Alimentation émotionnelle : est-ce possible de s’en détacher ?

Photo par Tino Chiwariro
D'aussi loin que je me souvienne, la nourriture a toujours été liée à mes émotions. De façon normale et saine, comme les gâteaux aux anniversaires et les rôtis en famille, mais aussi de façon sérieusement préoccupante. 
Pendant les vacances d'été, quand nous n'avions pas de chocolat à la maison, je prenais cette sauce au chocolat qui durcit quand on la met sur une glace et je la congelais dans un bol pour atténuer l'ennui de l'été pré-Internet. Cet apaisement de l'ennui s'est transformé en une dépendance. Adolescente peu sûre d'elle, je me faufilais dans le placard à friandises et me distrayais en mangeant successivement des paquets de snickers glacés, ou la majeure partie d'un tube de Pringles alors que je n'avais pas faim. À l'approche de la fin de mon adolescence, un interrupteur s'est déclenché dans ma tête, qui a diabolisé ces comportements par ailleurs normaux. J'ai commencé à gérer mes émotions, en particulier la honte et l'anxiété, par la restriction alimentaire, ce qui a abouti à un diagnostic d'anorexie à 19 ans. Par conséquent, une grande partie de ma vingtaine a été consacrée à réapprendre à manger d'une manière qui corresponde à mes flux et reflux émotionnels sans les restreindre ou les engourdir.
Publicité
L'expression "manger sous le coup de l'émotion" est lourde de sens. Elle évoque les images d'une personne accroupie honteusement au milieu de la nuit devant un gros paquet de chips, sanglotant dans une boîte de glace après une rupture ou s'empiffrant sans réfléchir de snacks après une réunion intense. Elle évoque des aliments que nous associons à des petits plaisirs, consommés dans l'ennui, l'anxiété, le chagrin, la détresse ou la frustration. Nous considérons l'alimentation émotionnelle comme une réponse à quelque chose de négatif, une façon de manger inadaptée ou préjudiciable - quelque chose que les personnes saines et équilibrées ne font pas.
Mais l'alimentation émotionnelle est normale. Je suis sûre que nous avons tou·tes·s connu cela en nous-mêmes, en particulier au cours des derniers mois. Gérer nos émotions par le biais de ce que nous consommons (en particulier de la nourriture ou de l'alcool) est une solution facile et, pour beaucoup, c'est une pommade vraiment utile pour surmonter le stress, l'isolement et l'anxiété accablants des confinements. Je fais partie de ces gens qui ont pratiquement arrêté de boire pendant les confinements, mais cela ne s'est pas étendu à mes habitudes alimentaires. Il m'est arrivé de commander des beignets lorsque je m'ennuyais ou que j'étais anxieuse, ou d'abandonner mon plat soigneusement préparé pour une livraison de frites parce que mes ami·e·s me manquaient. J'ai pu me ressourcer, en grande partie, en laissant mes émotions influencer ma façon de manger, même lorsque j'ai tendance à me "suralimenter" (manger au-delà du point de satiété) ou à finir le paquet pour le plaisir.
Publicité
J'ai travaillé dur pour dissocier mes habitudes alimentaires de tout sentiment de culpabilité ou de honte. En tant qu'ancienne anorexique, il n'est pas exagéré de dire que le fait de désapprendre les idées sur ce que je "devrais" ou "ne devrais pas" manger a fait partie intégrante de ma santé et de mon bonheur. Pourtant, alors que nous sortons de notre troisième (et soi-disant dernier) confinement, je remarque que l'alimentation émotionnelle, en particulier la "suralimentation", s'est insinuée dans ma vie quotidienne d'une manière qui ne me semble plus normale. Je m'en inquiète, puis je m'inquiète que mon inquiétude vienne de mon ancien moi désordonné, puis je m'inquiète qu'enrayer ce comportement puisse déclencher quelque chose d'irrationnel que j'ai lutté pour désapprendre ou puisse changer complètement ma façon de manger. C'est probablement une réaction excessive. Mais lorsque je réfléchis à la façon dont nous mangerons lorsque nous ne serons plus soumis à aucune restriction gouvernementale, je me heurte toujours aux deux mêmes questions.
Pourrai-je un jour me détacher de l'alimentation émotionnelle ? Et devrais-je même essayer ?
DashDividers_1_500x100
Pour comprendre comment se sentir face à l'alimentation émotionnelle, il est important de comprendre qu'il s'agit d'une partie normale de la vie, explique le Dr Christian Buckland, psychothérapeute et porte-parole du UK Council for Psychotherapy.
"L'alimentation émotionnelle est une réponse humaine très normale", dit-il à R29. "Vous remarquerez que vous allez manger quand vous êtes heureux, quand vous êtes triste, et pour célébrer quelque chose, nous sortons manger à l'extérieur. Nous pouvons avoir une alimentation émotionnelle sur beaucoup de fronts différents".
Publicité
Claire Fudge, diététicienne clinique agréée et fondatrice de Nutricise, partage cet avis en soulignant que "l'alimentation émotionnelle n'est pas un diagnostic". L'alimentation émotionnelle - en particulier la suralimentation - se situe dans le même continuum que des troubles tels que l'hyperphagie boulimique, mais contrairement à cette dernière, elle n'est pas marquée par une perte de contrôle distincte ou une détresse émotionnelle.
La façon dont nous nous alimentons de manière émotionnelle est aussi vaste que le spectre des émotions lui-même, de sorte qu'essayer de la comprendre à travers un seul cadre est limitatif. Cependant, lorsque l'alimentation émotionnelle, en particulier la suralimentation, est de plus en plus fréquente et qu'elle est utilisée comme un réconfort pour des choses comme l'ennui, l'anxiété ou la solitude, il est possible qu'elle devienne plus inquiétante.
Kate Robbins, de l'équipe de conseil clinique de l'organisation caritative Beat, spécialisée dans les troubles de l'alimentation, explique que la nourriture est devenue une préoccupation majeure pendant les confinements. "Nous n'avons été autorisés à nous rendre que dans les supermarchés et se faire livrer des plats de nos restaurants préférés le week-end a probablement été l'un de nos seuls moyens de trouver de la joie ou quelque chose à attendre avec impatience", souligne-t-elle. "Je pense qu'en général, en période de crise et de traumatisme, l'alimentation émotionnelle est le moyen de gérer les émotions que nous ressentons". C'est compréhensible, dit-elle, étant donné que nos mécanismes habituels d'adaptation ont été supprimés. Sans les moyens habituels de libérer nos émotions, comme la socialisation ou l'exercice physique, la nourriture est l'une des choses les plus importantes que nous pouvons encore contrôler, attendre avec impatience ou nous faire plaisir.
Publicité
Il y a des aspects positifs à l'alimentation émotionnelle dans toutes les circonstances, y compris celle que nous vivons actuellement. Kate souligne que tant que l'alimentation émotionnelle donne l'impression d'être un acte volontaire et contrôlable, elle peut être un moyen efficace de gérer nos émotions. "C'est difficile à différencier, mais dans les moments de célébration, la nourriture nous soulage ; c'est un acte de self-care. Je pense qu'il est merveilleux d'entendre des personnes qui s'autorisent à manger des aliments qu'elles n'auraient peut-être pas consommés auparavant, dans le cadre d'une alimentation saine et équilibrée".
Il y a ensuite le pouvoir de la mémoire sensorielle et l'attachement que les repas et les plats peuvent susciter. "Il y a une sorte de réconfort que nous obtenons en mangeant lorsqu'il y a un attachement à une émotion spécifique. Il peut s'agir d'un souvenir ou d'un lien très fort avec les autres, la famille ou les amis", explique Claire.
Cela dit, lorsque la consommation de nourriture ou la suralimentation devient le seul moyen de gérer nos émotions, la situation peut devenir plus délicate. 
"[L'alimentation émotionnelle] ne s'attaque pas au déclencheur sous-jacent de ces sentiments", souligne Kate, "et elle laisse ces sentiments non résolus. Vous resterez avec tout ce que vous pensiez ou ressentiez auparavant et cela peut commencer potentiellement à engendrer ces sentiments d'auto-frustration et de culpabilité".
Il peut également y avoir des répercussions physiques si la gestion de vos émotions par la nourriture devient un mécanisme d'adaptation principal à long terme.
"Il peut y avoir des effets sur la glycémie, sur la prise de poids, sur l'humeur (avec un sentiment de honte et de culpabilité), sur la peau et sur le sommeil si cela se produit plus tard dans la soirée", explique Claire, ajoutant que l'impact sur le sommeil est particulièrement important, notamment parce que c'est à ce moment-là qu'une grande partie de l'alimentation émotionnelle et de la suralimentation peut se produire. "Si vous mangez trop et beaucoup d'aliments qui augmentent votre taux de sucre dans le sang ou qui sont riches en graisses par exemple, votre sommeil va être affecté. Vous ne pouvez pas vous attendre à ce que votre corps éteigne simplement son métabolisme et que vous alliez vous coucher".
Publicité
À long terme - alors que ce n'est pas nécessairement un mécanisme d'adaptation utile - un élément clé, pour se libérer de cette spirale de la honte et de la dépendance excessive à l'égard de la suralimentation pour se calmer, est de ne pas essayer d'y mettre un terme soudain et immédiat. Il est essentiel de décortiquer la honte et la culpabilité inhérentes aux raisons qui nous poussent à manger sous l'emprise des émotions.
DashDividers_1_500x100
Le monde commençant à s'ouvrir à nouveau, nous nous sommes interrogé·e·s sur les habitudes que nous avons prises l'année dernière. En ce qui concerne l'alimentation émotionnelle, il est essentiel de reconnaître qu'il s'agit d'une partie naturelle de la vie et que, même dans les cas extrêmes, elle ne devrait pas être une source d'inquiétude à court terme - il est impossible de dissocier totalement nos émotions de la façon dont nous nous nourrissons.
Les aliments que nous mangeons sur le plan émotionnel sont généralement ceux qui sont jugés malsains, c'est-à-dire riches en graisses, en sel et/ou en sucre et considérés comme une forme de gourmandise. Si l'excès de quoi que ce soit est une mauvaise chose, une grande partie des aspects négatifs de l'alimentation émotionnelle et de la spirale qu'elle peut engendrer est centrée sur le manque de contrôle perçu par une personne, en particulier en ce qui concerne les "mauvais" aliments, et sur l'utilisation de ce point comme un bâton avec lequel se battre. "L'alimentation émotionnelle est souvent liée aux aliments que nous ou notre société étiquetons comme étant 'bons' et 'mauvais'", explique Claire. "En fait, une fois que l'on enlève ces étiquettes aux aliments, on les voit d'une toute autre façon ! Et nous n'avons pas tendance à en avoir autant envie". Lorsque les "mauvais" aliments ne sont plus interdits, ils sont moins considérés comme un plaisir coupable ou une menace. Et cela ouvre la voie à des modes d'alimentation qui répondent à vos émotions de manière intuitive, et non pas en les figeant.
Publicité
Mais si c'est quelque chose qui vous préoccupe toujours, ou qui est devenu le seul moyen de gérer vos émotions, le conseil de tou·tes·s celles et ceux à qui j'ai parlé est de trouver une diversité de moyens pour traiter toutes les émotions et d'être bienveillant·e envers vous-même.
Christian souligne l'importance de parler, surtout si vous pouvez le faire dans le cadre d'une thérapie. "Il est très important de parler de ce qui se passe", dit-il. Cela peut permettre de comprendre les déclencheurs et les émotions sous-jacentes, bien qu'il s'agisse d'un exercice que vous pouvez également effectuer seul. Il ajoute : "Essayez de vous souvenir de ce que vous faisiez avant d'être dans cette situation afin de vous apaiser en quelque sorte". Malheureusement pour la plupart d'entre nous, l'accès à nos autres mécanismes d'adaptation est depuis longtemps limité par la pandémie, et la demande de services de santé mentale a explosé. Essayer de revenir à nos anciennes formes de relaxation nécessite de l'argent et de prendre en compte l'anxiété du retour à la normale, ajoute-t-il. "Il s'agit donc de trouver le courage d'essayer une nouvelle stratégie d'adaptation ou une ancienne stratégie d'adaptation que nous avons utilisée".
Au-delà de la thérapie et de la reprise d'autres moyens de gérer nos émotions, le plus important est de ne pas se mettre trop de pression, et même de considérer cette situation comme une occasion d'explorer de nouvelles façons d'apprécier la nourriture. "Je pense que nous devrions envisager la question sous un angle totalement différent et nous dire que c'est une excellente occasion d'écouter notre corps et de voir ce dont nous avons besoin", déclare Claire. Peut-être y a-t-il de nouvelles habitudes que vous pouvez développer, de nouveaux endroits que vous voulez essayer, de nouvelles sources de nourriture pour le corps et l'esprit que vous voulez adopter. C'est le moment de le faire.
L'alimentation émotionnelle consiste à manger comme un être humain. Souvent, nous tombons dans le piège qui consiste à laisser nos peurs et nos angoisses se concentrer sur une vision limitée de la santé physique, dictée par le fait de s'en tenir aux "bons" aliments et d'éviter les "mauvais", quelles que soient les circonstances. Mais être en bonne santé, c'est aussi se préoccuper de sa santé émotionnelle et de sa santé mentale, ce qui implique de s'interroger sur les raisons qui nous poussent à faire ce que nous faisons pour gérer nos émotions, mais aussi de ne pas se blâmer pour les dérapages supposés. Il s'agit moins d'avoir un gâteau et de le manger que de comprendre pourquoi on peut avoir envie ou besoin de ce gâteau en premier lieu. Et de ne pas s'en vouloir si on le mange quand même.

More from Diet & Nutrition