Forgetful Mothers : la tendre beauté de la parentalité queer

"Ce qui m'a le plus surpris, c'est l'hétéronormativité de mon mode de vie", déclare la photographe Emli Bendixen en évoquant son parcours : quitter Londres, acheter une maison et avoir des enfants. "Je n'ai jamais pensé que cela m'arriverait à moi, principalement parce que je me suis toujours perçue comme incapable de vivre ce genre de vie. Un sentiment très profond de différence couvait en moi depuis si longtemps". Femme queer et racisée, elle parle ouvertement et affectueusement de la façon dont la parentalité l'a aidée à redéfinir intégralement sa notion de la famille et ce qu'elle peut représenter.
Publicité
Aujourd'hui, Bendixen vit à Bristol avec sa compagne et leurs deux enfants : l'un en bas âge, l'autre encore bébé. La vie est douce et bien remplie, car elle concilie les premières années de la maternité, qui sont très prenantes, et son travail de photographe. Chez elle, elle photographie sa petite famille et leur quotidien depuis le tout début, et les rassemble dans une série intitulée Forgetful Mothers.
Photographie : Emli Bendixen.
Photographie : Emli Bendixen.
Née en Corée du Sud, Bendixen a été adoptée au Danemark alors qu'elle n'avait que trois mois. "Grandir dans la campagne danoise a été idyllique à bien des égards, mais l'adoption vous fait sentir comme un outsider, toujours en décalage, je suppose", dit-elle avec délicatesse. " J'ai toujours été consciente non seulement de mon altérité physique avec mes amis blancs, mais aussi du fait que contrairement à eux, je ne connaissais pas - et ne connais toujours pas - mes parents biologiques ou quoi que ce soit les concernant ". Par conséquent, dit-elle, elle s'est sentie différente dès le plus jeune âge et son enfance a été tumultueuse et compliquée. "C'est de là que vient mon intérêt pour les familles des autres", ajoute-t-elle, "en essayant de comprendre ce que les autres avaient et que je n'avais pas". La découverte de son homosexualité à l'âge de 23 ans a été une autre étape dans l'apprentissage de ce qui la différenciait des autres.
Photographie : Emli Bendixen.

Je n'ai jamais pensé que cela m'arriverait à moi, principalement parce que je me suis toujours vue comme incapable de vivre ce genre de vie. Un sentiment très profond de différence couvait en moi depuis si longtemps.

Emli Bendixen
Avant de fonder elle-même une famille, Bendixen a fait ses premiers pas dans le domaine de la parentalité LGBTQ+ avec un projet intitulé Modern Families, dans le cadre duquel elle a photographié tous les types de structures familiales au Royaume-Uni. "Quand j'ai commencé cette série, c'était avec un regard extérieur", dit-elle. "Je n'avais pas de structure familiale classique et je ne comprenais absolument pas ce dont les gens parlaient à leurs parents, ni les liens qu'ils partageaient. Je me sentais incroyablement étrangère et bouleversée par le fait que les gens puissent faire autant confiance à des personnes simplement parce qu'ils ont grandi sous le même toit ou qu'ils partagent un lien de sang". Ainsi, les familles modernes sont devenues une sorte d'aspiration - le concept lui était étranger, mais elle aspirait tout de même à l'intimité d'une cellule familiale un jour. Tout comme ce premier projet, Forgetful Mothers explore la perception de la famille, en explorant et en répondant à des questions telles que "Que pensent-ils de nous", mais cette fois en tournant l'objectif vers l'intérieur.
Publicité
Photographie : Emli Bendixen.
Photographie : Emli Bendixen.
Photographie : Emli Bendixen.
Les images qui composent Forgetful Mothers sont ce que Bendixen appelle avec humour "la version adulte" de sa précédente série Forgetful Girls, une collection de mini zines faits maison qu'elle monte chaque année pour l'anniversaire de sa petite amie. "Nous sommes toutes les deux exceptionnellement tête en l'air - c'est de là que vient le titre, une blague entre nous ! Nous avions l'habitude de beaucoup voyager et nous avions du mal à nous rappeler les détails de ce qui s'était passé et où", raconte-t-elle en riant. Forgetful Mothers a vu le jour à la naissance de notre premier enfant, donc c'est essentiellement un petit album rien que pour nous, un rappel de l'année passée, en images".
Photographie : Emli Bendixen.
Il y a aussi un rare autoportrait de Bendixen. Il fait nuit et elle est assise au pied de l'escalier, la tête reposant contre le mur. "Je photographie les choses que je veux voir, et celles dont je veux me souvenir", explique-t-elle, "des petites scènes de la vie quotidienne et des détails accessoires que je ne peux pas m'empêcher de magnifier". Elle est particulièrement attirée par les petites bizarreries et imperfections de la normalité, ce qu'elle attribue à son histoire personnelle. "C'est un milieu assez diversifié, ce qui, je pense, explique pourquoi je m'épanouis quand tout va de travers. C'est tout ce que je connais". Elle ajoute que la photographie a toujours été pour elle "une forme d'évasion et de découverte". C'est intéressant parce que si ces photos sont pour elle synonymes d'évasion, pour celles et ceux d'entre nous qui regardent de l'extérieur, elles font un travail important de normalisation de l'expérience de cette jeune famille.
Publicité
Photographier les personnes que nous aimons est presque toujours une expérience très intime. Bendixen qualifie cela d'"incongru" et dit qu'elle réfléchit encore à la part de la sphère familiale qu'elle veut offrir au monde. "Les moments les plus intimes, que je considère comme les images les plus fortes, se passent généralement hors ligne. Je me préoccupe beaucoup du consentement de mes enfants et de ce qui pourrait arriver à la propriété des photos à l'avenir - surtout en ligne - alors j'essaie d'éditer moi-même mes photos de manière à montrer cette expérience émotionnelle sans trop dévoiler l'expérience physique". L'ironie, dit-elle, est qu'elle a passé des années à essayer de découvrir ce qu'est la famille et maintenant qu'elle en a une, et qu'elle la comprend, elle hésite à partager ses découvertes. C'est l'essence même la parentalité - un désir écrasant de protéger et de préserver la vie privée des nôtres.
Photographie : Emli Bendixen.
Photographie : Emli Bendixen.
Depuis qu'elle est devenue maman, l'admiration et l'amour de Bendixen pour sa compagne s'est élargie. Elle dit également éprouver un regain de compassion et d'affinité envers les autres parents - indépendamment de son histoire personnelle ou de son identité. Par-dessus tout, ses photographies nous montrent comment occuper fièrement un espace de "queerness" moderne tout en profitant de la plénitude de la vie familiale qui n'est pas toujours offerte à la communauté LGBTQ+. La définition de la famille est en constante évolution et en mutation, mais tant que la structure fondamentale d'un parent qui aime son enfant inconditionnellement est présente, rien d'autre ne devrait importer. Le reste n'est que le merveilleux spectre de la nature humaine.
Photographie : Emli Bendixen.

More from Books & Art