“Body Positivity” : bien plus qu’un buzzword – une communauté

La première fois que j'ai réalisé que j'étais censée avoir honte de mon corps, j'étais à la cantine de mon école. J'avais 10 ans. Une élève a commencé à expliquer à tout le monde qu'elle "ne voulait pas devenir grosse comme sa mère". J'ai regardé mon corps et j'ai eu honte. J'étais déjà grosse. J'ai réalisé à quel point mes camarades étaient préoccupé·e·s par leur poids et leur apparence, et j'ai lentement commencé à leur suivre le pas. Je n'avais jamais trop réfléchi à mon poids, mais à partir de là, tout ce que je remarquais, c'était les bourrelets qui se laissaient deviner sous ma robe préférée. Ces complexes ont commencé à prendre de l'ampleur et ont porté un coup à ma confiance en moi pendant la plus grande partie de mon adolescence.
Publicité
Tout au long de l'adolescence, j'ai fait tout ce qui était en mon pouvoir pour créer l'illusion d'être plus mince. Par exemple, en portant des gaines sous mes robes, en mentant sur mon poids sur mon permis de conduire, ou en choisissant d'être discrète et de me faire toute petite pour prendre le moins de place possible, non seulement physiquement, mais aussi avec ma personnalité. L'Internet a continué à alimenter le mépris que je portais à mon corps. Sur Tumblr, les corps ultra-minces et les "thigh gaps" étaient légion. Sur Twitter, j'ai vu Miley Cyrus se plaindre que lorsqu'elle secouait ses cuisses, elles "tremblaient toutes seules pour 3 Mississipis". Mes feeds étaient un constant rappel que personne ne voulait d'un corps comme le mien.

"J'ai été témoin de la façon dont le mouvement "body-positive" a transformé Internet, l'industrie de la mode et ma perception de mon corps."

Pendant des années, les magazines ne m'ont montré que des femmes minces ; les articles et les publicités me disaient comment perdre beaucoup de poids en peu de temps, et les seules fois où je voyais une femme grosse à la télé, c'était quand elle était la cible d'une blague, ou qu'elle subissait une transformation spectaculaire pour enfin trouver l'amour. À l'époque, je ne réalisais pas à quel point ces choses m'affectaient ; il ne m'est jamais venu à l'esprit que le dégoût que j'éprouvais pour mon corps - et les corps gros en général - était un problème ; c'était juste un fait de la vie. Mais ensuite, le mouvement "body-positive" a remis en question les fondements mêmes sur lequel reposaient mes complexes et mon dégoût de moi-même.
Publicité
Le concept de "body-positivity" s'est popularisé sur les réseaux sociaux il y a moins de dix ans ; les termes "inclusivité corporelle" et "neutralité corporelle" ont depuis trouvé leur place dans notre vocabulaire en ligne. Aujourd'hui, nous sommes inondé·e·s d'images qui sont synonymes de "body-positivity", même dans des lieux où la minceur extrême était autrefois de rigueur. Fin septembre, Versace a présenté trois mannequins "plus-size" sur ses podiums. Le même mois, la marque de mariage bohème BHLDN, la marque de vêtement athleisure Lululemon, et la couturière Christy Dawn ont lancé le concept de taille unique. Cette évolution du secteur de la mode peut être attribuée en grande partie à l'essor du mouvement "body-positive" sur les réseaux sociaux. Ce changement est intervenu à un moment clé de ma vie. J'ai été témoin de la façon dont ce mouvement a transformé Internet, l'industrie de la mode et ma perception de mon corps.

"Ces femmes étaient rayonnantes et dégageaient une confiance en elles que, j'avais été conditionnée à penser, les personnes grosses étaient incapables d'avoir."

Lorsque j'ai rejoint Instagram en 2011, mon flux consistait de photos de mauvaise qualité postées par mes amis. L'accent était mis sur les chiens, la nourriture et les soirées. La plateforme a rapidement été infiltrée par des blogueur·se·s, des marques et des célébrité·e·s - un processus accéléré par la facilité avec laquelle il était possible de monétiser le contenu. Une fois de plus, j'étais cernée par des images qui fixaient des attentes irréalistes pour mon corps. Puis je suis tombée sur le profil de Gabi Gregg, et tout a changé. Dans sa biographie, Gregg se décrit comme une "OG Fat Girl" (ou la grosse originale), et pour moi, ces mots ne pouvaient pas mieux résonner. C'est la première personne que j'ai découverte sur Instagram qui n'avait pas honte de ce qu'elle était, malgré la façon dont le monde parlait des corps gros. J'étais en admiration devant elle et je voulais en savoir plus sur le mouvement et la communauté "body-positive". 
Publicité
Quand j'ai commencé à suivre Gabbi, de plus en plus de blogueurs plus-size ont fait leur apparition sur ma page "Explorer", et mon flux est devenu plus inclusif. Je voyais enfin des femmes qui me ressemblaient. Ces femmes étaient rayonnantes et dégageaient une confiance en elles que, j'avais été conditionnée à penser, les personnes grosses étaient incapables d'avoir. 
C'est ainsi que je suis devenue plus bienveillante envers moi-même et que j'ai commencé à aimer mon corps. La pression constante et le besoin de perdre du poids ont cessé de m'embrouiller l'esprit. J'ai commencé à voir la culture du régime comme le système nocif qu'il est et j'ai réalisé à quel point les médias que je consommais pouvaient contrôler mes insécurités. J'ai décidé de ne plus suivre les personnes ou les marques qui me faisaient douter de ma propre valeur et j'ai commencé à créer un flux dédié à la "body-positivity" qui montrait des personnes qui me ressemblaient. En prenant le contrôle, j'ai pu créer une communauté qui m'a mise au défi de remettre en question mes sentiments d'insécurité et de les remplacer par des sentiments de confiance.

"J'ai décidé de ne plus suivre les personnes ou les marques qui me faisaient douter de ma propre valeur et j'ai commencé à créer un flux dédié à la "body-positivity", qui montrait des personnes qui me ressemblaient."

Cette influence est relativement nouvelle. Les générations précédentes d'adolescents n'avaient pas la possibilité de personnaliser les couvertures de magazines ou les publicités. Cette capacité à choisir à quoi ressemble votre flux peut être à la fois positif et négatif. Il ne devrait pas être de la seule responsabilité des individus de créer leur propre communauté afin de voir des personnes qui leur ressemblent. Et il existe encore de nombreux messages et réseaux sociaux qui font la promotion de la grossophobie et de la culture du régime. Si je n'avais jamais rencontré la communauté "plus-size" en ligne, je serais probablement encore confrontée à un flux qui me fait douter de moi. Même si je ne peux pas le dire à mon moi de 10 ans, je suis heureuse que d'autres enfants de 10 ans apprennent qu'ils n'ont pas besoin d'avoir honte de leur corps. Ils peuvent créer des communautés qui leur apporteront joie et soutien. Lorsqu'ils en feront l'expérience, ils sauront enfin qu'ils ont leur place dans ce monde.
Ansley Morgan est une auteure et styliste basé à New York qui se concentre sur la question de la body positivity et de son expression dans l'industrie de la mode. Suivez la sur Instagram @ansleymorgan.

More from Body