Oui, le porno coronavirus existe

Photo: Getty Images.
Les préoccupations concernant le coronavirus semblent avoir envahi les moindres recoins de notre vie. Ce qui inclut également nos chambres et nos navigateurs web. Car oui, des gens font et recherchent du "porno coronavirus".
Si vous cherchez sur le site PornHub (ce que j'ai fait, par hasard, à mon bureau, dans un open space), vous verrez au moins 247 résultats. Certains films présentent des scènes avec des personnes ayant des rapports dans des combinaisons jaunes. Dans l'un d'eux, une personne portant à la fois une casquette de baseball et un masque facial tente de prodiguer du plaisir avec la langue sur son partenaire à travers le tissu médical de l'équipement de protection. 
Publicité
En cliquant sur ces vidéos, vous serez probablement trop concentré sur la qualité des films et, euh, sur d'autres choses, pour réellement penser à la véritable pandémie du COVID-19 - qui a tué au moins 6.606 personnes et en a infecté plus de 167.000 au 16 mars.
À un certain niveau, il s'agit simplement de faire ce que le porno fait le mieux : offrir une échappatoire à nos angoisses, explique Nan Wise, sexologue, spécialiste en relations et neuroscientifique en cognition. "Je pense que nous nous appuyons sur des dispositifs comme le porno et la distraction pour gérer le stress", explique Wise. "Je ne suis donc pas surprise que les gens canalisent leur énergie dans la création de porno coronavirus". 
Le genre comprend des clips intitulés "Sexe public très risqué dans la rue pendant la quarantaine... putain de coronavirus !!" et, plus vaguement, “Enquête sur la ville déserte de Wuhan avec images d’une caméra de surveillance d’un agent CDC”, créé par le duo Spicy x Rice, qui sont tous deux basés au Japon et indiquent à Refinery29 qu'ils sont désormais en auto-quarantaine à cause du coronavirus. 
Leur travail spécifique imagine un employé des centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), qui se promène dans un établissement médical abandonné de style Je suis une légende. Il erre dans l'obscurité, respirant bruyamment à travers le masque de sa combinaison de protection, quand soudain une femme vêtue d'une blouse d'hôpital apparaît de nulle part. Elle lui fait une fellation, puis se met sans un mot à le baiser à travers un trou dans sa combinaison. 
Publicité
"Je pense que les gens sont attirés par ce genre de porno parce que c'est l'une de ces peurs que vous ne pouvez pas accepter", m'explique le cinéaste Spicy. Spicy, comme beaucoup d'autres, éprouve une certaine anxiété face au coronavirus - qui provoque des symptômes tels que la fièvre, la toux et des difficultés respiratoires, selon le CDC.
"Avec le coronavirus, c'est au-delà de mon contrôle, et je pense que c'est là que l'art brille vraiment", déclare Spicy. "L'avenir n'est pas entre nos mains, mais l'art est un moyen de le contrôler. En créant une histoire - en réalisant un porno - à ce sujet, j'ai en quelque sorte l'impression de contrôler mes propres peurs. Je peux dicter l'histoire, même si elle n'est qu'imaginaire".
Tout porno est controversé. Et la controverse est amplifiée quand on fait des films sur un virus qui tue des gens. Spicy raconte qu'il a été pris à partie pour ce que certains considèrent comme une sérieuse pandémie. Mais il explique que lui et son partenaire ne voulaient offenser personne. "Je suis content pour les personnes qui ont apprécié le contenu, mais j’hésite à supprimer les vidéos depuis un moment parce que j'ai peur que cela m'attire trop d'attention négative", dit-il. 
De plus, certaines vidéos pornographiques de coronavirus mettant en scène des acteurs asiatiques ont suscité des commentaires carrément racistes.
Little Squirtles, qui a joué dans une vidéo porno inspirée du coronavirus, confie à Refinery29 qu'elle essaie généralement de faire abstraction des commentaires désobligeants. "Je n'ai pas eu de commentaires racistes dans les vidéos du coronavirus que nous avons réalisées - je pense que même si les gens veulent être blessants, il y a une ligne que beaucoup d'entre eux ne franchiront pas, car il y a eu beaucoup de tumultes (et à juste titre) contre les personnes qui discriminent les Asiatiques et les minorités depuis le début des épidémies", dit-elle.
Publicité
En fin de compte, Wise affirme que l'apparition du porno COVID-19 n'est pas surprenante, mais qu'elle n'est peut-être pas non plus la meilleure façon de faire face aux angoisses liées au coronavirus.
"Le porno en soi n'est ni bon ni mauvais, mais ce que nous devons prendre en compte, c'est que nous sommes actuellement dans une récession du sexe dans notre société", déclare Wise. "Quand on est stressé, on est plus anxieux et on est moins enclin à utiliser les vrais anti-stress, c'est-à-dire avant tout le contact avec les gens... Et même si nous devons nous isoler un peu en ce moment à cause du virus, nous pouvons certainement encore établir des contacts avec les personnes qui sont dans la pièce avec nous".
En d'autres termes, plutôt que de regarder du porno en solo, pratiquez le sexe dans la vie réelle - mais seulement si vous êtes sûr à 100 % de ne pas être malade. Oui, et ce, même si vous avez sous la main une combinaison de protection avec un trou à l'entrejambe.

More from Wellness