Et si on apprenait à raccommoder nos vêtements

Lily Fulop est l'auteure de Wear, Repair, Repurpose : A Maker's Guide to Mending and Upcycling Clothes, disponible dès à présent sur le site de la fnac. Fulop gère également le compte Instagram @mindful_mending, où elle partage son inspiration en matière de mode durable.
Depuis le confinement, on a tendance à se retrouver à alterner entre stress, anxiété, peur et panique. Une crise mondiale est en train de se produire ; nos routines ont été chamboulées et on nous dit de ne rien faire. En ne faisant rien et en restant à l'intérieur, on sauve des vies - mais cela ne veut pas dire qu'on se porte bien, surtout si on est déjà aux prises avec la santé mentale (émoji de la main levée). Personnellement, il est important pour moi de pratiquer la pleine conscience et de garder mes mains occupées dans les moments de mal-être. Alors, je raccommode.
Publicité
Le raccommodage est une façon de réparer les vêtements qui ont des trous, des taches ou d'autres signes d'usure pour les rendre plus utiles et plus beaux. Le but est d'utiliser ce que vous avez, d'accepter les imperfections, de fixer ce qui est endommagé et de rejeter l'idée que plus c'est neuf, mieux c'est. La plupart des raccommodages impliquent de la couture, ce qui implique de garder les mains occupées par des gestes répétitifs et apaisants. Vous pouvez vous concentrer sur la tâche qui vous attend et exploiter votre créativité pour rendre vos vêtements uniques en leur genre. Par exemple : un patch coloré sur une déchirure de votre jean ou un motif brodé sur une tache de café. C'est un travail lent et méditatif. C'est productif, et profondément satisfaisant. Et un bonus supplémentaire : c'est durable.
Si vous ne savez pas coudre, mais que vous souhaitez raccommoder, laissez-moi vous rappeler que c'est le moment idéal pour acquérir une nouvelle compétence, surtout si elle peut avoir un impact positif sur la planète (autrement dit, s'il vous reste du temps et de l'énergie après avoir satisfait vos besoins fondamentaux et pris soin de votre famille, ce qui est bien sûr un privilège). Rester occupé·e de façon créative peut aider à réduire l'anxiété. Mais le raccommodage en particulier peut aider à lutter contre le phénomène moderne qu'est l'éco-anxiété, car c'est une façon concrète d'agir contre les pratiques non-durables de l'industrie de la mode.
L'essor de la fast-fashion (alimentée par la montée du consumérisme) a fait place à des quantités massives de pollution et de déchets. Les vêtements sont fabriqués rapidement et à bas prix pour suivre l'évolution des tendances et de la demande des consommateurs, ainsi que pour aider les gens à accéder à des produits qu'ils ne pourraient pas se permettre autrement. Mais les produits ne sont pas faits pour durer. Et ça permet à certaines personnes d'être moins conscientes dans leurs actes d'achats, car les enjeux semblent faibles - faire la queue pour acheter une robe pour une seule soirée et ne plus jamais la porter.
Publicité
Tous ces vêtements bon marché finissent quelque part après avoir été jetés, et ce quelque part est le plus souvent une décharge. Étant donné que la plupart des vêtements sont maintenant composés d'une certaine quantité de fibres synthétiques (alias plastique), votre tenue n'est pas si différente de la redoutable paille en plastique. Selon l'organisation environnementale Fashion Revolution, la décomposition des vêtements libère du méthane (un gaz à effet de serre nocif), et les tissus synthétiques peuvent prendre des centaines d'années pour se décomposer complètement. Mais si vous prenez soin de vos vêtements et que vous les raccommodez, vous pouvez les garder plus longtemps hors de la décharge et réduire la quantité de vêtements que vous consommez au fil du temps.
Le raccommodage est un acte de résistance, un rejet du type de capitalisme qui fait passer le profit avant la planète. Le raccommodage, c'est l'activisme (#craftivisme). C'est transmettre le message que nous nous soucions de réduire les déchets et de minimiser notre impact sur l'environnement, que nous n'avons pas besoin de suivre les tendances ou d'acheter quoi que ce soit. Nous prenons soin de consacrer notre temps à réparer ce que nous avons et à y intégrer quelque chose de profondément personnel : notre propre travail manuel.
L'autre aspect du raccommodage est la prise de conscience. Lorsque vous prenez le temps d'apprendre à coudre et à raccommoder vos propres vêtements, vous êtes obligé·e de ralentir et vous êtes capable de réfléchir à la tâche à accomplir, ou peut-être à d'autres aspects de votre vie qui ont besoin d'être réparés, comme des relations ou des habitudes qui ne vous conviennent plus. Mais beaucoup de gens réalisent aussi, en travaillant sur leurs vêtements, que quelqu'un les a fabriqués. Les mains d'une personne au Sri Lanka ou au Bangladesh ou dans un certain nombre de pays ont touché chaque partie de nos vêtements. Elles ont coupé les pièces du patron et les ont passées sous des machines. Avant cela, d'autres mains teignaient le tissu et traitaient les fibres. Ces mains appartiennent à des gens qui, souvent, ne gagnent pas de quoi vivre et qui travaillent dans des conditions périlleuses juste pour que nous puissions avoir nos vêtements bon marché.
Publicité
Lorsque vous commencez à prendre conscience du cycle de vie des vêtements, ça change votre façon de penser la consommation. Soudain, ce n'est plus un joli haut de votre marque préférée. C'est un objet composé de main-d'œuvre, de matières premières et de produits chimiques toxiques qui a été expédié de l'autre côté du monde pour être porté quelques fois et finalement être jeté. Ça n'en vaut plus vraiment la peine. Être conscient·e du mauvais côté de la fabrication nous aide à faire la différence entre ce que nous voulons et ce dont nous avons besoin. Ça nous aide à être attentif·ve·s avec les objets que nous achetons et que nous introduisons dans notre vie. On commence à se sentir vraiment bien lorsque l'on soigne son placard (et le reste de sa vie) pour qu'il soit composé de pièces significatives que l'on se sent bien de porter et dont on se soucie suffisamment pour les raccommoder.
Avec une telle normalité déjà perturbée, le moment est peut-être mal choisi pour transformer votre façon de voir votre garde-robe. Mais cette pause mondiale peut être l'occasion de réorienter nos pratiques pour qu'elles soient meilleures pour la planète, et pour notre propre santé mentale, car elle apporte un sentiment de clarté. Prenons par exemple le fait que pendant le confinement obligatoire en Chine, les fermetures d'usines ont entraîné une baisse drastique des niveaux de pollution de l'air. Lorsque la vie quotidienne s'arrête (difficilement et tragiquement), nous sommes en mesure de voir clairement l'impact humain que nous avons sur le monde. Et, sans la distraction habituelle de la vie quotidienne, et le stress supplémentaire de ces nouvelles circonstances, on peut vraiment comprendre ce qui est important pour nous (une promenade quotidienne, des conversations avec des proches, des exutoires créatifs…).
Publicité
Et les vêtements ne sont pas vraiment au premier plan, c'est logique vous me direz. Pour l'instant, nous ne pouvons pas faire de shopping IRL, et beaucoup de personnes ont des budgets beaucoup plus serrés en raison des conditions incertaines de leur emploi. D'ailleurs, un grand nombre d'entre nous s'isolent dans le même pantalon de survêtement tous les jours, non ? Mais ça veut dire surtout que nous sommes nombreux à avoir déjà commencé une habitude de slow-fashion, sans s'en rendre compte ! Quand la vie normale reprendra, nous pourrons peut-être continuer dans cette lancée. Car en achetant moins de vêtements, nous réduisons la pollution causée par l'industrie textile. Nous libérons de l'espace dans nos placards (et nos esprits) pour nous concentrer sur ce qui est important. Lorsque nous raccommodons, nous agissons pour guérir un système brisé.
Il y a beaucoup de choses dans le monde qui ont besoin d'être améliorées et beaucoup d'entre elles sont hors de notre contrôle immédiat, ce qui peut être au mieux décourageant et au pire provoquer la panique. Mais commencer de là où nous sommes, avec ce que nous avons et ce que nous pouvons faire, nous aide à nous sentir moins impuissants. Parce que nous faisons quelque chose, aussi petit soit-il. N'oubliez pas que lorsque vous ajoutez beaucoup de petits changements, ils s'additionnent pour donner de grands changements. Alors, au lieu de faire des achats en ligne, essayez de raccommoder un trou dans vos vêtements, et constatez à quel point ça fait du bien. 

More from Fashion