Comprendre votre style de dispute, le secret d’une relation heureuse

Photographie par Refinery29.
Ces dernières années, on a beaucoup entendu parler de l'importance de comprendre son style d'attachement, d'identifier les narcissiques autour de nous ou de savoir repérer l'intelligence émotionnelle chez un·e partenaire. Mais l'un des comportements humains les plus utiles à nos relations concerne un sujet particulièrement délicat : notre façon de nous disputer.
La première chose à établir est que les disputes sont parfaitement normales. Le conflit est un élément inévitable de la vie : nous sommes tou·tes différent·es et ne pensons donc pas tou·tes de la même manière ni n'avons les mêmes opinions. Mais la manière dont nous nous disputons peut changer radicalement notre façon de communiquer et de nous comprendre, ce qui a des répercussions sur nos relations.
Publicité
Holly Roberts, conseillère auprès de l'organisation caritative Relate, spécialisée dans le soutien aux relations, donne l'exemple d'une personne confiante et affirmée qui se dispute avec une personne un peu plus introvertie. Ce genre de dispute finira toujours par donner à la personne introvertie le sentiment d'avoir perdu parce qu'elle n'a pas pu s'exprimer correctement, tandis que l'autre personne pensera avoir "gagné", mais cette victoire va laisser un arrière-goût."
Dans de tels scénarios, les points sur lesquels vous vous disputez ont peu de chances d'être résolus, car aucun des deux camps n'est en mesure de faire valoir son point de vue ou d'entendre ce que l'autre dit. Si le but de la dispute est d'essayer de faire comprendre à l'autre ce que l'on ressent, alors, comme l'explique Holly, "Quand cela devient argumentatif et conflictuel, on perd de vue cet objectif, et c'est à celui qui crie le plus fort".
C'est pourquoi comprendre les différents styles de dispute peut être essentiel pour apprendre à mieux communiquer et à mieux se disputer.
Sur le lieu de travail ou dans un environnement professionnel, les styles de dispute sont appelés styles de "gestion des conflits", selon le modèle de Thomas Kilmann, et se répartissent en cinq catégories claires : concurrence, évitement, adaptation, collaboration et compromis. S'il s'agit de définitions très précises, Beverley Blackman, psychothérapeute agréée par l'UKCP et membre du Counselling Directory, suggère qu'il existe différents profils dans le contexte d'une relation personnelle.
"Il existe un nombre de profils différents que les gens adoptent pendant les disputes, et souvent ce type de dispute est formé tôt dans la vie, généralement à travers le modèle des parents ou d'autres figures d'autorité comme les enseignants", explique Beverley. Ce profil s'enracine souvent et, à moins d'observer notre façon de réagir en cas de conflit, nous n'en sommes pas conscient·es. Si personne n'a un profil figé qu'il adopte en permanence, nous pouvons toutefois distinguer quatre types principaux.
Publicité

Offensif

Ce style de dispute, que l'on peut également qualifier de "conflictuel", consiste à pointer du doigt ce que les autres font "mal" et est généralement motivé par des sentiments de colère ou d'agacement.
"Il peut paraître agressif et accusateur, explique Beverley, et commence généralement ses phrases par "Tu...". Par exemple : "Tu ne ranges jamais le linge" ou "Tu me laisses toujours m'occuper de l'enseignant de l'enfant". Ce style de dispute peut certainement vous aider à exprimer votre agacement et votre colère envers votre partenaire, mais il ne lui dit pas nécessairement ce que vous voulez ou ce dont vous avez besoin de sa part. Et comme il est accusateur et que les accusations portent sur les actions de votre partenaire, cela lui laisse la possibilité de répliquer, et c'est là que les choses peuvent s'envenimer. Pour cette raison, l'offensive n'est pas toujours la meilleure façon de résoudre un conflit.

Défensif

Cette attitude peut se manifester dans toutes situations, mais plus particulièrement si vous êtes la cible d'un profil offensif. Dans ce cas, il est naturel de vouloir se défendre et d'essayer de fournir des explications ou de nier les accusations - généralement à cause d'un sentiment de contrariété ou de rejet. "Bien qu'il soit normal de vouloir se défendre contre un accès de colère, explique Beverley, cette méthode ne contribue pas à résoudre le conflit, car ces deux styles sont conflictuels à un niveau très fermé, de type "oui/non", et laissent peu de place à la recherche de solutions.
Publicité

Repli

Le repli sur soi peut affecter la dispute de deux manières, selon que l'on vous repousse ou que vous êtes la personne qui se replie. Dans le premier cas, vous aurez souvent envie de poursuivre la personne qui se replie afin de continuer à faire valoir votre point de vue ou d'essayer de résoudre la dispute. L'émotion de fond, selon Beverley, est "généralement la frustration ou le sentiment de ne pas être vu ou entendu". C'est bien de vouloir résoudre la dispute, mais le problème est que vous ne prêtez pas attention à la réponse de votre partenaire ou à son besoin de s'éloigner, ce qui risque d'exacerber son émotion et de le rendre encore plus rancunier à votre égard".
Si c'est vous qui évitez les conflits, cela découle généralement de sentiments de peur ou d'anxiété. "Vous ne voulez en aucun cas prendre part à la dispute et vous aurez tendance à vous détacher émotionnellement de votre partenaire si une dispute se profile à l'horizon. Cela peut à la fois frustrer et contrarier votre partenaire. Encore une fois, ce n'est pas la meilleure façon de résoudre un conflit, surtout si vous craignez que le fait de rouvrir le sujet plus tard ne mette à nouveau votre partenaire en colère."
Holly ajoute une autre itération du repli : lorsqu’une personne reste passive. "Il se peut qu'il réplique, mais il essaiera d'argumenter pour maintenir la paix". Cela peut se traduire par le fait d'être d'accord avec tout ce que vous dites et de ne jamais essayer de faire valoir son propre point de vue, ce qui peut ajouter de l'irritation à une dispute.
Publicité

Ouvert

Et puis, bien sûr, il y a le Saint Graal des styles de dispute : être ouvert·e et capable d'envisager l'ensemble de la situation sous différents angles tout en restant calme. "Cela encourage votre partenaire à réfléchir au conflit et à la façon dont vous réagissez tous les deux", explique Beverley, "et il est souvent productif que le partenaire se sente écouté et compris. Vous pouvez ne pas être d'accord avec ce qu'il dit, mais il est utile de comprendre son point de vue. Cela permet de dépasser la phase de conflit et de chercher des moyens de résoudre la difficulté."
Ces styles de dispute ne sont en aucun cas figés - le style auquel vous vous identifiez le plus est probablement celui auquel vous avez été familiarisé·e par les adultes qui vous ont entouré·e pendant vos années formatrices, mais la personne avec laquelle vous vous disputez et le contexte dans lequel vous vous trouvez peuvent également influencer votre façon de vous disputer. Votre façon de vous disputer avec un collègue ou un patron sera différente de celle d'un partenaire, d'un frère ou d'une sœur ou d'un ami.
Vous pouvez reconnaître le style qui vous attire le plus en observant ce qui se passe dans votre corps pendant un conflit, explique Holly. "Essayez de faire une pause et de réfléchir à ce qui se passe et faire le point avec vous-même. Est-ce que vous remarquez que votre cœur s'emballe ? Est-ce que vous remarquez que vos jambes sont fébriles parce que vous voulez fuir la situation ? Êtes-vous tellement en colère que vous ne savez même pas ce que vous dites ?". Repérer ces indices dans votre expérience vous permettra de savoir clairement si votre réponse est motivée par des sentiments de colère ou d'anxiété ou par un désir de fuite.
Publicité
Cela peut vous aider à vous disputer de manière plus productive, ce qui peut améliorer vos relations personnelles. Pour ce faire, Holly explique qu'il faut être conscient·e de ce que l'on ressent et de ce que l'on dit, et assumer son comportement. Si vous êtes enclin·e aux conflits, par exemple, et que vous avez vraiment envie de vous lancer dans une grosse dispute, vous savez que ce n'est pas l'autre personne qui fait en sorte que cela arrive, mais vous. "Si je sais que c'est moi qui fais cela et que je suis responsable de ce comportement, j'ai la capacité de le changer, car je peux me changer moi-même", dit Holly. "Et si je le comprends, alors je peux peut-être être un peu plus réactive ou avoir un peu plus de flexibilité".
Ceci est particulièrement utile si vous pouvez identifier le style de dispute de votre partenaire, explique Beverley. "Même si vous continuez à vous disputer, vous aurez tous deux des moyens de faire retomber vos émotions plus rapidement et de vous concentrer sur le problème à résoudre. Si vous pouvez discuter de vos styles de dispute respectifs (lorsque vous êtes tous les deux calmes !) et expliquer comment l'autre personne vous fait sentir dans une dispute, cela lui permet de l'intégrer et d'en tenir compte en cas de conflit." Cela vous aide à trouver un compromis et à faire de la place pour vos émotions sans avoir recours aux accusations ou à la défensive.
En définitive, l'objectif d'une dispute est de se sentir entendu·e et compris·e. En évitant de réagir instinctivement à une dispute, vous créez un espace où vous vous sentez entendu·e et, surtout, où vous pouvez écouter l'autre, ce qui signifie que vous passerez moins de temps à vous disputer et à ruminer, et plus de temps à profiter de la compagnie de l'autre.

More from Relationships