Comment éviter la culture du régime & apprendre à manger intuitivement

Photo par Alexandra Gavillet
Dans le passé, les messages des régimes alimentaires étaient flagrants et allaient droit au but : "Brûlez vos graisses". Il étaient sexuellement réducteurs : "Vous préférez être couvert de sueur à la gym ou couvert de vêtements sur la plage ?" Et une honte pure et simple : "Ce que vous mangez en privé, vous le portez en public".
Cependant, avec la montée du body positivity et l'approche du sans régime dans la santé et la nutrition, les régimes alimentaires deviennent cachés ; ils changent de forme, mutent, se transforment et réapparaissent sous forme de bien-être, de mode de vie, de détoxification et de purification. Ils émanent des salles de conférence capitalistes, habillés dans l'acceptation de soi et la libération du corps.
Publicité
Cela ne signifie rien de nouveau, bien sûr, c'est juste une variante sur un thème : le mensonge qui a été vendu à des femmes pendant des siècles. Que leur valeur est liée à leur apparence physique. Que pour être plus intelligente/plus cool/plus aimable/plus digne, nous devons amincir notre corps et prendre moins de place.

La culture du régime nous enseigne : "Vous serez bien, une fois que vous aurez une apparence particulière". Cela crée un gouffre entre ce que nous sommes vraiment et ce qu'on nous dit que nous devrions être si nous voulons nous sentir bien dans notre peau.

Mais soyons réalistes, la taille et la morphologie de votre corps est une base assez précaire sur laquelle construire une relation avec vous-même. Les corps ne sont pas des photographies statiques "d'après" mais des paysages dynamiques, en constante évolution pour raconter l'histoire de nos vies. Si notre valeur et notre estime de soi sont basées sur une taille de vêtement arbitraire ou un nombre sur une balance, où cela nous mène-t-il puisque notre corps change inévitablement ?
Ce qui est si pernicieux dans la façon dont la culture du régime coopte les messages d'amélioration de soi, c'est qu'elle creuse un fossé profond entre qui vous êtes vraiment et une version idéalisée de vous-même, qui est plus mince, plus dynamique, plus heureuse et plus confiante. Cette personne n'existe qu'à l'intérieur de représentations féminines lustrées et trop photoshopées ; c'est un idéal inaccessible.
"La croissance personnelle est un processus intérieur qui exige réflexion et introspection", explique Jenna Daku, psychothérapeute spécialisée dans l'image corporelle et les troubles de l'alimentation. "Par exemple, 'Je sais si j'ai atteint la croissance personnelle parce que je me sens différemment, je me parle différemment ou je perçois les choses différemment'. L'idée de la culture du régime sur l'amélioration de soi est centrée sur le soi externe et sur les indices et la validation externes, c'est-à-dire 'Je me suis amélioré si je réponds à certaines normes normalisées dans mon contexte socioculturel'".
Publicité
Au lieu de dire : "Hé, vous êtes plutôt bien comme vous êtes, faisons grandir et développer cette personne", la culture du régime nous enseigne : "Vous serez bien, une fois que vous aurez une apparence particulière". Cela crée un gouffre entre ce que nous sommes vraiment et ce qu'on nous dit que nous devrions être si nous voulons nous sentir bien dans notre peau. La tension et l'effort constants pour combler ce fossé sont un terrain propice à la dépression, à l'anxiété, à la honte et aux sentiments d'échec et d'inadéquation. Et pour couronner le tout : les recherches démontrent clairement que les régimes alimentaires ne fonctionnent pas, même lorsqu'ils sont présentés comme des modes de vie. Nous nous retrouvons donc dans une spirale où nous voulons nous sentir mieux dans notre peau, puis nous utilisons un régime ou un "mode de vie" pour y parvenir (parce que c'est ainsi qu'on nous le vend). Lorsque cela ne fonctionne pas, nous cherchons toujours à trouver la solution qui nous permettra de tenir nos promesses. Mais cela ne marche jamais, et le cycle recommence. À chaque tournant du cycle, les règles du régime s'enracinent de plus en plus profondément, les restrictions alimentaires et les angoisses sont plus prononcées. Nous nous débarrassons de ces frustrations en punissant notre corps de ne pas être "assez bien" en faisant trop de sport et en mangeant trop peu.
C'est exactement ce que veulent les marques de produits de régime et de bien-être. Si nous ne nous sentions pas en insécurité et vulnérables, nous n'aurions pas besoin de leurs produits. J'ai demandé à Nadia Craddock, chercheuse dans le domaine de l'image corporelle, ce qu'elle en pensait. "Quelle que soit la façon dont la culture du régime est présentée, les messages qui privilégient certains corps par rapport à d'autres et qui impliquent que votre corps n'est pas assez bon et doit être travaillé, sont toxiques pour la façon dont les gens se sentent dans et à propos de leur corps", dit-elle. "L'une des principales frustrations que j'éprouve est le mensonge selon lequel la culture du régime nous vend que le 'body positivity' est accessible en travaillant sur notre corps et en le modifiant. Du point de vue de la recherche, une image corporelle positive est conceptualisée comme l'acceptation, le respect et l'appréciation de son corps, indépendamment de la façon dont il reflète les idéaux de beauté déformés de la société".
Publicité

Je pense qu'il est utile de réserver du temps et de l'espace pour réfléchir aux moyens de rendre notre vie plus facile, plus heureuse et moins stressante. Mais il est important que ces réflexions soient sous-tendues par la compassion et qu'elles vous servent vraiment.

Ainsi, si l'image corporelle positive est réellement ancrée dans l'acceptation du corps, et non dans sa transformation, alors toute cette manipulation et micro-gestion du corps sert un autre objectif. Ma théorie, pour ce qu'elle vaut, est que la culture du régime n'est qu'une autre manifestation de l'oppression patriarcale qui empêche les femmes de participer pleinement à leur vie. Pensez au temps, à l'énergie, à l'argent, aux efforts et aux autres ressources précieuses que nous consacrons à "réparer" notre corps. Les derniers leggings de sport, l'abonnement Urban Sports Club, les innombrables livres de cuisine d'influenceu·se·r·s, les programmes et applications de sport. Sans parler des "superfoods" prêts-à-mixer, des graines de chia, du ghee, inexplicablement en vogue (coûtant plus de 10 € le pot). À quoi d'autre pourrions-nous consacrer notre attention ?
Cela ne veut pas dire que nous ne pouvons pas fixer des résolutions ou des intentions pour l'année à venir. "Je ne suis pas contre le fait de réfléchir à la manière dont nous pouvons améliorer nos vies", me dit Nadia. "Je pense qu'il est utile de réserver du temps et de l'espace pour réfléchir aux moyens de rendre notre vie (travail, relations, santé, etc.) plus facile et plus heureuse, moins stressante. Mais il est important que ces réflexions soient sous-tendues par la compassion et qu'elles vous servent vraiment (par opposition à servir à une entreprise). La santé et le self-care sont rapidement devenus des marchandises sous le couvert de l'amélioration de soi. Je pense qu'il est toujours utile de procéder à une évaluation rapide des coûts et des avantages avant d'adhérer à un plan d'amélioration personnelle. S'il y a une chance que vous ne soyez pas celui qui en profite le plus, la poursuite du plan vaut la peine d'y réfléchir à deux fois".
Publicité
Alors comment pouvons-nous nous protéger des messages de la culture du régime déguisés en amélioration personnelle ?
"Les recherches montrent que des choses comme passer du temps dehors et faire d'autres activités comme la danse, le dessin et la méditation peuvent nous aider à rester plus centrés dans notre conscience introspective, et donc nous protéger des facteurs externes dommageables", déclare Jenna.
Nadia ajoute : "Unfollowez ou désactivez toutes notifications de compte de réseaux sociaux qui poussent à la culture du régime. Et revendiquez-le ouvertement. De la même manière que nous sommes encouragés à nous fixer des objectifs de perte de poids pour nous y tenir, revendiquez votre rejet de la culture du régime".
Une autre pratique que j'aime et qui, à mon avis, aide mes client·e·s à ignorer les attentes de la culture du régime - celles auxquelles nous n'avons jamais adhéré mais que nous avons en quelque sorte passées toute notre vie à poursuivre - est l'auto-compassion. Cela semble ridicule, mais croyez-moi, les recherches montrent qu'une pratique de l'auto-compassion peut aider à réduire les niveaux d'anxiété et de dépression et les troubles de l'alimentation, et peut conduire à une plus grande satisfaction corporelle, à l'optimisme, à la motivation et à la satisfaction de la vie.
Lorsque vous vous apercevez que vous êtes aspiré·e par les fausses promesses de la culture du régime et que vous êtes tenté·e d'essayer un dernier régime pour vous épanouir, essayez plutôt ceci. Notez que vous vivez un moment de souffrance ou que vous êtes aux prises avec quelque chose. Rappelez-vous que d'autres personnes luttent dans leur rapport à la nourriture et à leur corps - cela nous donne un sentiment d'humanité commune et nous fait nous sentir moins seul·e·s dans notre expérience.
Enfin, offrez-vous un geste de bienveillance. Trouvez un mantra positif ou une affirmation qui vous convient. "Je suis bienveillante avec moi-même", "je suis moi et c'est bien" ou simplement "je peux le faire". Trouvez quelque chose qui vous convient.
Le livre de Laura, Just Eat It : How Intuitive Eating Can Help You Get Your Shit Together Around Food, traite de la nécessité d'abandonner les régimes pour de bon et d'en apprendre davantage sur l'auto-compassion et l'acceptation.

More from Body