Comment un plan à trois m’a aidée à me remettre d’une rupture difficile

Photo : Getty Images.
Je me tenais devant le bar, le trac de l'avant-date me parcourant le corps. Devais-je entrer pour commander un verre et essayer de décompresser ? Ou serait-il préférable de rester dehors et d'attendre l'arrivée de mes dates ? Oui - "dates", au pluriel. Je ne rencontrais pas une personne, mais deux. Mon rendez-vous était avec un couple.
J'ai rencontré Jess et Dylan* de la manière la plus moderne qui soit : via une application. À l'époque, je traversais une rupture douloureuse et je cherchais à flirter pour sortir de mon chagrin d'amour. Mais rencontrer une autre personne célibataire me semblait trop dangereux. Ni ma tête ni mon cœur n'étaient à la bonne place pour gérer la gymnastique émotionnelle qui accompagne souvent les rencontres après une rupture. (*Les noms ont été changés).
Publicité
Le sexe sans lendemain avec un·e autre célibataire n'était pas non plus à l'ordre du jour. Si pour certain·e·s, les rapports sexuels après une séparation sont faciles, je savais que j'étais encore trop vulnérable. Mon ex et moi avions une relation extrêmement tumultueuse, remplie de disputes passionnées et de réconciliations tout aussi passionnés au lit. La rupture était nécessaire, mais je me sentais encore vulnérable et à vif. J'avais le sentiment que si je devais trouver un·e inconnu·e dans un bar pour essayer de passer à autre chose, je passerais la majeure partie de l'expérience à penser à mon ex - et à comparer cette nouvelle personne à lui. Ce n'était pas juste pour les personnes concernées. 
Pourtant, je voulais retrouver une partie du pouvoir sexuel que j'avais perdu. Je voulais fréquenter quelqu'un, mais j'avais besoin de quelque chose de différent des souvenirs sexuels que je partageais avec mon ex. Je voulais aussi un arrangement sans attaches, mais quelque chose d'honnête, et même d'enrichissant. Ce qui m'a amenée au plan à trois.
Ce n'était pas un territoire complètement nouveau. Avant de nous séparer, mon ex et moi avions évoqué l'idée d'ajouter une tierce personne à notre relation. C'était une situation gagnant-gagnant : je voulais explorer ma bisexualité toute fraîche et il voulait me voir avec une autre fille. En plus de cela, je ressens comme un sentiment de compersion, ce qui signifie que je me sens heureuse lorsque je vois mon partenaire amoureux éprouver du plaisir sexuel avec une autre personne. Mais mon ex et moi n'avons jamais réussi à faire ce plan à trois. La vie et les disputes constantes qui allaient nous mener à notre perte, ont attiré notre attention sur des problèmes plus urgents.
Publicité
Les premiers mois qui ont suivi la rupture ont été marqués par des heures d'introspection, de tri de mon armoire et des rediffusions de Gilmore Girls. Mais une fois le troisième mois atteint, j'ai commencé à envisager de participer à un plan à trois moi-même. Je me suis créée un profil sur Feeld, une application qui se présente comme des "rencontres pour les couples et les célibataires, ouvert à tous les genres et à toutes les identités sexuelles". La plupart des personnes présentes sur l'application sont des couples à la recherche de ce que l'on appelle une "licorne", c'est-à-dire une femme bisexuelle qui cherche des relations sexuelles occasionnelles avec un couple - une trouvaille supposée rare. (Ce qui semble un peu sexiste, pour être honnête).
Bien que j'aie tenu ce rôle prétendument très convoité, Feeld ressemblait à la plupart des applications de rencontre, dans la mesure où je consacrais une partie de mon temps à swiper et à engager des conversations superficielles. Mais l'expérience était plus excitante que les moments que j'avais passés sur Bumble ou Hinge. Je parlais à des couples ! Il y avait donc deux personnes qui me disaient que j'étais canon ! Et, surtout, ils étaient transparents sur leurs désirs !
Jess et Dylan ont tout de suite semblé convenir. Ils ont été bienveillants et curieux, ont fait part de leurs intentions en toute simplicité et ont suggéré un premier rendez-vous dans un bar qui organise des concerts dans les environs. (Ah, l'époque pré-COVID). Une fois arrivés à l'endroit convenu, nous nous sommes salués par des accolades et des bonjour polis. Je me suis demandée si les passants auraient pu deviner nos intentions alors que nous nous dirigions vers le bar pour boire un verre.
Publicité
Au début, nous avions l'impression d'être de simples amis, notre rencontre étant aussi anodine que celle d'une colocation potentielle. Nous avons parlé de nos professions, de l'endroit où nous avions grandi, du genre de musique que nous aimions. Ils ont payé mes deux Gin Tonic, et nous sommes entrés dans une petite salle de concert bondée. Jess et moi étions debout l'une à côté de l'autre et Dylan se tenait derrière nous. Finalement, j'ai senti sa main s'approcher du bas de mon dos, le massant doucement tandis que nous nous bercions tous les deux au rythme de la musique. Presque simultanément, Jess a glissé son petit doigt dans le mien et nous nous sommes tenues comme si nous étions des meilleures amies se baladant au centre commercial. Je me suis directement dit : je vais adorer.
Il ne s'est rien passé d'autre ce soir-là, mais ils m'ont invité le week-end suivant à passer du temps dans leur appartement. J'ai apporté une bouteille de vin, que nous avons partagée en parlant de nos projets de vacances et en jouant au DJ à tour de rôle. À un moment donné, quelqu'un a roulé un joint. Quand nos verres à vin étaient presque vides, Dylan se tourna vers nous et demanda sans gêne, "Bon, quelqu'un veut faire l'amour ?".
Ce qui a suivi a été un jeu passionnant de Twister horizontal, un délicieux enchevêtrement de parties du corps qui était étonnamment plus excitant que gênant. Après le sexe, nous avons tous les trois passé une heure à parler au lit, en discutant de ce que nous avions aimé dans cette expérience. Je suis partie environ une heure et demie plus tard, pour retrouver mon lit juste avant minuit et me dire que ce fut extraordinaire.
Publicité
Les belles sensations étaient encore présentes le lendemain matin. J'ai retrouvé une amie et lui ai raconté tout ce qui s'était passé.
"Je me sens plus légère", ai-je affirmé, encore à moitié incrédule que tout cela soit vraiment arrivé. "Je me sens confiante".
L'espoir peut être difficile à trouver après une rupture. Même si nous savons, à un certain point, que la séparation était la meilleure chose à faire, nous pouvons craindre que l'amour ou le sexe ne soit jamais aussi bien qu'il ne l'était dans les meilleurs moments avec notre ancien·ne partenaire. Ce raisonnement illustre l'état d'esprit de pénurie, c'est-à-dire l'idée que le véritable amour et de bonnes relations sexuelles sont limités. Lorsque nous abordons nos relations amoureuses avec une attitude de rareté (C'était le bon ! Je n'aimerai plus jamais !), nous devenons aveugles aux nouvelles opportunités.
Mais l'alchimie n'est pas une ressource non renouvelable. Oui, nous avons peut-être eu de très bons rapports sexuels avec un·e ex, mais cela ne signifie pas que c'était la seule fois où nous aurons de bons rapports sexuels dans notre vie. Mon plan à trois m'a aidée à récupérer une partie du pouvoir que j'avais perdu vers la fin de ma relation. Cela m'a rappelée que je n'avais pas besoin d'une personne spécifique pour avoir des expériences sexuelles positives - que je pouvais retrouver cela, et à mes propres conditions.
Je reconnais que tous les plans à trois n'auraient pas abouti à ce résultat. J'ai eu la chance que Jess et Dylan soient à la fois respectueux et communicatifs, et qu'ils m'aient fait sentir accueillie et désirée pendant tout le temps que nous avons passé ensemble. En plus de servir d'exemple pour le sexe, l'expérience a montré à quoi pouvait ressembler une relation saine. Bien que je n'aie vu que des extraits de la vie commune de Dylan et Jess, j'ai admiré la bienveillance dont ils faisaient preuve l'un envers l'autre et je me suis sentie inspirée de trouver cela pour moi-même.
Nous nous sommes revus quelques fois après cela. Un soir, lors d'une conversation au lit, j'ai demandé à Dylan et à Jess ce qui les avait conduits sur la voie d'une relation sexuellement non-monogame. Ils m'ont dit que c'était quelque chose dont ils avaient toujours discuté ouvertement et honnêtement. Oui, il y a eu des accrocs, mais ils ont toujours été capables d'avoir des conversations difficiles avec respect et empathie. Pour une personne qui était sur le point de devenir aigrie parce qu'elle venait de quitter une relation toxique, c'était une source d'inspiration. 
Le plan à trois a été mon tremplin pour revenir dans le monde du dating. Et même si je ne recommanderais pas aveuglément les trios à quiconque se remet d'une rupture, j'encouragerais celles et ceux qui naviguent dans les eaux tumultueuses d'un chagrin d'amour à se rappeler que leur ex n'est pas la seule personne qui peut leur apporter le bonheur. Le plaisir est quelque chose que nous pouvons toujours créer pour nous-mêmes.

More from Wellness