J’ai 27 ans & je n’ai jamais eu de partenaire à Noël

Photo par Anna Jay
"J'ai peur d'être célibataire pour toujours", déclare Laura*, en toute franchise. "Je n'ai jamais su ce que c'est que de se voir à long terme avec quelqu'un. D'être du genre : "Oui ! Je veux être avec cette personne et elle veut être avec moi". 
Laura a 27 ans et, à l'exception d'un 'fiancé' qu'elle a eu à ses 3 ans - "Je l'ai demandé en mariage avec un ver, apparemment" - elle n'a jamais eu de relation romantique exclusive. "J'ai rencontré beaucoup, beaucoup d'hommes de beaucoup, beaucoup d'applications de rencontre mais aucune de ces rencontres ne s'est transformée en quoi que ce soit. Toute ma vie, j'ai été célibataire".
Publicité
La plupart du temps, le statut de célibataire de Laura ne la dérange pas. "Je passe par des vagues de réflexion et je me dis, c'est bon je n'ai que 27 ans et je ne veux pas encore vraiment "cette" personne parce que j'aime bien avoir mon propre temps pour moi", explique-t-elle. C'est lorsqu'elle se retrouve avec des ami·es qui ont des relations stables que ses inquiétudes s'installent. "Une fois que j'ai posé des questions sur leur autre moitié, ils me demandent : 'Alors, parle-moi de ta vie amoureuse'", me dit-elle, d'un ton chagrin. "Et j'ai un sentiment d'infériorité qui s'installe : ils ont réussi. Ils ont réussi à trouver quelqu'un qui veut être avec eux - et je n'ai jamais réussi à en faire autant. Il m'est arrivé à plusieurs reprises de vouloir avoir une relation avec quelqu'un, mais ces personnes ne voulaient pas être en couple avec moi et j'ai donc l'impression que [mes ami·es] ont réussi là où j'ai échoué".
Atteindre un certain âge sans avoir vécu une relation amoureuse s'accompagne d'un certain stigmate inexplicable. L'une des racines possibles de ce phénomène est le message permanent de la culture populaire. Il y a cet épisode de Friends, par exemple, dans lequel tout le récit est construit autour de l'inconcevable apparente que Phoebe n'ait jamais eu de relation sérieuse. "J'ai la trentaine et je n'ai jamais été dans une relation à long terme… Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?!" se lamente-t-elle.

Il m'est arrivé à plusieurs reprises de vouloir avoir une relation avec quelqu'un, mais ces personnes ne voulaient pas être en couple avec moi et j'ai donc l'impression que [mes ami·es] ont réussi là où j'ai échoué.

laura
La réponse est "rien", mais quand une culture aussi appréciée que celle de Friends nous transmet ce message, il peut être difficile de l'ignorer. "Si quelqu'un vous demande 'Quand remonte ta dernière relation sérieuse ?' et que vous dites 'Oh, en fait, je n'en ai jamais eu' et qu'il vous répond 'Ohhh, pourquoi ?' - cela suffit à vous faire penser 'Est-ce vraiment moi le problème ?'" explique Hannah*, qui aura bientôt 27 ans, un âge où elle a toujours pensé qu'elle aurait une relation sérieuse.
Publicité
"Plus les gens vieillissent, plus la pression d'être dans une relation amoureuse augmente… [Les gens] demandent régulièrement comment se passe votre vie amoureuse ou si vous avez déjà un partenaire et ne réalisent pas comment cela peut lentement anéantir la confiance d'une personne", explique le Dr Katherine Hertlein, thérapeute de couple et conseillère chez Blueheart. "Cette pression n'est pas la même pour tout le monde, ni aussi omniprésente qu'auparavant. Mais l'ancienne conception selon laquelle 'se poser' est la finalité ultime est toujours d'actualité".
Il va sans dire que la COVID-19 n'a pas aidé celles et ceux qui se sentaient déjà préoccupé·es ou incertain·es de devoir être célibataires toute leur vie.
Pour Josie, les restrictions de la COVID-19 sont arrivées au pire moment possible. "Je n'ai jamais vraiment réussi à dater quelqu'un auparavant, et je venais tout juste de trouver cette année un [premier] emploi qui n'était pas barmaid", explique-t-elle. "J'ai donc désormais mes soirées et mes week-ends - mais je ne peux rien en faire ! On suppose que tous ceux qui travaille de neuf à dix-sept rencontrent des gens d'une manière ou d'une autre, mais je n'avais jamais vécu cela auparavant. Je n'ai même pas rencontré mes collègues et je n'ai donc pas eu d'occasions non plus d'avoir une relation amoureuse au bureau !"
Puis, bien sûr, il y a Noël - souvent considéré comme la période la plus romantique de l'année - sous la COVID-19, ajoutée au mélange.
Le Dr Kalanit Ben-Ari est thérapeute en relations amoureuses et directrice d'Imago UK : une approche internationale de la thérapie des relations amoureuses. "Noël est associé à l'intimité, à la romance, aux films et aux chansons axés sur les relations et sur le fait de se retrouver et de créer des souvenirs", me dit-elle. "Ajoutez à cela les associations avec l'hiver - faire son nid, être cosy, se blottir et boire du chocolat chaud sous la couverture - c'est une période qui peut être difficile pour [les célibataires] lorsqu'ils peuvent avoir le sentiment de passer à côté de tout cela. Cela peut déclencher une solitude, qui est principalement favorisée par les liens avec les autres".
Publicité

Plus les gens vieillissent, plus la pression d'être dans une relation amoureuse augmente… [Les gens] demandent régulièrement comment se passe votre vie amoureuse ou si vous avez déjà un partenaire et ne réalisent pas comment cela peut lentement anéantir la confiance d'une personne.

Dr Katherine Hertlein
Noël est une autre période où la culture populaire est un des principaux coupables de l'insécurité des gens par rapport à leur statut de couple, avec des films centrés sur l'amour comme Love Actually, The Holiday et Le journal de Bridget Jones qui mettent Noël sous les feux des projecteurs. Cela peut ajouter à la pression, en particulier si, comme beaucoup de gens, vous finissez par regarder l'un des films ci-dessus en tant que personne célibataire entourée de sa famille.
Hannah ressent cette pression. " L'année dernière, ma tante m'a offert un mascara et sur la carte, elle a écrit : "'Bats des cils, Hannah, et trouve-toi un petit ami cette année !' Tellement brutal. Et tout ce à quoi je pense maintenant, c'est que nous allons arriver à Noël et qu'elle m'offrira probablement le même mascara, et que je n'aurai toujours pas eu de petit ami !"
Les préoccupations de Laura pour Noël sont plus générales mais non moins importantes. "Je ressens bien plus mon célibat en hiver parce que les gens sont davantage repliés sur eux-mêmes. Je me sens plus seule à Noël [à cause] des nuits douillettes que les gens passent à regarder des films de Noël avec leur moitié. Parce que je suis littéralement sur le canapé, à regarder des films de Noël avec du pop-corn, toute seule".
Si une chose est sûre, c'est que le fait de ne jamais avoir eu de relation est plus courant que ce que beaucoup de gens peuvent penser. La COVID a peut-être compliqué les étapes de dating et Noël peut être un déclencheur de solitude, mais ce que les réseaux sociaux ne montrent pas - parmi toutes les histoires de couples heureux d'Insta qui décorent leur sapin ensemble ou qui ont trouvé le pull parfait pour leur autre moitié - ce sont tous les gens qui sont exactement dans la même position.  
Et si la COVID nous a bien appris une chose, c'est que deux points sont primordiaux. Le premier est de chérir les personnes qui sont déjà dans nos vies - "Mes amis sont toujours ma priorité", dit Hannah - et le second est de vivre dans le présent. "Ce qui doit être, doit être", ajoute Hannah avec fermeté. "Je ne veux pas changer qui je suis en tant que personne pour sortir avec quelqu'un". On ne pourrait pas être plus d'accord.
*Les noms ont été modifiés pour protéger les identités.

More from Living