Où en sont les “relations turbo” du début de la pandémie ?

PHOTO PAR KAREN SOFIA COLON
"Ma robe de mariée est dans le garage", dit-elle. "Il va te demander de l'épouser, tu sais". C'était la première fois que je rencontrais la mère de mon petit ami et elle ignorait qu'on ne s'était même pas dit "je t'aime".
L'été dernier, nous avons rendu visite à sa mère dans le Devon en Angleterre pendant que les restrictions le permettaient. La rencontre a eu lieu assez tôt, mais qui savait ce qui allait se passer avec la pandémie ? Après tout, mon copain avait déjà nettoyé mon vomi dans le tiroir à vêtements de ma colocataire (parce que j'avais pensé que c'était un meilleur endroit pour vomir que le tapis) et j'avais déjà rencontré ses grands-parents mormons lors d'un voyage à Leeds. Alors rencontrer sa mère, c'était comme faire une promenade au parc.
Publicité
Étant en télétravail, c'est sa connexion internet stable qui m'a fait bouger de mon appartement au sien. Au début, c'était occasionnel et simple. Puis, tout d'un coup, nous étions officiellement en couple.
Notre relation est passée de zéro à 100 pendant le COVID et je ne suis pas la seule. L'année 2020 a pu donner l'impression de passer à la trappe, mais certains couples ont trouvé qu'elle faisait passer leur relation occasionnelle à un tout autre niveau. Les gens se sont adaptés, sont devenus créatifs et se sont engagés sérieusement. Les confinements ont dynamisé les relations dans tout le pays, de nombreux tourtereaux se retrouvant à vivre ensemble en quelques semaines. Un an après, nous faisons le point : l'amour du confinement peut-il résister à l'épreuve du temps ?
La pandémie a également accéléré la relation de Daniel Hall. Le jour où il a appris que l'Angleterre allait subir un deuxième confinement, il a fait emménager son petit ami Lewis dans la colocation où il vivait. "Ne pas se voir pendant trois mois m'a semblé très long", a dit Daniel. Cela faisait juste trois mois qu'ils s'étaient rencontrés sur une application de rencontre et qu'ils s'étaient liés par la musique et les films.
Très vite, les choses se sont accélérées. "On s'est dit, ça a très bien marché jusqu'à présent. On sait qu'on peut vivre ensemble, alors prenons un appartement", a-t-il ajouté. "C'est ce qu'on a fait et c'était sans aucun doute la bonne décision".
"Souvent, [avant le Covid], on a l'impression que c'est la chose à faire, mais c'est trop rapide [selon la société]. Mais avec le confinement, on a mis fin à ces préoccupations et on a simplement emménagé ensemble".
Publicité
Tout allait bien jusqu'à ce que quelque chose change. "Lewis est devenu végétarien", raconte Daniel. "Au début, je me suis demandé : Comment je vais bien pouvoir cuisiner quoi que ce soit à nouveau".
Clare Friel a rencontré son partenaire Leon sur LinkedIn avant la pandémie. Ils ont bavardé quelques fois avant qu'elle ne se rende compte, des mois plus tard, qu'il flirtait avec elle. La mère de deux enfants a demandé à sa fille la permission d'aller à ce date. Sa famille l'a rapidement accueilli, même si personne ne l'appelle par son prénom. "Mon fils a décidé qu'il ne ressemblait pas à un Leon", a déclaré Clare. "Il ressemble à un Brad, alors il a commencé à l'appeler comme ça".
Cependant, après qu'ils aient tous passé une journée ensemble à la plage, le nom de Brad a rapidement été échangé contre d'autres. À cet endroit, la mère de Clare a également surpris le couple qui faisait bronzette.
"J'ai prévenu Leon que ma mère pouvait être assez curieuse", explique Clare. "Et elle savait que nous étions à la plage. Puis, sa voix a surgi de nulle part : Bonjour, vous devez être l'ami de Clare. Elle n'arrêtait pas de demander si son nom était Fernando. J'étais là : Maman, qui est Fernando ? Je n'ai aucun ex qui s'appelle Fernando ou aucune connaissance d'ailleurs".
Leon a emménagé avec elle et sa famille avant le deuxième confinement. Puis, en mars, ils ont acheté une maison. "On ne savait pas combien de fois on pourrait se voir autrement. Cette décision n'a donc pas semblé déraisonnable ou précipitée", a déclaré Clare. "Les circonstances nous ont poussés à faire avancer les choses un peu plus vite que d'habitude".
Publicité
Ces couples éclairs traversent les hauts et les bas de leur relation et de la pandémie, qui a sans aucun doute bouleversé leur vie.
Ayoub Merali s'est mis sérieusement à la recherche d'un partenaire après la perte d'un membre de sa famille, son grand-père étant décédé après avoir été testé positif au coronavirus. Il a rencontré Iman sur l'application de rencontres Muzmatch et ils se sont mariés six mois plus tard.
Comme il était en télétravail, qu'il avait plus de flexibilité et qu'il n'était pas en déplacement, Ayoub dit qu'il a eu plus de temps pour apprendre à connaître Iman. "Nous étions toujours au téléphone", dit-il.
En plus de se marier, le couple a lancé sa propre entreprise de pâtisserie tandis qu'Iman est encore en train de terminer ses études dans une école culinaire internationale. Et ce n'est pas tout, les deux hommes envisagent de s'installer à Dubaï, ce qui ne fait qu'ajouter à la pression qui pèse sur eux.
Ayoub a déclaré : "Bien sûr, Iman et moi, nous nous disputons de temps en temps. On a deux personnalités différentes, mais c'est aussi pour cela qu'on va si bien ensemble. C'est absolument fou… Mais tout est comme il se doit".
À la fin du confinement, l'assouplissement des restrictions pourrait en soi être un défi pour les relations construites sur des promenades à deux et des appels vidéo sans fin, mais Daniel, Clare et Ayoub restent confiants.
Le bref répit de l'été dernier leur a donné un aperçu de la façon dont les choses fonctionneront après COVID. Tou·tes·s disent que leur moitié a rencontré un grand succès auprès de leurs ami·e·s et de leur famille, mais soulignent l'importance d'une communication claire et de valeurs communes pour construire une relation heureuse.
Publicité
"J'appréhende beaucoup de choses, mais pas ma relation", a déclaré Daniel. "Avant cette année, j'y allais doucement. J'étais prudent, je ne disais jamais que je voulais faire quelque chose et je gardais les gens à distance".
"Mais quand nous nous sommes rencontrés pour la première fois, nous avions tous ces projets de choses à faire et d'endroits à visiter. Pouvoir les faire sans se soucier [de la pandémie] va être incroyable".
Préférant sortir en jeans plutôt qu'en talons, la pandémie a supprimé la pression des dates officiels selon Clare. "Nous pouvions juste nous promener, le code vestimentaire était donc beaucoup plus informel", dit-elle. Avant la pandémie, elle était toujours au travail ou à des événements et n'avait donc jamais le temps de trouver l'amour. "Je ne reviendrai pas à ce mode de vie", a-t-elle ajouté. "J'avais besoin d'ouvrir les yeux sur mon équilibre entre vie professionnelle et vie privée".
C'est Maya Angelou qui a dit que l'on peut en apprendre beaucoup sur une personne par la façon dont elle gère trois choses : un jour pluvieux, des bagages perdus et des guirlandes de Noël emmêlées. Peut-être que les relations construites dans ce chaos intense sont vraiment là pour durer.
"Commencer une nouvelle relation au cours des 12 derniers mois permet à une personne de voir comment est son partenaire en période de crise", a déclaré Cheryl Muir, experte en relations amoureuses. "Si une relation est testée pendant cette période et qu'elle dure, elle pourrait être construite pour durer".
"Il est aussi possible que le facteur temps est joué un rôle important pendant les confinements pour beaucoup de nouveaux couples. Confinés, vous passez presque 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 ensemble. Après une semaine, vous passez plus de temps ensemble que pendant des mois de fréquentation. Ajoutez au mélange les émotions exacerbées de cette période de notre histoire et vous pourriez en fait créer un lien pour la vie".
Cependant, si le rythme provient d'un traumatisme non guéri ou d'attachements malsains, la précipitation peut être un signe d'alerte précoce. "Les gens se précipitent parfois en raison d'un besoin de connexion et restent dans une relation malheureuse par peur d'être seuls - surtout pendant le confinement", a déclaré Cheryl. "Ces relations se dégradent généralement avec le temps. Je prédis que l'intimité sera érodée lorsque la vie reviendra à la normale et que vous serez plus différent que vous ne le pensiez".
Elle ajoute : "Les douze derniers mois nous ont appris la valeur des relations humaines, en personne. Nous en avons besoin. Nous en avons envie. Nous sommes câblés pour cela. Les rencontres numériques nous ont permis de nous en sortir, mais elles ne nous feront pas avancer. Nous devons continuer à nous connecter les uns aux autres en personne, quand nous le pouvons, pour rester heureux, en bonne santé et bien dans notre vie".

More from Relationships