La coupe à la française : la nouvelle tendance à L.A.

Photo: Courtesy of Yoann Bourquin.
Pour le coiffeur styliste français Yoann Bourquin (comme pour nous d'ailleurs), la coupe de la 'French-girl' est une coupe comme les autres. Originaire d’un petit village de Provence, Bourquin s’est installé à Paris en 2006 pour faire carrière au sein d’un grand salon de la capitale. Il a fait ses armes chez des grands maîtres des techniques classiques. Mais l'obsession américaine pour les cheveux de la femme française le fascinait.
« La coiffure à la française, c’est un peu comme la french manucure ou les crêpes, » nous explique-t-il, une cigarette entre les lèvres. « Pour faire simple : la « French touch », ça fait vendre. »
Publicité
L'intérêt aux États-Unis était tel, qu’on a demandé à Bourquin de laisser temporairement son poste au Salon Mod's Hair à Paris et de s’envoler vers L.A. pour développer la branche du salon outre-Atlantique. En 2016, muni de son visa de travail, d’un dictionnaire d’anglais et de près d’une décennie d’expérience en coiffure, Bourquin s’est expatrié temporairement en Californie. Pour lui, le défi était simple : apporter les techniques de coiffure créées par Bruno Pittini dans les années 60 aux Californiennes, friandes de styles décontractés — de quoi les changer des mèches blondes effet plage qu’on leur connaît.
La coupe à la française est précise et soignée, mais si l'on en croit Bourquin, c’est la femme qui fait la coupe et non le contraire. Il faut savoir apprécier sa structure osseuse et la texture naturelle de ses cheveux, qui font toutes deux partie intégrante de son look : polie, sexy, facile à entretenir, et surtout, très chic. Nous avons demandé à l'expert de nous en dire plus.

Alors, c'est quoi exactement cette coupe à la française ?

« On utilise un savoir-faire et des techniques créés dans les années 60 par le coiffeur Français Bruno Pittini (directeur artistique chez Jacques Dessange). Pour couper, il faut partir d'une base mouillée et commencer par la nuque, puis on s’attaque aux mèches qui encadrent le visage. Je sèche les cheveux sur chaleur basse avec une brosse, sans les coiffer. Cela permet de voir comment les cheveux tombent naturellement. Ce que je veux, c’est une coupe qu’on peut coiffer sans avoir besoin d’outils ni d’un brushing impeccable. La forme et le volume, ça vient de la coupe et non du coiffage. »
Publicité
Photo: Courtesy of Yoann Bourquin.
In process: the French bob.

Et le carré à la française ?

« Le carré français traditionnel est coupé à la hauteur des lèvres, avec une frange raide et épaisse qui couvre les sourcils. La célèbre influenceuse Instagram Taylor LaShae incarne parfaitement ce look. Ce n’est pas moi qui coupe ses cheveux, mais je la prends souvent comme référence. Si l’on regarde de plus près, on remarque qu’elle a ajouté de la texture à sa coupe, ce qui permet d’obtenir de légères ondulations autour du visage — c’est un twist moderne et très subtil du classique carré court. »

Comment donner du volume et de la texture aux cheveux fins ?

« Avec les cheveux fins, j’ai tendance à couper plutôt droit, sans trop ajouter de texture. Le risque si l'on ajoute trop de texture aux cheveux fin, c'est de rapidement perdre la structure initiale à mesure que les cheveux repoussent. Je regarde comment le cheveux sèche et la texture qu’il prend après la coupe. Si besoin, j’ajoute un peu de texture en dégradant légèrement, mais cela dépend de la préférence de la cliente.

Comment obtenir la forme parfaite sur des cheveux épais et bouclés ?

« Pour les cheveux épais et bouclés, je les divise en petites sections et je commence à travailler de l’intérieur, comme avec l'undercut. J’utilise des ciseaux à effiler pour apporter de la définition autour du visage, ce qui permet aux boucles de tomber parfaitement. La grande différence avec une coupe classique, c’est que j’effile de façon plus précise sur les cheveux bouclés que pour les cheveux fins et raides. La raison ? Il faut que je définisse les boucles de façon à ce qu’elles tombent parfaitement lorsqu’elles sèchent naturellement. »
Publicité

Comment ça se passe pour la repousse ?

« J’ai une cliente qui est venu samedi et qui m’a dit “ Yohann, ma dernière coupe remonte à il y a un an et j’aime encore le rendu.” Lorsque les cheveux sont bien coupés, ils ont toujours l’air sains six mois, voire même un an plus tard. En revanche, ce qu’il faut garder en tête, c’est que le dégradé autour du visage et des pommettes va retomber. Si vous attendez un an avant de rafraîchir votre coupe, votre volume va se trouver au niveau de vos épaules. »

Quelques conseils pour se coiffer ?

« Less is more. Si j’ai envie de quelque chose de raide et brillant, je vais utiliser un lait lissant, un produit à la texture crémeuse. Si j’ai envie de plus de texture — avec des ondulations ou des boucles par exemple — ou simplement d'un look saut du lit, je vais vaporiser un spray texturisant, ou même du shampoing sec. J’adore le shampoing sec, car il permet d’ajouter de la texture et, comme il ne contient pas d’alcool, les cheveux gardent leur aspect naturel et aérien.
« C’est ce qui me plait tant avec la French cut : sa grande simplicité. Certaines personnes vont utiliser le sèche-cheveux, sans brosse, d’autre laisseront sécher naturellement. Nombreuses sont celles qui utilisent un fer à boucler pour obtenir les ondulations plages, très populaires en Californie. Ce que j'aime moi, c'est une coupe versatile, qu’on peut porter de différentes manières. C’est juste une question d'attitude. »
Publicité