“Defund the Police” : le mouvement qui fait rage aux Etats-Unis

Bien avant qu'un policier de Minneapolis ne plaque son genou au cou de George Floyd, lui coupant lentement son approvisionnement en air jusqu'à ce qu'il décède, les policiers américains tuaient des Noir·es en toute impunité. L'officier qui a tué Floyd, Derek Chauvin, était membre du département de police de Minneapolis, bien qu'il ait fait l'objet d'au moins 17 plaintes pour faute professionnelle. Les officiers responsables de la mort de Philando Castile, Freddie Gray et Terence Crutcher ont été acquittés ou leurs charges ont été abandonnées, et les officiers qui ont tué Michael Brown, Alton Sterling et Tamir Rice n'ont jamais été inculpés.
Publicité
La fréquence et l'uniformité avec lesquelles les flics sont libérés après avoir blessé ou tué des personnes de couleur expliquent pourquoi des manifestations contre les violences policières ont éclaté dans toutes les grandes villes américaines en réaction à la mort de Floyd. C'est aussi la raison pour laquelle les militant·es appellent non pas à réformer la police, mais à la démanteler.
Habituellement, "defund" (définancer) quelque chose signifie le dépouiller entièrement de son financement. Mais alors que certain·es préconisent l'abolition totale des forces de police américaines, de récentes propositions visant à définancer la police demandent simplement que leurs budgets soient réduits de façon drastique et que les municipalités des villes et des états réinvestissent une partie de l'argent qui serait normalement dépensé pour la police dans le logement, l'emploi et les soins de santé.  
Au cours des 30 dernières années, les budgets de la police ont explosé dans les villes américaines. Selon Forbes, les États-Unis dépensent aujourd'hui plus de 100 milliards de dollars (88 milliards d'euros) collectivement pour le maintien de l'ordre (même si la criminalité a diminué au cours de la même période, indépendamment de l'augmentation des budgets). Dans les années qui ont suivi les attentats du 11 septembre 2001 en particulier, l'afflux massif d'argent a servi à créer une force de police de plus en plus militarisée : les officiers portent des armes de qualité militaire et conduisent des véhicules blindés, en grande partie grâce à un pipeline d'équipement entre l'armée et la police que certains législateurs américains demandent maintenant d'abolir. Parallèlement, les budgets de la police ont augmenté, les pratiques policières se sont durcies et de nombreux agents ont été formés à adopter une attitude défensive et à déployer des tactiques agressives afin de rester en sécurité sur le terrain. 
Publicité
Mais le fait que la police américaine soit armée jusqu'aux dents est particulièrement surprenant étant donné que les recherches n'ont trouvé aucune preuve que le renforcement des budgets de la police permet aux civils d'être plus en sécurité. Au contraire, un rapport de 2017 du Center For Popular Democracy a constaté que la réaffectation de l'argent actuellement dépensé pour la police vers "un salaire décent, l'accès à des services et des traitements de santé holistiques, des possibilités d'éducation et un logement stable… [serait] beaucoup plus efficace pour réduire la criminalité que la police ou les prisons".
De nombreux politiciens aux États-Unis prennent ces recommandations au sérieux. Ils demandent aux villes de redistribuer une partie de l'argent normalement consacré au renforcement des effectifs de police dans les quartiers, et d'investir plutôt dans des programmes de santé publique. Le mouvement a déjà des alliés clés à des postes importants : le 1er juin, la députée Alexandria Ocasio-Cortez a publié sur Twitter sa critique du budget surdimensionné de la police de New York.
"Si les budgets de la police avaient acheté la paix, la police de New York aurait dépensé son budget de six milliards de dollars dans l'opération de désescalade la plus sophistiquée du monde", a-t-elle écrit. "Il est clair que ce n'est pas le cas."
La sénatrice de l'État de New York, Julia Salazar, a également tweeté récemment en faveur du définancement du département de police de New York. Ce dernier dispose actuellement d'un budget de fonctionnement de 6 milliards de dollars (5,3 milliards d'euros) et cette somme est restée pratiquement inchangée depuis la restructuration du budget du maire Bill de Blasio le 19 octobre 2001. Alors que le département de l'éducation et le département de la jeunesse et du développement communautaire de la ville ont subi des restrictions bien plus importantes.
Publicité
"Je pense que les tentatives de réforme du NYPD ont échoué - les tentatives de fournir une formation de désescalade, de former les officiers pour les urgences, la santé mentale, les premiers secours", a récemment déclaré Salazar à The Appeal. "Lorsque nous regardons leurs ressources et la manière dont ils les utilisent de manière violente et impitoyable, cela renforce encore plus la nécessité de réduire leurs budgets et d'utiliser ensuite ces fonds pour les services sociaux et la protection publique de proximité".
Cette idéologie se reflète dans des mouvements similaires qui ont surgi dans tout le pays : en 2019, des militant·es de la coalition "Durham Beyond Policing", basée à Durham, en Caroline du Nord, ont fait campagne pour que le gouvernement de la ville s'engage à ne pas financer l'embauche de nouveaux policiers, et ont obtenu gain de cause. Dans son annonce de la décision de soutenir la proposition du groupe, Jillian Johnson, maire pro tempore de Durham, a écrit : "Les communautés les plus sûres n'ont pas le plus de flics ; elles ont le plus de ressources". Et à Austin, au Texas, des groupes comme Austin Justice Coalition (AJC) ont demandé au conseil municipal de réaffecter 1,75 million de dollars (1,55 million d'euros) du budget de la police aux EMS (Emergency Medical Services), afin que les appels au 911 impliquant des urgences de santé mentale soient traités par des équipes de santé mentale formées plutôt que par la police.
Alors qu'un nombre croissant de militant·es sont impatient·es de voir les budgets de la police diminuer, un récent sondage Gallup a révélé que, malgré tous les cas de violence et de mauvaises conduites, la police reste une institution américaine qui jouit d'une forte confiance du public. De plus, les puissants syndicats de police et les conventions collectives contribuent souvent à accorder aux policiers des protections à toute épreuve en terme d'emploi et d'avantages sociaux, ce qui signifie que la lutte pour démanteler les infrastructures policières existantes sera difficile.
Mais comme Patrisse Cullors, co-fondatrice du mouvement Black Lives Matter, l'a récemment déclaré à "Nightline", les manifestant·es de tout le pays ont fait de "la responsabilité de la police" leur revendication presque singulaire - et ils ne s'arrêteront probablement pas tant qu'elle n'aura pas été satisfaite.
"[Les manifestants] veulent voir l'arrestation de tous les officiers impliqués [dans le meurtre de George Floyd]. Ils ne veulent plus de terreur, plus de terreur policière dans leurs communautés", a déclaré Cullors. "Ils attendent tous des excuses. Ils veulent tous qu'on leur dise : "Je suis désolé. Ce que j'ai fait est mal. C'est inacceptable. Nous ne recommencerons pas et c'est ce que nous allons changer".

More from US News