Il faut qu’on parle de cette scène de sexe torride pendant les règles

Photo avec l'aimable autorisation de BBC Film.
Julie dans The Souvenir: Part II
Environ à la 17ème minute de The Souvenir: Part II, un amant vient frapper à la porte. Notre protagoniste, Julie - en pyjama de soie blanche - ouvre et le laisse entrer. La tension sexuelle est palpable et ils ne tardent pas à s'embrasser et à manœuvrer en direction de la chambre, lorsqu'elle l'arrête.
"J'ai mes règles". 
Complètement imperturbable, Jim sourit : "Je m'en fiche".
Les quelques minutes suivantes sont une véritable tornade. Les pantalons sont baissés. Les ceintures sont arrachées. Tout se passe si vite que pas même une serviette n'est posée (les draps !). Pendant qu'ils font l'amour, Jim se regarde dans le miroir d'en face. Puis descend sur Julie pour lui faire un cunnilingus. Lorsqu'il remonte, ils s'embrassent, et nous voyons du sang étalé sur les lèvres et le menton de Julie. Jim se regarde dans le miroir, presque émerveillé par le sang sur son visage. Après son départ, Julie retourne regarder les draps ensanglantés, puis nous passons à la scène suivante. Elle n'est pas mentionnée plus tard dans le film et n'est pas un élément central de l'intrigue. Il s'agit d'un coup d'un soir, très torride, qui est inséré pour montrer que Julie accepte lentement d'être à nouveau célibataire. Le fait qu'elle ait ses règles est purement circonstanciel. Il s'agit peut-être d'une courte scène de trois minutes, mais elle n'en est pas moins importante car elle montre que les règles font partie de la vie quotidienne - qu'elles soient confortables ou non - et que cela s'étend à tout ce que nous faisons dans la chambre à coucher.
Publicité
Lorsqu'il s'agit de sujets tabous à l'écran, les menstruations en général ont longtemps été soit un outil d'horreur hollywoodien, soit une source de dégoût comique - dépeintes comme sales ou honteuses plutôt que ce qu'elles sont : un événement biologique régulier qui se produit chez la moitié des gens dans le monde. Ce sentiment négatif est ancré dans l'histoire du cinéma. N'oublions pas la scène de règles intentionnellement gore - et franchement, probablement la plus traumatisante de tous les temps - dans le film original Carrie au bal du diable de 1976 (et dans le remake Carrie, la vengeance), où le sang coule le long des jambes de Carrie tandis que ses camarades de classe se moquent d'elle tout en lui jetant des tampons. Ou le film surnaturel de 2000 Ginger Snaps, dans lequel une adolescente est attaquée par un loup-garou la première nuit où elle a ses règles, ou "malédiction" comme elle l'appelle. Et c'est sans compter sur les rapports sexuels pendant les règles, qui sont doublement stigmatisés. Les représentations cinématographiques et télévisuelles sont à peu près au point de ne plus véhiculer de préjugés sur les règles à chaque fois que nous les voyons à l'écran - sans doute le résultat d'années de misogynie sociétale bien ancrée. Mais le plaisir et les menstruations ? Depuis longtemps, on leur accorde rarement un temps d'antenne.
Cela ne veut pas dire que nous n'avons pas fait de progrès au cours des deux dernières années. La série révolutionnaire de Michaela Coel, I May Destroy You, a été acclamée dès le premier épisode pour avoir abordé une myriade de sujets sensibles tels que les agressions sexuelles, le consentement, les traumatismes et, bien sûr, le sexe pendant les règles. Dans le troisième épisode, Arabella, le personnage de Coel, fait l'amour avec Biagio (Marouane Zotti) alors qu'elle a ses règles. Ils s'étendent sur une serviette et il lui demande délicatement la permission de retirer son tampon imbibé de sang. Il repère un caillot de sang sur le lit et, sans une once de répulsion, joue curieusement avec celui-ci tout en lui posant des questions. La scène n'est pas seulement étrangement tendre mais aussi éducative, et a suscité un vaste discours sur les réseaux sociaux ainsi que des éloges pour avoir brisé les tabous autour des rapports sexuels pendant les règles.
Publicité
Photo avec l'aimable autorisation de BBC Film.
Jim dans The Souvenir: Part II
Cette scène dans The Souvenir: Part II rejoint ce classement, en nous offrant une autre scène de sexe pendant les règles authentique et réaliste, qui non seulement la normalise, mais aussi prouve qu'elle peut être plutôt torride. Grâce à des gros plans sur le visage de Julie (jouée par Honor Swinton Byrne), qui se tord d'extase, nous constatons son plaisir extrême. Tout aussi important, nous assistons également au plaisir de Jim (Charlie Heaton, star de Stranger Things) et à la maturité de sa première réaction. Lorsqu'il apprend que Julie a ses règles, il n'est absolument pas découragé par cette nouvelle et non seulement ils font l'amour avec passion, mais ils font tout ce qu'ils feraient si elle n'avait pas ses règles, y compris les préliminaires. C'est plaisant, certainement pas honteux, et cela en dit long sur le chemin parcouru, surtout si l'on considère la nature très médiatisée du film.
Déjà salué par la critique, Part II est la suite du bijou indé de Joanna Hogg, The Souvenir, sorti en 2019 au Royaume-Uni et aux États-Unis, qui a connu un succès inattendu et a été tellement acclamé que la suite devait initialement mettre en vedette Robert Pattinson (qui a dû se retirer en raison d'autres projets, le rôle étant confié à Joe Alwyn). Il met également en vedette Tilda Swinton, Richard Ayoade et Harris Dickinson. Tout en montrant son retour hésitant au célibat, le film illustre magnifiquement les messages de Julie, une réalisatrice en herbe qui lutte pour s'exprimer, s'abandonnant au désir et à la perte de contrôle, sa relation avec son propre corps, sa féminité et son pouvoir en tant que femme.
Publicité
Comme le dit parfaitement Ita O'Brien, coordinatrice d'intimité pour I May Destroy You : "La moitié de la population passe environ 40 ans de sa vie à avoir ses règles, une semaine par mois, mais combien de fois le voit-on représenté ? Il est si important que les règles fassent partie des récits de nos vies. Les téléspectateurs, femmes et hommes, peuvent apprendre que le sexe pendant les règles n'a pas à être embarrassant ou entouré de secret". Les personnes ayant un vagin et leurs corps sont complexes, et ont la capacité d'être à la fois fonctionnels et sexy. C'est exactement pourquoi ces représentations tridimensionnelles et nuancées de toutes les facettes de notre expérience vécue sont de la plus haute importance. Ces scènes évoquent également des vérités biologiques réelles : au cours d'un cycle menstruel classique, la plupart des personnes ressentent une poussée de libido - ce qui signifie que nous pouvons être plus excité·e·s pendant nos règles - et il est scientifiquement prouvé que les orgasmes soulagent les douleurs liées aux règles.
C'est salissant ? Parfois. Tragique ? Non. La seule tragédie, ce sont ces draps blancs chers et tachés de sang.
The Souvenir: Part I & Part II sont actuellement au cinéma depuis le 2 février 2022.

More from Movies