La masturbation peut-elle vraiment booster votre système immunitaire

Photo par Karen Sofia Colon.
Tiger King. Banana bread. Des appels de zoom que nous avons vraiment appréciés. Les premiers jours de la pandémie semblent remonter à 100 ans. Vous souvenez-vous de toutes les blagues sur la masturbation ? Ma préférée était ce tweet viral : "Votre numéro de quarantaine est le nombre de fois où vous vous êtes masturbé moins le nombre de fois où vous avez pleuré". Le Département de la santé et de l'hygiène mentale de New York a même tweeté "La masturbation ne répandra pas la COVID-19". Pendant une étrange seconde, il y a même eu une rumeur selon laquelle la masturbation pourrait renforcer votre système immunitaire.
Publicité
La plupart des discussions sur la masturbation étaient juste des plaisanteries (sur nous-mêmes) parce que nous étions enfermé·e·s à l'intérieur, ennuyé·e·s et béatement inconscient·e·s des horreurs à venir. Mais le discours "se masturber pourrait renforcer votre système immunitaire" était en fait très sérieux. Ces personnes tenant cette information fondaient leurs déclarations sur une étude publiée en 2004 (vous vous en souvenez ?). Un groupe de chercheurs allemands a demandé à 11 hommes de "se masturber jusqu'à l'orgasme", puis leur a fait une prise de sang pour mesurer leur taux de cellules tueuses naturelles T (un marqueur de l'immunité) cinq et 45 minutes après l'orgasme. Les résultats ? Les niveaux étaient plus élevés après que les hommes se soient masturbés. "Ces résultats démontrent que des composants du système immunitaire inné sont activés par l'excitation sexuelle et l'orgasme", ont conclu les chercheurs.
Dommage que l'année 2020 ait été de plus en plus déprimante (sans parler de ce début de 2021) et que nous ayons tous perdu notre libido, n'est-ce pas ? Mais ne vous inquiétez pas - rien ne prouve que se masturber davantage aurait aidé. Premièrement : cette étude portait sur littéralement 11 personnes (11 hommes, en fait), un nombre si petit que ça n'a aucun sens. Même si une étude plus vaste a confirmé que la masturbation augmente les niveaux de cellules T tueuses naturelles, cela ne veut pas dire grand chose. "Il n'y a pas eu d'étude ayant des résultats spécifiques indiquant que la masturbation renforce le système immunitaire d'une manière qui aide à combattre les infections", souligne Erica Smith, une éducatrice sexuelle.
Deuxièmement : "Ne vous découragez pas !" ajoute rapidement Smith. Elle dit qu'il y a plus qu'assez d'autres raisons de se masturber, puis en énumère sept : soulagement du stress, libération d'endorphines, soulagement des crampes menstruelles, connexion accrue avec son propre corps et connaissance de celui-ci, meilleure estime de soi sur le plan sexuel, meilleur sommeil et plaisir - oh oui, tout ça.
Mais si vous vous êtes vraiment convaincu·e de pouvoir vous masturber en cas de rhume, vous êtes peut-être tombé·e sur cette étude publiée dans la revue Psychological Reports, qui a montré que les personnes ayant des rapports sexuels une à trois fois par semaine présentaient des taux d'anticorps (IgA, qui joue un rôle crucial dans le système immunitaire) plus élevés que celles qui avaient des coïts plus ou moins fréquents.
Mais la·le partenaire peut être la clé des bienfaits immunitaires, et non de l'orgasme. "Les personnes sexuellement actives peuvent être exposées à beaucoup plus d'agents infectieux que les personnes non actives sexuellement", a déclaré Clifford Lowell, un immunologiste de l'Université de Californie à San Francisco qui n'a pas participé à l'étude, selon Eurekalert. "Le système immunitaire répondrait à ces antigènes étrangers en produisant et en libérant plus d'IgA".
Il est intéressant de noter que lorsqu'on a demandé pourquoi les personnes qui ont des rapports sexuels plus souvent qu'une à trois fois par semaine avaient des taux d'IgA plus faibles, l'un des auteurs de l'étude a spéculé qu'elles "peuvent être dans des relations obsessionnelles ou mauvaises qui leur causent beaucoup d'anxiété", ce qui à son tour supprime les taux d'IgA. Un peu critique, non ?
Au bout du compte, j'espère que personne n'arrêtera de se masturber juste parce que ce n'est peut-être pas un remplacement de la vitamine C et du zinc. À bien des égards, se masturber est vraiment agréable et sain. De plus, comme le souligne ce tweet du Département de la santé et de l'hygiène mentale de New York, la masturbation ne comporte pas le même risque de propagation de la COVID-19 que le sexe, puisqu'il s'agit d'une activité favorisant la distanciation sociale. C'est Smith qui le dit le mieux : "Vous ne pourrez peut-être pas 'vaincre' un virus de cette façon, mais vous ne ferez de mal à personne si vous essayez".
Publicité

More from Wellness