Non, les varices ne sont pas juste un “problème de vieux”

Photo par Olha Ruskykh/Pexels.
Si je vous parlais de "varices" ou de sa cousine moins douloureuse, la "varicosité", votre première pensée pourrait être que ces problèmes sont réservés aux personnes de plus de 50 ans. Mais, malheureusement, c'est loin d'être le cas.
Sanjay Patel, consultant en chirurgie vasculaire et endovasculaire à la UK Vein Clinic, explique à R29 que si les varices sont considérées comme un "problème de personnes âgées", c'est parce que les facteurs liés au mode de vie ont eu plus de temps pour influencer leur développement, et que cette période plus longue a permis aux symptômes de se manifester et de causer plus de dommages. Cela ne signifie pas que les varices ne peuvent pas ou ne vont pas vous affecter plus tôt dans la vie. "Le message", dit-il, "est de ne pas attendre que le processus sous-jacent ait fait des dégâts. Agissez tôt pour prévenir tout problème immédiat et ultérieur".
Publicité
Que sont donc les varices ? Il s'agit d'une maladie veineuse chronique très courante, qui touche plus fréquemment les femmes et les personnes AFAN (assignées femme à la naissance) que les hommes et personnes AHAN (assignées homme à la naissance). Elles peuvent apparaître n'importe où, mais sont plus souvent situées dans les pieds et les jambes, en particulier dans les mollets. Sanjay explique à R29 : "Les varices sont des veines normales qui, avec le temps, sont devenues grosses et torsadées. Elles peuvent devenir inesthétiques, palpiter et faire mal, ce qui entraîne des dommages physiques et peut potentiellement affecter la santé mentale. Mais c'est le problème sous-jacent à l'origine des varices qui peut conduire à un préjudice encore plus grand s'il n'est pas traité". Les varicosités sont une variante courante, plus bénigne, qui est visible sous la peau, mais en grande partie sans les autres symptômes.
Les veines normales contiennent des valvules unidirectionnelles qui font circuler le sang contre la gravité et le ramènent vers le cœur. Avec le temps, ces valvules peuvent mal fonctionner, entraînant une augmentation de la pression (appelée hypertension veineuse) qui, à son tour, entraîne le développement de varices. "Elles peuvent également entraîner le développement d'un certain nombre d'autres changements cutanés, notamment des taches brunes, des démangeaisons, des rougeurs et une fragilité de la peau, ainsi qu'un gonflement potentiel - si ce problème n'est pas traité, il peut entraîner des ulcères. Les varices ne sont donc que la partie émergée de l'iceberg en matière de santé veineuse".
Publicité
Bien qu'elles soient plus fréquentes à mesure que l'on vieillit, elles peuvent toucher presque tout le monde à tout âge. Tous les genres ont globalement le même risque de développer des varices, mais Sanjay précise qu'en raison de la grossesse, les femmes et personnes AFAN sont plus exposées.
"Avec la grossesse, 80 % des femmes vont normalement développer des varices. Cela est lié à la pression supplémentaire exercée sur le système circulatoire, causée par le bébé dans l'utérus. Les veines peuvent disparaître après l'accouchement et même si ce n'est pas le cas, de nombreux symptômes s'améliorent ou disparaissent de manière significative".
Dans la plupart des cas, les varices sont d'origine génétique, ce qui signifie que vous ne pouvez pas faire grand-chose pour empêcher les veines de mal fonctionner. Cependant, elles peuvent être exacerbées par des facteurs liés au mode de vie, c'est pourquoi elles touchent les jeunes et les moins jeunes. Ces facteurs comprennent les professions qui impliquent de rester debout, comme les infirmier·es, les coiffeur·ses ou les enseignant·es ; le poids ; les médicaments comme la pilule contraceptive ou un traitement hormonal substitutif ; des antécédents de caillots ; et l'inactivité.
En particulier, Sanjay explique à R29 que "la pandémie a généralement aggravé les symptômes des veines défaillantes". Les personnes qui sont restées bloquées à la maison ont été moins actives et l'exercice n'est pas seulement bon pour la santé générale mais peut améliorer les varices. "Cela est dû au fait que l'exercice et le mouvement augmentent l'activité dans les mollets, ce qui a pour effet de remonter le sang vers le cœur et de faire baisser la pression dans les veines". Cependant, comme le dit Rachel Bell, chirurgienne vasculaire consultante et présidente de l'organisation caritative Circulation Foundation, à R29 : "Je ne pense pas que la pandémie ait changé la probabilité de développer des varices. Si vous étiez enclin à avoir des varices, vous alliez en avoir de toute façon, pandémie ou pas".
Publicité
La bonne nouvelle, c'est que si vous avez des varices ou si vous pensez en développer à l'avenir, Rachel affirme que, dans la plupart des cas, les veines elles-mêmes "ne sont pas dangereuses, juste gênantes". Elles peuvent être à l'origine de douleurs, de gonflements et d'une gêne importante, et (sans surprise) provoquer un manque de confiance en soi. Heureusement, une évaluation et un traitement opportuns de vos veines peuvent prévenir et traiter les autres problèmes causés par l'hypertension veineuse sous-jacente.
Quant à savoir comment les faire traiter ? Il existe toute une gamme de traitements et votre meilleure option est de consulter un·e spécialiste des maladies vasculaires pour trouver le meilleur traitement mini-invasif pour vous. Les preuves scientifiques actuelles montrent que l'ablation par radiofréquence endoveineuse (EVRF) est la meilleure option globale. Elle peut être réalisée sous anesthésie locale, comporte moins de risques de cicatrices et de temps de récupération post-opératoire, et donne régulièrement d'excellents résultats.
En raison de la nature héréditaire des varices, l'expérience et la compréhension du traitement de la plupart des gens se font par l'intermédiaire de leurs parents ou de leurs grands-parents, ce qui signifie que vous avez peut-être entendu des histoires d'ablation brutale des veines, de traumatisme de guérison et, dans de nombreux cas, de retour des veines défaillantes. Heureusement, Sanjay souligne que les traitements modernes ont beaucoup progressé. "Il s'agit de procédures peu invasives avec une récupération minimale et d'excellents taux de réussite".
Il convient de noter que si vous êtes enceinte et que vous souffrez de varices, la chirurgie n'est pas recommandée. Attendez d'avoir accouché, car de nombreuses personnes voient leurs symptômes disparaître complètement après l'accouchement. Si vous souffrez de varices, il vous est conseillé de faire de l'exercice régulièrement, de porter des bas de contention et d'éviter de rester debout pendant de longues périodes pour atténuer les symptômes.

More from Body