Pourquoi il est normal de se masturber en étant en couple

Photographed by Amanda Picotte.
Il y a quelque temps, je somnolais dans mon lit lorsque mon mari a emmené notre chien faire une promenade matinale. Seule, j'en ai eu l'envie et je me suis masturbée. J'ai eu un orgasme rapide et décent, suivi d'une poussée de culpabilité. Ce n'était pas l'acte lui-même (je suis bien consciente que TOUT LE MONDE LE FAIT). Mais parce que je suis en couple, me masturber me donne parfois l'impression d'être comme lorsque j'étais au lycée - furtive et honteuse, et comme si c'était quelque chose que je ne devrais pas faire, du moins pas quand j'ai facilement accès à mon mari.
Publicité
Avant de me traiter de mauvaise féministe sexuellement refoulée, lisez ceci. J'ai la trentaine, et comme beaucoup de millennials, j'essaie encore de me libérer des contraintes d'une éducation sexuelle bâclée ; la mienne a été largement influencée par des romans d'amour volés à ma mère et par le vieil adage selon lequel "les gentilles filles attendent". Donc, quand il s'agit de parler à mon partenaire d'auto-plaisir, je ne le fais pas vraiment. C'est plutôt du genre : "Je sais que tu te masturbes, tu sais que je me masturbe, mais mettons nous d'accord pour ne jamais en parler, et nous pouvons oublier la fois où j'ai laissé du porno sur l'ordinateur portable" (c'était ma faute). "Il y a beaucoup de secrets autour de cela dans les couples", déclare Robin Milhausen, professeure de sexualité à l'université de Guelph. "La plupart des gens n'ont aucune idée de la fréquence à laquelle leur partenaire, quel que soit son sexe, se masturbe".
Et nous nous y attelons sans aucun doute, certain·es d'entre nous bien plus depuis l'apparition de la COVID-19. En fait, à en juger par les ventes en masse de sex toys, la masturbation permet à certain·es d'entre nous de traverser la pandémie tout·es seul·es. Une étude de l'Institut Kinsey de l'Université de l'Indiana a révélé que 33 % des hommes et 20 % des femmes se masturbent plus souvent depuis que le confinement a eu lieu. Par ailleurs, 24 % des femmes se masturbent moins, ce qui n'est pas surprenant puisque beaucoup d'entre elles ont moins de temps pour se masturber seules, car nous assumons encore plus de tâches émotionnelles et domestiques.
Publicité
Par ailleurs, il y a toujours eu des règles sexuelles différentes pour les hommes et les femmes. J'ai grandi en regardant les rôles principaux masculins sauter sur tout ce qui bouge alors que les femmes étaient honteuses de coucher avec des professeurs de danse sexy et sensibles. J'ai donc appris à minimiser ma libido, au moins en apparence. Ce n'est que récemment que les femmes ont été encouragées à assumer leur sexualité, y compris notre activité solitaire sous les draps. (Bien qu'on nous montre encore très rarement comment le faire de manière non hétéronormative).

J'ai grandi en regardant les rôles principaux masculins sauter sur tout ce qui bouge alors que les femmes étaient honteuses de coucher avec des professeurs de danse sexy et sensibles. J'ai donc appris à minimiser ma libido, au moins en apparence.

"Le fossé orgasmique est l'un des plus importants clivages entre les sexes", déclare Alexandra Fine, sexologue et co-créatrice de Dame Products, une ligne de sex toys destinée aux personnes ayant une vulve. Ce fossé s'applique à la masturbation, mais aussi au sexe. Des études ont montré que, dans les relations hétérosexuelles, les femmes jouissent beaucoup moins que les hommes pendant les rapports sexuels. (Les lesbiennes ont plus d'orgasmes que les femmes hétérosexuelles ou bisexuelles). Ce fossé s'explique par de nombreux facteurs - du manque de connaissances des partenaires sur notre anatomie à l'anxiété - mais il indique également "qui a droit au plaisir et pourquoi", explique Fine. "Les femmes sont beaucoup plus susceptibles de penser au sexe comme étant pour le plaisir d'une autre personne. Cela fait tellement partie du discours sexuel féminin".
Milhausen pense que nous avons fait beaucoup de chemin, mais elle reconnaît que le plaisir personnel est l'un des derniers obstacles à notre révolution sexuelle. "La masturbation est le dernier vestige de la différence entre les sexes [en matière de sexualité], les hommes la pratiquant beaucoup plus souvent que les femmes". (Il est intéressant de noter que ses recherches ont révélé que les femmes semblent tirer plus de plaisir de la masturbation que les hommes, mais c'est une autre histoire).
Publicité
Cela n'aide pas que l'industrie du plaisir soit commercialisée auprès des hommes - même si les sites pornographiques féministes et les entreprises comme Dame se développent. Changer les scénarios sexuels que nous apprenons à un jeune âge exige également un certain remaniement mental de notre part. Se masturber mais ne pas vouloir avoir de relations sexuelles un jour ne fait pas de vous un·e mauvais·e partenaire. Et être excité·e par un passage sexy d'un livre et sortir son vibromasseur quand son conjoint est sorti pour courir 10 km n'est pas une raison pour se sentir coupable.
En outre, les femmes se noient déjà dans la culpabilité à propos de tout, surtout lorsqu'il s'agit de prendre du temps pour soi, sexuel ou autre. "Nous devons commencer par encourager les femmes à avoir plus de temps libre et à prendre plus de temps pour elles-mêmes… et la question du sexe va s'aligner", déclare Milhausen. "Mais tant que les femmes n'auront pas cinq minutes pour prendre une douche ou faire une promenade, ou pour lire un livre ou parler à une amie, je ne vais pas lui demander d'aller prendre le temps de se masturber".
Fine, pour sa part, dit qu'elle n'a aucun problème à jouir seule avec son mari à ses côtés. "Je me masturbe souvent à côté de lui", confie-t-elle. "Parfois, ça évolue vers autre chose. Et parfois ce n'est pas le cas, et parfois je ne veux pas que ça le soit… Nous faisons ça depuis des années et je ne réfléchis même plus. C'est comme quand on commence à pisser l'un devant l'autre. La première fois, c'est vraiment bizarre et puis après, c'est bon."
Je ne suis pas sûre de pouvoir prendre mon pied pendant que mon mec regarde les rediffusions de foot sur son iPad à côté de moi, mais je dois dire que je me suis récemment retirée dans la chambre pendant un certain temps, et il s'en fichait complètement. Il s'avère que notre "ne parlons pas de la masturbation" a peut-être été mon propre problème depuis le début.
Et je sais ce que je ferai la prochaine fois qu'il emmènera le chien au parc.

More from Sex & Relationships