Ce que j’ai appris en photographiant 100 vulves (contenu explicite)

Il y a deux ans, Laura Dodsworth a passé une année entière à photographier les vulves des femmes. Ce n'était pas un travail quotidien conventionnel, mais c'était un travail auquel elle s'était pleinement engagée, ce qui a donné naissance à son livre, Womanhood (féminité), et à un documentaire, 100 Vaginas (100 vagins), sur la chaîne de télévision britannique Channel 4.
Ce projet faisait partie d'une série plus vaste intitulée The Bare Reality (la réalité toute nue), qui a vu Laura photographier 100 pénis et 100 paires de seins dans le but d'aider les gens à raconter leur histoire sur leur corps à leur manière. Womanhood, en particulier, est audacieux, intègre, honnête et profondément émouvant. Pour savoir à quoi ressemblait l'expérience, R29 a parlé à Laura des raisons pour lesquelles elle considère le projet comme l'ultime "subjectivation des femmes".
Publicité
Les 100 vulves présentées dans le projet ont vécu un large éventail d'expériences, du cancer au traumatisme sexuel, en passant par les mutilations génitales féminines (MGF), l'avortement, les fausses-couches et le changement de sexe. Ce sont les sentiments mêlés de joie et de douleur que les différentes vulves ont apportés qui unissent les femmes qui y ont participé. "[Le projet] est à multiples facettes, comme nous le sommes, nous les femmes. On nous montre souvent comme étant singulières, mais nous sommes multidimensionnelles et nous avons à la fois la lumière et l'obscurité, des hauts et des bas. Le [documentaire] le démontre de manière concrète", explique Laura.
Photo : 100 Vaginas Channel 4
Womanhood n'a jamais été un projet que Laura avait prévu de réaliser, car elle "ne se sentait peut-être pas prête à faire face à sa propre histoire". Mais après avoir lu une série d'articles sur les MGF au Royaume-Uni, des filles de neuf ans à peine souhaitant une labiaplastie, et sachant que le taux de femmes se soumettant à des tests de frottis était au plus bas depuis 21 ans, Laura raconte qu'une voix "s'est élevée en moi et j'ai su que je devais le faire". Elle se devait d'être une guerrière pour les femmes.
Laura est fascinée par le fait que la vie d'une femme se concentre essentiellement sur la vulve et le vagin. De leurs premières règles au plaisir sexuel, en passant par l'amour, les expériences douloureuses du passé, l'accouchement, la ménopause… "Nous pouvons parler de notre cycle de vie en tant que femmes à travers notre vulve", explique Laura. "C'est un moyen d'ouvrir tant de conversations importantes".
Publicité
Laura elle-même figure parmi les 100 personnages du livre et sa perception de son propre corps a été énormément modifiée par cette expérience : "J'avais l'idée que ma cicatrice d'épisiotomie était énorme, qu'on la voyait directement, la sentait, mais [en fait, j'ai découvert qu'elle] est à peine visible. Je m'accrochais à la mémoire et non à la réalité physique. Je vois maintenant à quel point ma vulve est belle et jolie et c'est extrêmement puissant".
Photos par Laura Dodsworth
Beaucoup de femmes que Laura a photographiées ne pouvaient pas décrire à quoi ressemblait leur vulve ou leur vagin, car elles ne s'étaient jamais regardées. "C'est une partie du corps qui nous procure un plaisir énorme et des expériences fondamentales dans la vie. [Mais j'ai trouvé] qu'il y avait un manque de compréhension et une tendance à éviter cette zone". Comme Laura l'a découvert au cours du projet, se familiariser avec son corps et apprendre à le comprendre peut être très puissant. "Quand j'ai découvert la taille du clitoris et son emplacement, cela a eu tellement de sens ! Une fois que j'ai compris ce chemin du plaisir dans mon propre corps, je pouvais le sentir plus vivement".
Après avoir entendu 100 histoires différentes, Laura (certainement sans surprise) a trouvé que la maternité et la naissance étaient un moment extrêmement définitif dans la vie de toutes les femmes qui l'avaient vécu ; elle le décrit comme une "expérience primale et marquante". Presque tout le monde a parlé de tolérer des rapports sexuels médiocres et d'avoir fait semblant d'avoir des orgasmes pour des hommes dans le passé. Sur une note plus positive, Laura a découvert qu'un·e bon·ne partenaire sexuel - qui prend le temps d'apprendre à connaître son corps - peut complètement changer les sentiments d'une femme envers sa vulve.
Publicité
L'expérience de se faire photographier la vulve a été cathartique pour toutes les personnes concernées. Laura appelle cela une avancée karmique. "La honte est utilisée pour maintenir les femmes plus bas que terre. Si vous exploitez les grandes choses, comme nous avons exploité la colère et la sexualité, vous vous débarrassez de cette honte et un sentiment de puissance surgit".
Photo : 100 Vaginas Channel 4
"Il y avait une énorme quantité de confiance, de vulnérabilité et de connaissances partagées dans ces entretiens", dit-elle à propos du tournage du documentaire. "J'ai pleuré avec plusieurs femmes. Toutes les femmes de l'équipe ont pleuré quand une dame nous a raconté son histoire de MGF, c'était incroyablement émouvant". Une histoire en particulier a profondément touché Laura, car elle reflétait sa propre expérience de la fausse couche : "Je me souviens d'être allée aux toilettes et mon monde s'est écroulé. Je me souviens avoir regardé dans les toilettes et ça ressemblait à du foie haché, comme elle le disait. Je me suis dit : Mon bébé est dans les toilettes ; je vais devoir tirer la chasse. Cette expérience était si profonde et primale, son histoire m'a vraiment frappée".
"Si j'avais regardé ça à 16 ans, je pense que ma vie entière aurait pu être un peu différente, je pense que ça aurait eu autant d'impact, ça a été absolument essentiel pour moi. Sachant à quel point cela m'a aidée, j'aurais aimé pouvoir apporter cela à chaque femme plus tôt".
Womanhood: The Bare Reality par Laura Dodsworth est disponible sur Amazon (23,15 €).

More from Body