Ces tendres photos célèbrent le lien entre sœurs

Photo par Maxime Cardol.
La photographe néerlando-canadienne Maxime Cardol n'a pas grandi entourée de sœurs. Elle a cependant un frère, et ils ont passé leur petite enfance au Canada avant de retourner aux Pays-Bas avec leurs parents lorsqu'elle avait 6 ans. Qu'est-ce qui l'a donc poussée à entreprendre ce projet, qui consiste à photographier, avec une lumière naturelle, des sœurs dans des jardins, des maisons et des parcs ? "Je pense que c'est une extension de mon intérêt pour les femmes", explique-t-elle. "Certaines sœurs ont ce lien magnifique, c'est comme une amitié pour la vie. Même si je n'ai pas de sœur moi-même, je peux facilement compatir aux sentiments qui les unissent".
Publicité
Les portraits dans son projet Sister sont de tendres célébrations de la familiarité et de l'affection, des visages et des histoires qu'ils racontent. La série a commencé spontanément avec des sœurs qu'elle connaissait, puis avec celles qu'elle a rencontrées sur les réseaux sociaux. "Alice et Lucy ont été les premières personnes que j'ai approchées. Je connais Alice depuis un certain temps, mais je n'ai découvert que récemment qu'elle avait une sœur". Elle s'est sentie immédiatement attirée par le duo, quelque chose dans leur lien s'illuminait dans les images, et elle a voulu les mettre devant son propre objectif. "Notre séance était si belle et intime. Nous avons bu du thé et parlé, et cela m'a donné envie de poursuivre mes recherches". C'est ainsi qu'a commencé une fascination durable pour les sœurs ainsi que les rituels et espaces qui nourrissent leurs liens.
Photo par Maxime Cardol.
Les photographies qu'elle a prises d'Alice et de Lucy définissent le style visuel doux de la série à venir. Toutes deux sont assises dans la chambre de Lucy, baignée de lumière naturelle, et Alice met ses bras autour de Lucy pour la protéger. Dans un autre portrait, en plan serré, Alice pose sa tête sur celle de Lucy et toutes deux fixent avec les mêmes yeux bleus directement l'objectif. Plus tard, Cardol a rencontré Grace et Hope, des jumelles aux longs cheveux roux et à la peau laiteuse parsemée de taches de rousseur. Il y a une photo particulièrement poignante d'elles dans le parc, les yeux vert-gris illuminés par le soleil et les arbres projetant des ombres sur leurs visages. "Je n'ai pas rencontré beaucoup de jumelles dans ma vie", raconte Cardol, "mais quand j'ai commencé à leur parler, elles finissaient les phrases de l'autre et disaient les mêmes choses en même temps. C'était incroyable !". Lorsqu'elle a photographié son amie Lou aux côtés de ses trois petites sœurs, c'était exactement comme elle s'attendait à ce que des sœurs soient : "Aimantes, amusantes, mais aussi avec une certaine compétition saine qui me rappelait mon frère et moi". Sur les photos, elles se serrent toutes les quatre, à l'aise devant son objectif.
Publicité
Photo par Maxime Cardol.
Photo par Maxime Cardol.
Cardol est sans cesse inspirée par les filles et les femmes qui l'entourent ; l'une de ses plus grandes influences est sa mère. "Je n'ai pas de souvenirs très clairs de mes premières années, mais je lui suis tellement reconnaissante d'avoir pris des photos et des vidéos dès le jour de ma naissance". Ces vieilles photos de famille, dit-elle, l'aident à se souvenir de la beauté de la Colombie-Britannique au Canada - tout cet espace et cette liberté qui les entouraient - ainsi que des "gens charmants et heureux" et du fait d'avoir pu apprendre deux langues dès son plus jeune âge. "C'était le bon temps", se souvient-elle avec émotion. Ce catalogage de moments lui a montré le pouvoir de la photographie et sa capacité unique à cristalliser les souvenirs et les personnes que nous aimons dans nos esprits. Forte de cette expérience, elle décrit son approche comme "intime et réelle", ajoutant qu'elle pense que "c'est ce dont nous avons besoin dans le monde actuel".
Photo par Maxime Cardol.
Lorsqu'elle photographie des sœurs, Cardol recherche une certaine connexion qui ne peut être exprimée par des mots. "Il y a quelque chose dans leurs yeux, et l'énergie qui les entoure. Il est difficile de décrire cela et de le traduire en une photographie, mais je fais de mon mieux", dit-elle pensivement. Une fois qu'elle a fixé une date pour une séance photo, elle demande à rencontrer les filles au sein de leur maison familiale. "Nous discutons toujours et je fais le tour de la maison… l'endroit où nous prenons les photos est toujours spontané". Avec un projet aussi personnel, elle ne peut que répondre aux moments tels qu'ils se déroulent afin d'obtenir la représentation la plus fidèle qu'elle recherche.
Publicité
Photo par Maxime Cardol.
Photo par Maxime Cardol.
Il existe un lien indéfectible entre sœurs. Elles peuvent être vos meilleures amies et vous connaître comme personne d'autre. Parfois, comme le note Cardol avec humour, elles peuvent être vos plus grandes rivales (de la manière la plus saine, bien entendu). Pour celles et ceux d'entre nous qui n'ont pas de sœurs, ces images peuvent évoquer des souvenirs de nos amitiés féminines intimes et de celles qui nous ont façonnés en grandissant. C'est exactement ce que Cardol cherche à faire avec ce travail. "Il y a tellement plus que les liens du sang - pour moi, nous sommes toutes des sœurs. Et il n'est pas nécessaire d'être sœurs de naissance pour vivre ce genre de relation. J'ai ce genre de relation avec mes deux meilleures amies". Elle espère élargir les paramètres de l'œuvre et faire aussi des autoportraits un jour. Ses images sont des représentations authentiques et sensibles des personnes qui posent pour elle, et une célébration affectueuse de la proximité féminine et de la sororité - à la fois les sœurs que nous avons par le sang et celles que nous choisissons pour nous-mêmes.
Photo par Maxime Cardol.
Photo par Maxime Cardol.
Photo par Maxime Cardol.

More from Entertainment