Zoom sur Sarah McBride, première sénatrice transgenre de l’histoire des États-Unis

Mise à jour : La candidate démocrate Sarah McBride a remporté un siège au Sénat de l'État du Delaware mardi soir, devenant ainsi la plus haute personnalité politique ouvertement transgenre aux États-Unis.
Cet article a été publié pour la première fois le 28 octobre 2020 à 11h30 sur notre site États-Unis.
Sarah McBride a un souvenir très vif : elle se tient devant le Sénat de l'État du Delaware, "en larmes, plaidant pour ma dignité fondamentale". Nous sommes en 2013 et elle est encore en dernière année d'université, où elle collabore avec Beau Biden, alors procureur général du Delaware, sur la loi de non-discrimination relative à l'identité de genre. Cette loi a été adoptée à une voix près.
Publicité
Aujourd'hui, McBride est en passe de devenir membre de ce même Sénat en vue de représenter le premier district du Delaware et de devenir la politicienne transgenre la plus haut placée du pays. Elle a déjà passé de nombreuses années à défendre les droits des personnes LGBTQ+ à Douvres, où elle a occupé le poste d'attachée de presse nationale de la campagne pour les droits de l'homme ; en 2016, elle est entrée sur la scène nationale en s'exprimant à la Convention nationale démocrate se décrivant comme une "fière Américaine transgenre", la première à le faire. Elle s'est entretenue avec Refinery29 sur la manière dont les législateurs des États américains peuvent agir pour prévenir la violence contre les personnes transgenres, sur la signification d'une véritable représentation au sein du gouvernement et sur sa relation avec la famille Biden, qui l'a soutenue lorsqu'elle a fait sa déclaration publique en 2012. 
Quand avez-vous su que vous vouliez vous présenter à une fonction publique ? Je me souviens qu'à la DNC en 2016, vous avez dit qu'à un moment donné, vous pensiez que vos rêves et votre identité s'excluaient mutuellement. Quand avez-vous cru que ces rêves pouvaient se réaliser ?
"Pour moi, les rêves dont je parlais alors étaient les rêves de trouver une communauté, de trouver l'amour, de trouver l'épanouissement professionnel et de pouvoir faire une différence dans ma communauté. Il n'a jamais été question d'un poste ou d'un titre, mais plutôt de savoir où je pouvais faire le plus de différence. Je me suis engagée très tôt dans la politique, mais l'idée qu'une personne comme moi puisse se présenter aux élections semblait tellement impossible que c'était difficile à comprendre. En regardant le potentiel de notre communauté, le travail inachevé, l'ouverture de ce siège et l'incroyable potentiel de changement que je pense que la législature du Delaware offre, cela m'a semblé être le bon moment et le bon endroit pour y consacrer mon énergie".
Publicité
Quand on est transgenre, on a l'impression que des barrières se dressent devant nous. Pour ma part, une partie du processus a consisté à réaliser que ces barrières n'existent pas, ou du moins à comprendre qu'elles peuvent être renversées.
"Je pense que c'est tout à fait exact. Je suis optimiste et j'ai bon espoir que notre démocratie mérite qu'on se batte pour elle, car au cours des dix dernières années, j'ai constaté que le changement est possible. J'ai constaté que ce qui semblait autrefois tellement impossible et incompréhensible devient non seulement envisageable, mais aussi, dans de nombreux cas, une réalité aujourd'hui. Et que notre système, avec les bonnes personnes qui ont le courage d'agir, peut encore faire des progrès pour ceux qui en ont si désespérément besoin".
L'un de ces changements, l'été dernier, a été la décision de la Cour suprême dans l'arrêt Bostock V. Clayton, statuant que les personnes LGBTQ+ ne peuvent être victimes de discrimination sur le lieu de travail. J'ai l'impression que personne ne s'attendait à cela. Quelle a été votre première réaction ?
"Le soulagement et la surprise. Cette Cour suprême est bondée de représentants républicains et conservateurs, et je pense qu'après avoir entendu les arguments présentés oralement sur le volet trans de l'affaire, il y avait de fortes craintes que cela n'aille pas dans le bon sens. Non pas parce que la loi n'est pas de notre côté - je pense que la jurisprudence préexistante a montré que la loi protège les personnes LGBTQ+ contre la discrimination - mais il y avait une inquiétude quant au manque de compréhension de ce qui constitue une personne transgenre et que ce manque de compréhension ferait obstacle à un jugement précis.
Publicité
"Il y a évidemment encore beaucoup de travail à faire pour changer les mentalités, il y a encore beaucoup de travail à faire pour créer un monde où les personnes transgenres racisées sont particulièrement à l'abri de la violence. Parce que même à son niveau le plus élevé, l'arrêt Bostock ne pourra avoir un impact que sur certains domaines de la vie qui n'incluent pas le logement et les espaces publics".
Je suis d'accord, c'était une grande victoire, mais la loi sur l'égalité, qui a été adoptée à la Chambre mais pas au Sénat, protégerait les personnes LGBTQ+ contre la discrimination au niveau des États et au niveau fédéral. 
"La décision Bostock a renforcé et souligné la nécessité d'adopter une loi sur l'égalité. Elle n'a pas miné ou nié son importance, elle a seulement renforcé l'élan et la nécessité de cette loi".
Que signifie pour vous une véritable représentation dans le processus législatif ?
"Tout d'abord, cela signifie un pouvoir symbolique. Le vieux dicton dit : "On ne peut pas être ce qu'on ne voit pas", et la réalité est que quand une personne transgenre est élue et peut servir dans un organe législatif à n'importe quel niveau, il y aura un jeune enfant qui se bat avec son identité et qui essaie de trouver sa place dans ce monde, qui se couchera ce soir-là et qui saura que peu importe les insultes dont il a fait l'objet dans la cour de récréation ou à l'école, notre démocratie est assez large pour l'accueillir. Cela peut être un message salvateur, un message qui peut changer une vie, et au minimum un message d'affirmation de la vie.
Publicité
"Ensuite, les questions peuvent rester abstraites lorsque aucune des personnes concernées n'a de place à la table des négociations. Une représentation diversifiée donne vie aux questions qui ont un impact sur la communauté représentée. La seule façon pour les organes législatifs d'élaborer des politiques publiques qui répondent aux besoins d'une communauté diversifiée est que toute la diversité de cette communauté ait un siège à la table pour qu'un large éventail de voix puisse être inclus dans ces conversations. Même au-delà des questions d'égalité LGBTQ, lorsque nous avons des personnes qui n'ont jamais participé à ces conversations, les politiques que nous adoptons deviennent beaucoup plus efficaces pour répondre aux besoins des communautés que nous cherchons à servir. On ne peut pas avoir un gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple, si tout le peuple n'est pas représenté. La diversité au sein du gouvernement n'est pas un luxe, c'est une composante essentielle d'une démocratie saine".
Il est triste de constater que cette année est la pire année enregistrée pour le meurtre de personnes transgenres. Comment les législateurs des autres États peuvent-ils suivre vos actions en plaidant pour des protections contre la discrimination afin de prévenir la violence à l'égard des personnes transgenres ?
J'adore la façon dont vous formulez cette question, car cette dernière est parfois très orientée, comme "Comment allez-vous précisément lutter contre la violence à l'égard des personnes transgenres ?" C'est une question qui devrait être posée à tous les élus.
"Il y a une poignée de mesures que nous devons prendre afin de lutter contre cette épidémie de violence, en particulier envers les femmes noires transgenres. Il est évident qu'il est nécessaire d'établir une égalité juridique absolue. Des protections contre la discrimination qui garantissent aux personnes transgenres l'accès à l'emploi, au logement, aux refuges et aux services sans risque de discrimination.
Publicité
"Une autre est l'autonomisation économique. Il s'agit d'investir dans des entreprises détenues et gérées par des membres de cette communauté ; il s'agit de veiller à ce que nos écoles soient sûres pour les personnes LGBTQ afin qu'elles puissent recevoir l'éducation nécessaire pour pouvoir non seulement vivre, mais aussi s'épanouir. La violence à laquelle les personnes transgenres sont confrontées est souvent le résultat de préjugés, de discrimination et d'obstacles institutionnels qui poussent les personnes transgenres à quitter leur emploi et leur logement stables pour aller vivre dans la rue.
"Nous devons nous assurer que nous poursuivons une justice raciale dans toutes nos politiques ; nous devons réformer et réimaginer notre système de justice pénale pour protéger réellement la dignité de chaque personne. Au-delà de tout cela, nous avons besoin de représentants politiques qui défendront dans leur rhétorique et leurs actions la dignité et l'humanité de chaque personne".
Vous vous présentez comme une candidate pour les soins de santé, ce qui est essentiel en ce moment pour de nombreu·se·s·x Américain·e·s, et comme vous le savez, encore plus pour les Américain·e·s LGBTQ+. Que faut-il faire pour aider la population à s'orienter dans un système médical où les soins peuvent être médiocres et la couverture sociale inexistante ?  
"J'espère que nous ferons progresser notre politique publique dans une optique de santé publique, et qu'une partie de cette optique est une priorité d'équité.
"En outre, je pense que nous devons reconnaître que la capacité de la population à bénéficier des soins de santé dont elle a besoin n'est pas seulement une question du coût de l'assurance ou du coût des soins, mais aussi des choix impossibles à faire pour obtenir les soins dont elle a besoin. C'est pourquoi je suis si attachée aux congés payés pour raisons familiales et médicales, car comme nous l'avons vu durant la pandémie, personne ne devrait perdre sa source de revenus face à la maladie, et chacun devrait pouvoir obtenir l'aide dont il a besoin de la part de ses proches.
Publicité
"Toutes ces questions sont essentielles pour les personnes LGBTQ, car si nous avons des besoins uniques, nous avons les mêmes besoins sous-jacents que n'importe qui. Pour créer un système médical qui reconnaisse tout le monde, nous devons reconnaître les besoins divers et uniques des personnes LGBTQ, qu'il s'agisse de personnes vivant avec le VIH, de personnes transgenres ayant besoin de soins médicaux ou de couples homosexuels qui cherchent à fonder une famille".
Vous connaissez Joe Biden depuis un certain temps. Il a même écrit la préface de votre livre, Tomorrow Will Be Different : Love, Loss, and the Fight for Trans Equality. Pouvez-vous le décrire en tant que personne ? Comment convaincre les élect·eur·rice·s sceptiques de soutenir la présidence de Joe Biden ?
"Joe Biden est aussi décent, gentil et compatissant derrière les portes qu'il l'est en public. J'ai travaillé pour Beau Biden, qui était pour moi un chef, un mentor et un ami. J'ai travaillé pour lui sur ses campagnes, mais j'ai aussi travaillé en étroite collaboration avec lui pour faire passer la loi de non-discrimination à laquelle nous avons collaboré. Joe Biden est une personne qui sait écouter, et qui écoute avec le cœur. C'est quelqu'un qui a lui-même fait face à une tragédie incroyable, mais qui a reconnu que la seule façon de faire face à cette douleur était de la canaliser vers un objectif, et il a, je pense, à bien des égards, perpétué l'héritage de Beau, et sa défense de l'égalité LGBTQ. Il a devancé non seulement les présidents et les vice-présidents, mais aussi presque tous les hommes politiques nationaux en qualifiant les droits des transsexuels de question de droits humains.
"J'ai vu les larmes dans ses yeux quand il parle de la violence contre les femmes transgenres, j'ai entendu la passion dans sa voix quand il parle de la nécessité d'adopter une loi sur l'égalité, et j'ai vu son grand cœur de première main quand lui, Jill, Beau, Ashley et le reste de la famille Biden m'ont embrassée après mon coming out sans la moindre hésitation.
"Ce qui sépare les bons leaders des leaders mesquins et inefficaces, c'est la volonté d'écouter, de grandir, d'admettre quand ils ont tort, et d'utiliser leur empathie et leur compassion pour rallier les gens à leur cause, et c'est ce que Joe Biden a fait sur l'égalité LGBTQ. C'est ce qu'il a fait sur un certain nombre de questions - et c'est l'une des raisons pour lesquelles je suis fière de le soutenir".

More from US News