The Harder They Fall : le colorisme obscurcit la richesse du film

Photo : Courtesy of netflix.
Attention : spoiler à venir sur le film The Harder They Fall.
Dans le nouveau film original Netflix The Harder They Fall, le scénariste et réalisateur Jeymes Samuel rend hommage au riche héritage des cowboys Noirs. Ludique et imaginatif, ce film plein d'action insuffle au genre du western spaghetti une énergie comme on n'en a jamais vue. Malheureusement, sa brillance est presque anéantie par un casting troublant qui reflète une culture et une histoire profondément enracinées de colorisme. Si la licence créative du réalisateur avec les biographies des personnes réelles qui ont inspiré ses personnages est l'une des forces du film, c'est aussi l'un de ses plus grands écueils, en particulier dans la réimagination par Samuel de Stagecoach Mary, une légende du Far West à la peau foncée, interprétée par Zazie Beetz.
Publicité
The Harder They Fall est un récit de vengeance épique qui se déroule dans le décor sablonneux de l'Ouest américain du XIXe siècle, un lieu et une époque où les hors-la-loi couraient les rues comme si elles leur appartenaient. L'intrigue de Samuel est profondément ancrée dans le traumatisme : après avoir été témoin des meurtres brutaux de ses parents par le célèbre hors-la-loi Rufus Buck (Idris Elba), Nat Love (Jonathan Majors) se tourne lui aussi, ironiquement, vers une vie de crime et de violence. Notre protagoniste devient un cowboy légendaire, parcourant l'Ouest avec son gang soudée mais tout aussi célèbre (Edi Gathegi et RJ Cyler) et dévalisant des hors-la-loi rivaux. La nouvelle prématurée de l'évasion de Buck de prison ravive la soif insatiable de vengeance de Nat, déclenchant une guerre totale entre les deux factions qui se termine par une révélation qui change le monde.
L'œuvre de Samuel commence par un avertissement : "Bien que les événements de ce film soient fictifs… Ces personnes ont existé". Les personnages de son projet Netflix sont des réimaginations de figures historiques réelles qui ont vécu à la fin du XIXe siècle. Nat Love était un ancien esclave qui est devenu célèbre en tant que cowboy au tir acéré à la fin des années 1800. Le rôle de Rufus Buck joué par Elba est tiré de l'histoire d'origine de l'adolescent hors-la-loi mi-noir, mi-indien Creek qui a rallié son gang violent contre les colons cherchant à déplacer les membres de sa communauté. Le marshal adjoint Bass Reeves (interprété par Delroy Lindo, de Da 5 Bloods) était connu pour être un citoyen intègre et respectueux de la loi à une époque d'anarchie. L'histoire de Stagecoach Mary, l'une des trois femmes évoquées dans le film, est tout aussi impressionnante. Née Mary Fields dans une plantation du Tennessee en 1832, Stagecoach Mary était une femme noire dont le parcours unique l'a amenée à travailler comme jardinière dans un couvent local de l'Ohio, puis à parcourir l'ensemble des États-Unis comme factrice. Première femme noire connue à occuper ce poste, Stagecoach Mary a acquis la réputation d'être une professionnelle sans état d'âme qui prenait sa carrière au sérieux, à tel point que sa ténacité au travail a donné naissance à des légendes qui se sont répandues dans tout le Far West
Publicité
Dans le film, Beetz incarne parfaitement le cran et la ténacité légendaires pour lesquels Stagecoach Mary est connue. Elle est à la fois vénérée et crainte dans tout l'Ouest sauvage, une prestance dominante qu'elle soit dans son saloon ou qu'elle traverse la nature sur son fidèle destrier. La relation amoureuse de Mary avec Nat est également l'autre moteur de sa vendetta. Lorsqu'elle est capturée et retenue en otage par le gang de Rufus Buck, l'amour de Nat pour elle est si profond qu'il est prêt à abandonner son code moral strict et à se mettre directement en danger pour assurer sa sécurité.
La compréhension de Beetz et son incarnation de Stagecoach Mary, à la fois amoureuse et combattante, sont le reflet direct de son étude approfondie du personnage historique. Pour se préparer au rôle, elle a emprunté la voie de l'érudition, se penchant sur les récits de l'expérience des Noir·e·s de l'Ouest américain.
"Parce que nous remplissions beaucoup de vides dans les livres d'histoire, je voulais vraiment absorber ce qu'était l'expérience des Noirs dans l'Ouest américain en général", a déclaré l'actrice à R29Unbothered dans une interview avant la sortie de The Harder They Fall. "J'ai lu des ouvrages sur Mary elle-même et sur toutes les personnes qui ont inspiré les personnages, ainsi que beaucoup de littérature sur les Noirs de l'Ouest. Ce que j'ai retenu de tout cela, c'est un sentiment d'émancipation. Ce sont des histoires de persévérance, et c'était vraiment cool d'apprendre comment les Noirs ont prospéré à cette époque. Je voulais que ma représentation de Mary incarne ce même niveau de ténacité et d'esprit de survie, et qu'elle soit capable de se mesurer à tous les personnages rencontrés".
Publicité
Photo : avec l'aimable autorisation de Public Domain.
Malgré la préparation et l'exécution soignées de Beetz, il y a toujours quelque chose d'inconfortable dans cette reprise particulière de Stagecoach Mary. L'impact de la vie de Stagecoach Mary sur l'histoire des Noir·e·s américain·e·s ne peut être sous-estimé, surtout si l'on pense à la façon dont les intersections uniques de son identité ont sans doute compliqué son expérience. C'était une femme noire - à la peau foncée, ronde et âgée de surcroît - qui faisait des vagues à une époque où la blancheur et la masculinité régnaient en maître. Être différente de presque toutes les façons possibles et réussir quand même n'est rien d'autre qu'un miracle. Pourtant, The Harder They Fall n'a choisi qu'une seule de ces identités pour en faire son récit. Et si Samuel peut techniquement s'en tirer avec ce casting parce que le principe du film lui-même est du type "Avengers mais comme des cowboys noirs", cela est néanmoins troublant car c'est un exemple clair de la culture du colorisme de l'industrie du divertissement.
Si vous avez prêté attention à l'espace télévisuel et cinématographique, vous savez que le colorisme à Hollywood n'est pas une nouveauté. En fait, les œuvres récentes ont été flagrantes dans leur tendance à négliger les femmes noires à la peau foncée dans tous les genres. De Gossip Girl 2.0 aux reboots de X-Men, en passant par la série Black Af de Netflix, nous avons vu des actrices noires à la peau claire occuper le devant de la scène, tandis que leurs homologues plus foncées sont souvent reléguées à des rôles secondaires (voire à aucun). Même dans les projets qui s'inspirent d'événements et de personnes réels, le colorisme entre en jeu ; en 2016, Zoe Saldana arborait un Blackface et des prothèses faciales pour donner vie à l'histoire de Nina Simone dans le biopic controversé et mal reçu Nina.
Publicité
L'incapacité persistante de cette industrie à reconnaître et à mettre en avant les femmes noires à la peau foncée fait mal quand il s'agit du courant dominant, mais il s'agit davantage d'une trahison quand elle vient de la part de nos propres semblables. Lorsque la nouvelle du casting de Beetz dans The Harder They Fall est tombée, l'annonce a fait froncer les sourcils et, finalement, suscité la colère de nombreuses personnes qui connaissaient la biographie de Stagecoach Mary. L'actrice germano-américaine n'est pas celle que la plupart des gens avaient en tête pour jouer le rôle de la géante de l'Ouest ; Beetz ne ressemble en rien à la femme à la peau foncée et plus-size dont son personnage est inspiré. Cependant, lors d'une conversation avec R29Unbothered, Samuel a révélé que les act·eur·rice·s de son film avaient toujours fait partie de la vision de son blockbuster dès la phase de conceptualisation du projet - y compris Beetz.
"Je voulais que ce soit une histoire où j'amène tous ces personnages qui ont réellement existé et que je les place dans un seul lieu et à un seul moment dans une histoire fictive comme les Avengers", a-t-il expliqué. "Pour pratiquement tout le gang, je voulais être dans cette histoire. Je me suis dit : 'Ok, qui serait ma personne préférée au monde pour jouer ce rôle ?' Et puis cette personne a fini par rejoindre le film".
Bien que le casting en lui-même soit décevant, ce qui est encore plus troublant, c'est la réponse aux objections légitimes des gens face à cette décision. La production de The Harder They Fall est terminée, et le film est désormais dans les salles de cinéma américaines et en streaming sur Netflix - nous ne pouvons pas défaire ce qui a déjà été fait. Cependant, il devrait y avoir une compréhension et une reconnaissance des préoccupations qui surgissent plutôt qu'une attitude défensive irritante. Quelques semaines avant la sortie du film dans les salles de cinéma, un directeur de casting connu sous le nom de "T.C." a utilisé Instagram pour s'opposer à la controverse actuelle sur le casting de Beetz, et cela n'est pas bien passé.
Publicité
"Je comprends le colorisme… et ceci n'en est pas un", a-t-il écrit. "Ce film est rempli de belles femmes noires à la peau FONCÉE - il n'y a aucun mépris… Mon problème avec cette histoire est que TOUT le reste du casting a la peau foncée. Il n'y a qu'une seule personne… une seule. Et pourtant, nous continuons à nous plaindre".
"C'est triste pour moi et très insultant pour l'actrice qui est considérée comme n'étant 'pas assez noire'", poursuit T.C. dans les commentaires. "Non, elle ne ressemble pas à Stagecoach Mary mais combien d'actrices lui ressemblent ?".
Mais c'est précisément cette question qui pose problème : il y a un certain nombre de femmes noires qui travaillent activement à Hollywood et qui ont la même carnation et la même morphologie que Stagecoach Mary (Wunmi Mosaku et la comédienne Leslie Jones ont depuis été citées dans des castings de fans pour le rôle, et… des arguments ont été avancés), et prétendre qu'elles n'existent pas ne fait que renforcer notre argument. Le colorisme ne se limite pas à la maltraitance et au mépris des personnes noires à la peau foncée ; il s'agit également de la normalisation de ce phénomène et de la tendance à vouloir faire taire toute contestation. Même dans une version imaginaire et fictive de son rôle dans le Far West, et même si Beetz l'incarne avec dignité et force, le choix de ne pas être plus authentique par rapport à la personnalité de Stagecoach Mary reste une insulte à son héritage.
Moi qui n'ai jamais été une fan de westerns, chaque scène de The Harder They Fall m'a tenue en haleine. De sa bande-son (un mélange éclectique mais efficace de soul, de hip-hop, d'AfroBeat, etc.) à la cinématographie accrocheuse, en passant par les personnalités dynamiques des personnages, chaque élément du film de Samuels est méticuleusement assemblé pour retrouver l'esprit enfoui du Far West des Noir·e·s. Il s'agit, en fait, d'une lettre d'amour au western noir, une célébration d'une histoire qui a trop souvent été négligée dans les discussions courantes sur l'âge d'or des cowboys et des hors-la-loi. Cependant, en tant que créateur noir dont l'intention était de célébrer une communauté historiquement sous-représentée, la décision de Samuel de ne pas confier le rôle de Stagecoach Mary à une femme noire à la peau foncée est un coup douloureux. Dans sa tentative de mettre en valeur son esprit, il a en fait effacé l'une des choses qui ont probablement façonné son combat.
Hollywood peut penser que le colorisme est payant, mais la vérité est qu'il compromet presque toujours l'authenticité d'un projet. Dans le cas de The Harder They Fall, il enlève toute beauté à cette riche célébration de la Blackness, nous rappelant que même dans l'imaginaire, les femmes noires à la peau foncée sont considérées comme remplaçables. Et finalement, c'est une erreur fatale. 

More from Movies