Trump leur avait dit de se tenir prêts. Hier, Proud Boys a envahi le Capitole

Photo : Craig Hudson/The Washington Post/Getty Images.
Mercredi, les supporters du président américain Donald Trump ont investi la capitale du pays à l'occasion de leur manifestation "Stop The Steal". L'événement était destiné aux membres de MAGA et aux Américains de droite, et visait à exprimer leur indignation face au vol prétendu de l'élection par les démocrates, en dépit de l'absence totale de preuves pour étayer ces affirmations. Alors que les suprémacistes blancs et les extrémistes de tout le pays arrivaient au Capitole, la situation a vite dégénéré : les manifestants se sont introduit dans le bâtiment et ont occupé le Capitole, provoquant le verrouillage des bureaux des membres du Congrès, dans ce que CNN appelle "une insurrection armée" et "une tentative de coup d'Etat" par les supporters du Président.
Publicité
La manifestation "Stop the Steal" a été marquée par la présence des Proud Boys, une milice blanche suprémaciste que le président Trump a déjà encouragée, en demandant explicitement à ses membres de "se tenir en retrait et de se tenir prêts" lors du premier débat présidentiel. Le groupe est réputé pour être proche de la police, bien que mardi soir, les manifestants se soient affrontés massivement avec des officiers avant la manifestation de mercredi.
Alors, quel rôle a joué "Proud Boys" dans tout ce chaos ? Selon la journaliste de VICE News, Tess Owen, qui était sur le terrain au moment des événements, les membres du groupe Proud Boys avaient prévu de se déguiser pour l'événement. Cela a cependant présenté un problème tactique pour le groupe, qui aurait eu du mal à localiser ses membres incognitos. Des images de manifestants extrémistes à l'intérieur du Capitole ont été largement diffusées, bien qu'il ne soit pas encore clair, d'après leurs vêtements, qui exactement appartient à ce groupe extrémiste.
L'événement survient également au lendemain de la comparution du leader des Proud Boys, Henry "Enrique" Tarrio, qui a été interdit d'entrée à Washington, D.C. pour avoir brûlé une banderole "Black Lives Matter", qui avait été arrachée d'une église noire historique lors d'une autre manifestation "Stop the Steal" le mois dernier (Tarrio a plaidé non-coupable). Tarrio a admis au Washington Post que son groupe avait pris le drapeau, en déclarant : "La bannière a été retirée en raison de ce qu'elle représente".
Une fois que la poussière sera retombée sur la foule qui a pris d'assaut le Capitole, il sera peut-être plus facile de comprendre le rôle que les Proud Boys ont joué dans cet événement. Une chose est sûre, cependant : ils ont suivi le conseil de Trump de "se tenir prêts", en venant coûte que coûte soutenir leur président.
Cet article sera mis à jour à mesure que nous aurons plus d’informations.

More from US News