité que je n'ai jamais vraiment eu l'impression d'être une maman à part entière. Je ne pense pas que j'aurais été capable de gérer une année passée à la maison avec mon bébé. Je pense que je me serais ennuyée ou que je serais devenue folle." — Alanna, 36 ans 
Publicité
"Personne ne vous dit à quel point vous allez transpirer. Je ne peux plus porter de polyester. Pas moyen. Et j'avais l'habitude de détester l'hiver, mais désormais… ce n'est pas si mal de se rafraîchir un peu." — Holly, 38 ans 
"Le choc que subit votre style de vie est tout simplement fou. Si vous voulez faire quelque chose, vous vous dites, oh bien sûr - laisse-moi juste prendre le sac à langer. Vous avez cette idée que vos enfants vont juste s'adapter à votre style de vie et puis vous réalisez qui dirige vraiment. Je me souviens m'être inscrite à un cours de yoga pour maman et bébé. Je me suis dit : ça va être génial, soit il va dormir, soit il va faire du yoga avec moi. Mais non, il n'a fait que pleurer tout le long. Les crises de colère des bébés sont les pires parce qu'il n'est pas possible d'être sévère ou de les discipliner. Tu dois juste attendre et avoir l'air désolée." — Maggie, 35 ans
"Je ressens souvent le besoin de défendre mes choix parentaux. En tant que parent, vous êtes toujours en train d'improviser. Lorsque quelque chose se présente, je fais quelques recherches - je cherche sur Google ce que les autres ont à dire, puis je prends la décision qui me semble la meilleure. Et puis soudain, c'est comme si tu devais soutenir à 100 % tous les choix que tu fais, et je me dis, attends, je fais juste de mon mieux. Je ne sais pas toujours si je fais ce qui est bien. J'ai allaité mon fils pendant longtemps. On entend beaucoup dire que les parents sont montrés du doigt parce qu'ils n'allaitent pas, mais j'ai eu le revers de la médaille, à savoir être montrée du doigt parce que je l'ai fait trop longtemps." — Franca, 41 ans 
"Devenir maman n'est pas la même chose pour tout le monde. C'est normal de ressentir ou de vivre des choses que les autres mamans ne peuvent pas comprendre. Vous trouverez votre propre tribu avec le temps." — Meghan, 36 ans

More from Wellness