Santé mentale : quand la nature est un réel besoin

Photographed by Anna Jay.
Le ciel se fait plus visible lorsque je marche jusqu'au bout de ma rue dans le nord-est de Londres. Des maisons de deux ou trois étages et des immeubles laissent place à l'horizon après avoir traversé un pont métallique vert qui me fait passer au-dessus du canal et m'amène au Hackney Marshes et à la Lee Valley. De là, je peux quitter la ville et me rendre à pied à Essex, en parcourant des kilomètres entourée de nature à travers les bois. J'écoute le chant des oiseaux, j'instagramme des vidéos de vaches comme si j'étais la première personne à en rencontrer une et je souris aux fêtards qui viennent de découvrir un endroit pas si secret pour nager dans la rivière - connu familièrement sous le nom de Hackney Beach (où vous attraperez probablement la maladie du légionnaire).
Publicité
Depuis cinq ans, je vis délibérément près de cet espace ouvert, marchant aussi longtemps que possible, au moins trois fois par semaine, en toutes saisons. C'est l'un des rares endroits à Londres qui soit véritablement sauvage et étendu, non entretenu ou contrôlé. Je ne suis pas la seule millennial qui se retrouve en manque de nature. Avant même qu'une pandémie virale ne vienne bouleverser nos vies, nous nous sommes détourné·es du cycle d'anxiété du changement climatique et du capitalisme tardif en cultivant des plantes d'intérieur, en lisant des livres sur la baignade en milieu sauvage et en prenant des photos du ciel. Chaque fois que je marche, j'attire sciemment l'attention d'autres personnes - généralement des femmes - qui sont seules et font exactement ce que je fais.

Lorsque le monde qui nous entoure change, lorsque nous nous sentons anxieu·ses·x, lorsque les choses deviennent incertaines, nous ressentons une impulsion humaine primitive qui nous pousse à chercher des réponses dans le monde naturel plutôt que dans le monde artificiel.

Que vous postiez ou non sur ce sujet est bien sûr une préférence personnelle. Mais il n'est pas nécessaire de chercher bien longtemps en ligne pour constater que la nature est une monnaie digitale d'engagement. Instagram est un écosystème où vous trouverez 10,2 millions de posts tagués de "blossom" et 504 millions tagués, tout simplement, de "nature".
Nous, les millennials, aimons à penser que nous réinventons la roue, mais depuis que les pays occidentaux se sont industrialisés, les gens ont observé le monde dans lequel nous vivons et ont tenté de le capturer. John Ruskin était obsédé par le fait que l'architecture soit "un modèle d'intégrité environnementale". Plus tard, Frank Lloyd Wright a essayé de concevoir des bâtiments qui faisaient entrer l'extérieur à l'intérieur. Aujourd'hui, vous pouvez faire des story sur Instagram et faire remarquer, avec ce qui semble souvent être une véritable merveille, que "no filter is needed" tout en vous excusant d'être "basique".
Publicité
Lorsque le monde qui nous entoure change, lorsque nous nous sentons anxieu·ses·x, lorsque les choses deviennent incertaines, nous ressentons une impulsion humaine primitive qui nous pousse à chercher des réponses dans le monde naturel plutôt que dans le monde artificiel. Nous aspirons (pour des raisons dont nous ne sommes pas toujours conscient·es) à nous approprier une part de ce monde, à le porter avec nous. La poète Emily Dickinson, qui s'est retirée dans la maison de son père pendant une période de grande industrialisation et de conflit en Amérique, regardait et écrivait "bring me the sunset in a cup" (apportez-moi le couchez de soleil dans une tasse) - elle voulait contrôler tout ce qui était incontrôlable, posséder une partie du monde. Comme elle, nous lisons des articles sur la crise climatique avant de nous occuper de nos pépéromias achetées en magasin afin de pouvoir tenir nos followers au courant de leurs évolutions.
Nous nous moquons nous-mêmes d'être cliché·es, mais tous les clichés existent pour une raison. Avant que le COVID-19 ne se répande en Grande-Bretagne, une étude peu remarquée a été publiée par le National Trust et Derby University. Ils ont découvert qu'être en contact avec la nature - en observant des phénomènes naturels quotidiennement - est en fait lié à un plus grand bien-être.
Dans le rapport, le professeur Miles Richardson fait remarquer que "le genre de connexion qui fait la différence implique plus que de simplement passer du temps à l'extérieur - il s'agit plutôt de se mettre activement à l'écoute de la nature, en passant régulièrement des moments simples en rapport avec la nature qui vous entoure".
Publicité
Quelques semaines plus tard, tout a changé. Comme beaucoup de gens, j'ai commencé à me sentir mal. J'étais à bout de souffle en cours de gym. Tout mon corps me faisait mal. Je n'arrivais pas à réfléchir. J'ai commencé à tousser. J'ai repoussé l'idée du virus car mes règles arrivaient.
Ce que je ne savais pas, c'est que j'allais être assommée pendant dix jours, que j'aurais de multiples symptômes du Covid-19 et que ni moi ni mes collègues (dont un s'est retrouvé à l'hôpital) ne reviendrions à notre bureau pendant les mois à venir. Était-ce le virus ou était-ce le syndrome prémenstruel ? Comme il n'y a pas eu de test, je ne le saurai jamais. 
Lorsque que j'étais confinée seule à la maison pendant les quelques jours, j'avais moins envie de contacts humains que de promenades. Comme un personnage de Jane Austen qui se remet d'un rhume, je voulais entendre le chant des oiseaux, voir les fleurs sauvages. Je voulais prendre des vidéos de la rivière que je ne mettrais jamais sur Internet, mais que je rediffuserais dans les toilettes au bureau chaque fois que je me sentirais dépassée.

Le genre de connexion qui fait la différence implique plus que de simplement passer du temps à l'extérieur - il s'agit plutôt de se mettre activement à l'écoute de la nature, en passant régulièrement des moments simples en rapport avec la nature qui vous entoure.

ProfessEUr Miles Richardson
Sans mes excursions solitaires dans la nature, sans marcher jusqu'à ce que je me perde en ignorant mon téléphone, ma peau s'est soudain sentie plus fragile. 
Puis, lorsque le virus s'est réellement répandu, le confinement a été annoncé. À l'extérieur, la nature a été soudainement et brutalement restreinte. On nous a dit de ne quitter la maison qu'une fois par jour. Des drones survolaient le Peak District, dénonçant les gens qui se promenaient dans une région d'une beauté exceptionnelle alors qu'ils auraient dû être chez eux. Les parcs ont été fermés. Nous avons été forcés de constater à quel point nous avions désespérément besoin de nous connecter avec la nature, car le temps passé à l'extérieur devenait un luxe. 
Publicité
L'étude du National Trust fait écho à ce que disent depuis longtemps les chercheurs du Institute for the Environment de l'université de Stanford. En 2015, ils ont fait part d'une prescription très importante pour stimuler la santé mentale : la nature. Dans une étude publiée dans Proceedings of the National Academy of Sciences, ils ont fourni des preuves quantifiables que les personnes qui marchaient pendant 90 minutes dans une zone naturelle, par opposition aux participants qui marchaient dans un environnement urbain très fréquenté, présentaient une diminution de l'activité dans une région du cerveau associée à un facteur clé de la dépression. Ou comme ils le disent : les moments passés dans la nature réduisent "la rumination et l'activation du cortex préfrontal sous-génital". Ils sont même allés jusqu'à dire que l'augmentation de la dépression et de l'anxiété pourrait être liée à une urbanisation accrue.
Des gens meurent. Les économies s'effondrent. La crise du coronavirus n'est pas une retraite bucolique (à moins que vous n'ayez une seconde maison à la campagne), nos vies ne sont pas soudainement devenues des clichés d'une idylle pastorale pour l'heure par jour où nous sommes autorisé·es à être dehors.
Le monde naturel - ce dont nous avons le plus besoin après le logement, l'oxygène, la nourriture et l'eau - est isolé et limité, et nous traversons une crise dont nous n'avons même pas commencé à comprendre les implications. Peut-être serait-il temps de réfléchir à notre relation avec la nature, à notre consommation de choses qui lui sont nuisibles et à la manière dont nous pourrions mieux nous engager pour elle à l'avenir - non seulement pour améliorer notre propre bien-être mais aussi pour celui des autres.

More from Wellness