6 tendances bien-être qui vont dicter notre année 2021

Photo par Ashley armitage
Selon le Global Wellness Institute, l'industrie du bien-être est évaluée à 4,5 billions de dollars - et elle ne cesse de croître depuis un certain temps déjà. Chaque année, nous voyons apparaître certaines tendances en matière de bien-être : le tourisme de bien-être, la santé du sommeil, voire la "mode du bien-être". Mais la pandémie COVID-19 a complètement changé le visage de l'industrie du bien-être en moins d'un an.
Changé, mais pas diminué. "[Le bien-être] est l'un des points forts de l'économie en ce moment", déclare Beth McGroarty, vice-présidente de la recherche au Global Wellness Institute, à Refinery29. S'il existe de nombreuses tendances en matière de bien-être que nous voulons laisser derrière nous avec 2020 (détox, régimes à la mode et anti-masques, pour n'en citer que quelques-unes), il y en a certaines qui sont apparues et que nous sommes plus qu'heureu·ses·x de conserver. Ici, McGroarty nous donne un aperçu des principales tendances en matière de bien-être que vous pouvez vous attendre à voir se développer en 2021.
Publicité

Le bien-être virtuel

Surprise ! Le bien-être en ligne à la maison va continuer à être une tendance majeure en 2021, que vous avez probablement déjà vu venir. "C'est presque un cliché, mais tout ce qui était offert numériquement a pris son envol", explique McGroarty. "Qu'il s'agisse de télémédecine, de thérapie virtuelle, d'applications de méditation, de plateformes numériques de remise en forme - même les cours de Reiki se font maintenant en ligne. Dès que la pandémie a frappé, nous avons assisté à une explosion exponentielle de personnes faisant des cours en ligne". Les ventes d'équipements de fitness ont également augmenté de 170 % pendant la COVID-19, car celles et ceux d'entre nous qui ont l'espace et les moyens ont transformé leurs maisons en salles de sport de luxe.
Bien que le passage à des plates-formes virtuelles qui nous ont permis d'introduire des pratiques de bien-être dans nos foyers ait été motivé par une nécessité, il a eu un effet domino très positif : le bien-être virtuel rend les services beaucoup plus accessibles à tou·s·tes, y compris à celles et ceux qui vivent dans des zones où certains cours ou pratiques ne sont pas proposés. "Nous verrons un jour un retour aux classes, mais la plupart des gens prédisent qu'il y aura une très forte présence digitale ou une présence mixte avec le côté digital et le côté en personne", dit McGroarty. Depuis près d'un an, les gens sont devenus très à l'aise pour suivre des cours de fitness, de yoga, de méditation, etc. à la maison ; il s'agit là d'un changement permanent de comportement et de culture.
Publicité

Le bien-être préventif

La médecine occidentale traditionnelle a généralement adopté une approche du bien-être axée sur les solutions. Traduction : elle se concentre sur le traitement des problèmes de santé après leur apparition. Mais ces derniers temps, les consommat·eur·rice·s ont fait marche arrière, exigeant une approche plus préventive. Nous voulons savoir comment rester en bonne santé pour prévenir les problèmes en premier lieu. Et la pandémie a accéléré ce changement. "Elle a immédiatement renforcé les arguments en faveur de ce que j'appellerais un bien-être préventif responsable", a déclaré McGroarty à Refinery29. Elle entend par là l'accent mis sur la pratique sportive, l'alimentation saine, le sommeil et la réduction du stress, qu'elle qualifie de "piliers du bien-être, qui ont cet énorme impact factuel sur la prévention des conditions sous-jacentes". Donc, moins de poudres et de potions qui prétendent vaguement "renforcer l'immunité" et plus de stratégies scientifiques qui soutiennent les besoins individuels de votre corps.
Comme le dit McGroarty, "je pense que le secteur de la santé doit prendre conscience du fait que nous avons besoin de beaucoup plus de bien-être préventif si nous voulons survivre à des choses comme cette pandémie".

Le self-care radical

Voilà une autre tendance née par nécessité. Après une année remplie de traumatismes, notre santé mentale a été menacée. "Il y a beaucoup plus d'anxiété [à cause de la pandémie]", a déclaré Mary K. Alvord, psychologue et directrice de Alvord, Baker & Associates dans le Maryland, à Refinery29. "Il y a eu une vague de tristesse - et je crains que cela ne se transforme en dépression pour beaucoup de gens - car ils sont chez eux et ne peuvent vraiment aller nulle part. Et puis il y a la dynamique familiale qui crée des difficultés et ajoute du stress. À cela s'ajoute le stress économique". La remise sur les rails sera notre priorité en 2021.
Publicité
Par conséquent, vous entendrez souvent parler de "self-care radical" cette année. L'University of Indiana le définit comme "l'affirmation que vous avez la responsabilité de prendre soin de vous-même avant d'essayer de prendre soin des autres". Cela va au-delà des bains moussants. Il s'agit de faire réellement ce que vous devez faire pour vous protéger et protéger votre santé mentale avant de déployer de l'énergie sur les autres.
Le self-care radical sera différent selon les personnes - tout le monde n'est pas en mesure de prendre un jour de congé pour des raisons de santé mentale ou de consulter un thérapeute, par exemple. Vous remarquerez peut-être un regain d'intérêt pour les pratiques spirituelles cette année, qui vont de la méditation à l'expression en passant par les activités religieuses traditionnelles. Une étude a révélé que les recherches sur Google pour le mot "prière" ont atteint un niveau record au milieu de la pandémie.

Les thérapies à base de psychotropes

En 2020, aux Etats-Unis, l'Oregon a légalisé et Washington D.C. a décriminalisé la psilocybine, le principe actif des champignons magiques. Les experts s'attendent à ce que ces mesures légitiment davantage le domaine florissant des thérapies à base de drogues. La kétamine gagne déjà du terrain sur une option possible pour la dépression résistante au traitement, par exemple. En France, nous ne sommes pas encore à ce stade, mais une expérimentation de l'usage médical du cannabis devrait avoir lieu en ce début d'année pour permettre de déterminer si l'utilisation du cannabis thérapeutique est pertinente ou pas. Le Canada, l'Allemagne, la Suisse, les Pays-Bas et la Norvège utilisent déjà cette thérapie dans leur pays.
Publicité
Il s'agit d'une tendance qui peut ne pas avoir d'impact direct sur votre vie dans l'immédiat. Vous n'achèterez pas de cannabis en vente libre de sitôt, par exemple. Mais la dépénalisation ou la légalisation d'ingrédients comme le cannabis ou la psilocybine ouvre la voie à de nouvelles recherches sur ces composés, qui nous aideront à en découvrir toutes les utilisations potentielles. Restez à l'affût !

Le "bien mourir"

Cette tendance s'est tranquillement renforcée depuis un certain temps. En 2019, le Global Wellness Institute a lancé ce qu'il a appelé le "Dying Well" Initiative, autrement dit l'initiative du "bien mourir", qui visait à ouvrir davantage de conversations sur la mort. La pandémie a donc ramené le sujet à la surface, en raison de l'énorme quantité de décès que nous avons subis cette année.
Parler ouvertement de la mort avec des proches peut sembler inconfortable au début, mais cela peut finalement réduire le stress. Joel Rowe, médecin urgentiste au Mount Sinai à New York, a écrit un article pour The Atlantic l'été dernier sur la façon dont nous parlons de la mort, et a repensé à la mort de sa propre mère due à une maladie du foie il y a six ans. Il avait déjà eu des conversations avec elle sur la façon dont elle souhaitait terminer son séjour sur Terre - confortablement, et non sous assistance respiratoire. "Pour le reste de ma vie, je vivrai dans la gratitude pour son dernier et inestimable cadeau - nous préparant tous les deux à sa mort avant qu'elle ne survienne", a-t-il écrit.
Publicité
Nous serons peut-être plus nombreu·ses·x à parler de la mort dans l'année à venir, et nous commencerons peut-être à voir des outils conçus pour nous aider à le faire. "Il y a beaucoup d'innovation dans la façon dont les gens essaient d'aider les gens à surmonter la mort et leur peur de la mort", explique McGroarty. "Ces nouvelles entreprises de planification préalable des soins, souvent créées par des femmes, connaissent un essor considérable". Les doulas de la mort semblent également devenir plus courantes.

Le bien-être respiratoire

Bien qu'au début de la pandémie, on ait accordé beaucoup d'attention à la propreté des surfaces - à tel point que le désinfectant pour les mains et les lingettes désinfectantes étaient en pénurie - la révélation que la COVID-19 est aéroportée a tourné notre attention vers les mesures de purification de l'air. "Beaucoup de gens ont acheté des technologies de purification de l'air très sophistiquées, ou des systèmes de contrôle de l'air, qu'il s'agisse de purification HVAC, de filtres HEPA dans toute la maison, de traitement de l'air par UV dans les maisons", explique McGroarty. "C'est clairement la question de santé et de bien-être la plus urgente, point final".
Une autre raison pour laquelle le bien-être respiratoire en général pourrait être un sujet prioritaire cette année : le COVID-19 peut causer des complications pulmonaires, selon Johns Hopkins Medicine. La toux et l'essoufflement sont parmi les symptômes les plus courants du virus, et peuvent persister pendant des semaines, voire des mois, après la guérison. Il n'est donc pas étonnant que les gens soient plus que jamais préoccupés par la qualité de l'air.
Personne n'aurait pu prédire toutes les façons dont la COVID-19 changerait le bien-être en 2020. De nombreuses innovations ont le potentiel d'être bonnes - purificateurs d'air de haute technologie, un retour aux piliers fondamentaux du bien-être, des produits qui aident à rendre le bien-être plus accessible à la maison, un focus sur le self-care radical. Mais si nous gardons bien une chose de 2020, c'est l'importance de garder un esprit ouvert. Tout peut arriver.

More from Wellness