Est-ce normal de n’être attiré·e que par un certain type de corps ?

Photo par Lula Hyers.
Les posts Instagram célébrant le corps des femmes rondes ne sont plus une rareté à l'ère de la body positivity. Cependant, la section des commentaires révèle que dès qu'une personne, notamment un homme, proclame publiquement son attirance pour une personne ronde, les avis sont partagés. D'un côté, ce geste est accueilli avec beaucoup d'enthousiasme et de compliments - de l'autre, il est accusé de fétichiser les femmes plus-size et de passer ainsi à côté du féminisme et de la body positivity.
Ainsi, des posts comme ceux-ci soulèvent une question intéressante : est-il normal d'être attiré·e par un certain type de corps ? "C'est assez compliqué, et il faut d'abord se demander d'où viennent le désir et l'attirance", explique Sheila Addison, thérapeute de couple et de sexualité positive. "Le désir est un sentiment qui se manifeste à un niveau inconscient, donc, dans un sens, il ne peut pas être contrôlé", ajoute le Dr Addison. "Et la façon dont nous percevons nos propres sentiments de désir est façonnée par ce que nous considérons comme normal et désirable dans notre monde, ainsi que par nos propres valeurs et opinions".
Publicité
Lorsque les gens parlent d'avoir un "type", il est plus difficile de balayer cela comme un simple effet secondaire du désir imposé. "D'un côté, les sentiments font ce qu'ils font, et il n'y a pas de sentiments illogiques", affirme le Dr Addison. "Mais les gens ont tendance à avoir des pensées illogiques au sujet de leurs désirs, ce qui peut conduire à la fétichisation", ajoute-t-elle. Par exemple, certaines personnes peuvent croire qu'elles ne fréquenteront que des gens grands, alors qu'en réalité elles sont juste plus attirées par les personnes grandes. "Parce que nous sommes des êtres humains qui aiment les schémas, il est tentant de simplifier ces circonstances complexes en prétendant que nous avons un type concret", dit le Dr Addison. Cela signifie, en suivant le même exemple, que vous ne parlerez jamais aux personnes de petite taille lorsque vous sortez ; ou que vous essayez de remarquer la taille d'une personne avant d'engager une conversation pour apprendre à la connaître. En agissant ainsi, vous les excluez de la conversation et vous ne cochez que la case de votre exigence en taille. Ce qui est plutôt problématique !
Cette façon de penser devient problématique lorsqu'elle empêche une personne d'élargir ses horizons et d'entrer en contact avec quelqu'un d'autre que son type, dit le Dr Addison. "Vous vous habituez à laisser le désir s'écouler en suivant la voie qu'il s'est tracée jusqu'à présent", explique-t-elle. Et si votre chemin est extrêmement usé, pour ainsi dire, prenez le temps de réfléchir à la différence entre avoir un "type" qui vous attire et fétichiser les personnes qui correspondent à une certaine caractérisation.
Publicité
"Du point de vue de la santé mentale, il existe une ligne de démarcation claire entre un type et un fétiche", explique le Dr Addison. "Les psychiatres ont décidé que la ligne de démarcation est que les fétiches deviennent vraiment le centre de l'acte sexuel ou du désir sexuel, par opposition à la personne", dit-elle. Ainsi, au lieu de vous intéresser à une personne, vous vous intéresseriez à son corps uniquement, si vous avez un fétiche centré sur le corps. "À ce stade, votre univers de désir s'est vraiment réduit à ce que vous fétichisez", explique-t-elle.
Le fétichisme n'est cependant pas automatiquement synonyme d'objectivation, et il existe certainement des moyens pour les partenaires de profiter sans risque d'un fétiche avec un consentement mutuel. "Lorsqu'il s'agit d'avoir des fétiches pour des types de personnes, je pense que cela peut devenir difficile assez rapidement", ajoute le Dr Addison, car un fétiche fait passer quelque chose de spécifique avant la personne elle-même. Cela peut donner l'impression que le sexe, ou une entière relation, est une transaction.
"Pour moi, il n'y a rien de plus sexy que cette femme-là : cuisses épaisses, grosses fesses, joli petit bourrelet à la taille, etc.", a écrit un utilisateur d'Instagram. Qu'en est-il de, je ne sais pas, sa personnalité ou littéralement tout ce qui la concerne ? Pour beaucoup d'entre nous, ces commentaires sont problématiques car ils fétichisent en ignorant complètement le côté humain d'une personne et en se contentant de souligner ses aspects physiques que quelqu'un semble trouver stimulants. La fétichisation, cependant, crée un déséquilibre de pouvoir dans une relation.
"Il existe une idée culturelle selon laquelle les personnes grosses, en particulier les femmes grosses, ne peuvent pas trouver l'amour par leur seul mérite, ou ne peuvent pas trouver des personnes qui les aiment et les adorent en tant que personnes à part entière", explique le Dr Addison. Beaucoup de gens rejettent complètement cette idée, mais d'autres la trouvent encore incroyablement douloureuse. "Ces personnes sont potentiellement vulnérables à quelqu'un qui leur offre une attention qui vient vraiment du domaine du fétichisme, mais sous l'apparence d'une relation", explique-t-elle. Le fait que quelqu'un soit excité sexuellement par votre corps peut être très agréable au début, mais si vous espérez que cela se transforme en une relation réciproque et mutuelle, vous risquez d'être déçu·e.
Alors, quelle est la solution à ce problème ? Nous avons tendance à oublier que le désir est en fait extensible, déclare le Dr Addison. Les préférences socialement acquises sont un sujet important, mais on passe un peu à côté de l'essentiel ici. Remettre en question chaque fois que la société vous dit ce à quoi vous "devriez" ressembler, ou ce qui vous attire chez les autres, est un bon début. Mais remettez aussi en question vos propres désirs, surtout si vous vous sentez freiné·e par eux. "Les personnes qui sont le plus mal à l'aise dans les conversations sur ce sujet sont celles qui n'ont pas envie de voir comment les valeurs et l'esthétique acquises jouent réellement un rôle dans ce qui nous attire", explique le Dr Addison. Et la fois où vous vous surprendrez à scruter la pièce à la recherche de la personne la plus grande en vue, par exemple, pensez à prendre une minute pour réfléchir au pourquoi.

More from Body