“N’ayez pas peur du Covid” lance Trump malgré la mort de 210 000 Américains

Photo: Chris Kleponis/Polaris/Bloomberg/Getty Images.
Lundi après-midi, le président Donald Trump a tweeté qu'il quitterait le centre médical Walter Reed à 18h30 (ET) après une hospitalisation de trois jours suite à un test Covid-19 positif. "Je me sens vraiment bien", a-t-il écrit. "N'ayez pas peur du Covid. Ne le laissez pas dominer votre vie. Nous avons développé, sous l'égide de l'administration Trump, des médicaments et des connaissances vraiment formidables. Je me sens mieux qu'il y a 20 ans !"
Même si nous ne pouvons plus être choqués par les tweets de Trump, il est toujours consternant de se souvenir à quel point sa cruauté et son mépris de la vie humaine semblent sans limite. Même après avoir fait l'expérience de graves symptômes du Covid-19, nécessitant un supplément d'oxygène et une fièvre atteignant 39,4°C, il ne se soucie aucunement des personnes qu'il a été chargé de protéger. Le Covid-19 a fait plus de 210 000 victimes aux États-Unis, dont beaucoup sont mortes soit parce qu'elles n'avaient pas accès aux soins médicaux dont elles avaient besoin, soit parce qu'elles ont été victimes de la désinformation généralisée, notamment sous la forme de propagande anti-masques, diffusée par l'administration Trump. 
Publicité
L'expérience de Trump et le traitement de la maladie sont loin d'être représentatifs. Pas de long trajet en voiture pour le président des États-Unis, il a été transporté par hélicoptère dans un hôpital de classe mondiale doté d'une suite présidentielle pour y recevoir des soins 24 heures sur 24 dispensés par des médecins de haut niveau. Ses médecins lui ont administré "des bassines" de médicaments avec lesquels presque personne n'a encore été traité - un fait qui a inquiété les experts médicaux, car cela suggérait que son état était bien plus grave que ce que la Maison Blanche avait laissé entendre. Il a reçu des anticorps expérimentaux produits par Regeneron (une entreprise de biotechnologie américaine), le médicament antiviral remdesivir, et la dexaméthasone, un stéroïde généralement recommandé uniquement pour les patients souffrant de cas graves et critiques de COVID. (Fait intéressant : Trump aurait des liens avec le PDG milliardaire de Regeneron - ce qui explique probablement pourquoi il a tweeté sur "l'excellence du traitement et des connaissances" de l'entreprise).
Pendant ce temps, tout au long de la pandémie, d'innombrables autres Américains se sont fait dire de ne pas se rendre à l'hôpital et se sont même vu refuser des tests à moins de ne plus pouvoir respirer. Des gens sont morts chez eux parce que les lits d'hôpitaux étaient saturés. Le bilan est particulièrement sombre pour les Noirs, les Latinos et les personnes à revenus modestes. En avril, un homme noir de Detroit racontait que son père s'était rendu dans plusieurs hôpitaux pour cause d'essoufflement, de fièvre et de fatigue, et qu'il avait été refusé à plusieurs reprises, au motif qu'il souffrait d'une simple bronchite. Il est mort chez lui et son autopsie a révélé qu'il était bien atteint du coronavirus. Il existe un nombre incalculable de récits de ce genre, de personnes qui auraient survécu si l'administration avait fait un iota de travail pour se préparer à l'assaut de cette pandémie, dont ils ont eu connaissance en décembre dernier. Mais selon les informations des lanceurs d'alerte, c'est Trump lui-même qui a empêché le groupe de travail sur le coronavirus de prendre des mesures significatives. Aujourd'hui, des personnes continuent de mourir sous sa responsabilité alors qu'il bénéficie de soins de premier ordre. Leur dire de ne pas avoir peur est non seulement un acte d'ignorance, mais aussi extrêmement cruel.
Publicité
Tout en jouissant de privilèges que très peu obtiennent, M. Trump continue à se comporter de manière narcissique et intéressée. Il se soucie si peu de tout, si ce n'est de sa propre image, qu'il aurait convaincu ses médecins de le laisser faire une virée dans l'hôpital dimanche, avec des membres des services secrets l'acompagnant dans une voiture présidentielle hermétiquement close, tandis que des supporters agitaient des drapeaux. Il est difficile pour beaucoup d'entre nous de concevoir comment quelqu'un a pu faire quelque chose d'aussi irréfléchi et dangereux - mais il l'a fait. Il est alarmant qu'une foule de personnes l'ait acclamé, et que cela ne semble pas les inquiéter qu'il ne soit pas en quarantaine alors qu'il est en cours de traitement pour un virus mortel. Il est également alarmant que beaucoup ne semblent pas remarquer qu'il utilise si clairement sa guérison pour répandre des mensonges sur le virus à l'approche des élections. Et il est particulièrement alarmant qu'en disant aux gens de ne pas avoir "peur" du virus, il va continuer à encourager un comportement négligent chez ses supporters qui, à leur tour, vont infecter d'autres personnes.
Il semble également se moquer du fait que de nombreux hauts fonctionnaires - ainsi que la première dame Melania Trump - sont désormais positifs au virus, notamment l'ancienne conseillère Kellyanne Conway, l'attachée de presse de la Maison Blanche Kayleigh McEnany, le sénateur de l'Utah Mike Lee, le sénateur de Caroline du Nord Thom Tillis et le gouverneur du New Jersey Chris Christie. Il est probable qu'ils ont tous été infectés lors de la célébration de la nomination du juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême le 26 septembre. De nombreux rapports font également état de tests positifs chez d'autres membres du personnel de la Maison Blanche. Sans parler des nombreuses personnes qui travaillent pour Trump - serveurs, sécurité, personnel de nettoyage - qui ont été exposées simplement en faisant leur travail, qui sont rentrées chez leurs parents et grands-parents et les ont exposées. Il est, à lui seul, l'exemple même du "super-spreader" : selon les rapports, il est possible que Trump ait été exposé au virus avant le débat présidentiel de mardi dernier, ce qui signifie qu'il a infecté des centaines de personnes avant que la Maison Blanche n'annonce le résultat positif de son test. 
L'attitude insouciante de ses déclarations trahit non seulement un immense privilège, mais aussi un manque affligeant de considération pour quiconque, sauf pour lui-même. Nombreux sont ceux qui ressentent de la colère, et peut-être même de la trahison, en ce moment même - et c'est une réaction tout à fait compréhensible.

More from US News