Ce que la “mort” du skinny jeans signifie pour les grosses

Photo courtesy of Marie Southard Ospina.
Tout comme l'année qui l'a précédée, on ne s'attendait pas vraiment à ce que l'année 2021 se déroule comme prévu. Jamais je n'aurais pu prédire que le monde serait encore sous les restrictions de la crise sanitaire près d'un an après leur entrée en vigueur, ou que Donald Trump serait banni définitivement de Twitter. Plus choquante encore a été la déclaration de la Gen Z selon laquelle le skinny jeans serait mort (tout comme la mèche sur le côté et l'emoji pleurer de rire, pour info). Oui, c'est précisément ce qu'ont décrété les Zoomers de TikTok deux mois à peine après le début de la nouvelle année - signalant la fin d'une ère qui a commencé lorsque cette relique de millennials que je suis (apparemment) entrait au lycée il y a 16 ans. 
Publicité
Je suis grosse, et pour moi le slim a été bien plus qu'une simple tendance. Lorsque ce jeans stretch et moulant est apparu pour la première fois, je n'étais pas bien dans ma peau, loin de là. J'ai fait tout mon possible pour cacher mes bourelets et mes courbes dans des robes informes et des pantalons larges de couleur kaki. Je me disais qu'en portant ce genre de vêtements je ressemblerais à une version plus-size de Lindsay Lohan à l'époque du classique Freaky Friday. Au fond de moi, je savais bien que c'était la honte de mon corps qui me donnait envie de le noyer dans cet excès de tissu. 
Lorsque l'industrie de la mode a commencé à s'intéresser aux skinny jeans, je me suis finalement autorisée à habiller mon corps d'un de ces vêtements moulants. Je me souviens avoir acheté ma première paire dans la boutique gothique de notre centre commercial local. Elle était noire avec un subtil liseré rouge ; je me suis même acheté une ceinture cloutée pour compléter le look. Je me souviens encore à quel point je me suis sentie différente dans ce jean. Le tissu stretch me changeait grandement de tous les jeans rigides et bootcut que j'avais achetés au rayon "grande taille" du magasin où allait ma mère. La douceur était aussi une nouveauté pour moi. Mes jambes dodues avaient droit à un traitement de luxe dans ce type de denim tout frais. J'étais presque à l'aise. 
Ce que j'ai appris dans les jours qui ont suivi l'annonce de la mort du skinny jeans par la Gen Z, c'est que beaucoup de femmes plus-size associent ce vêtement à un événement marquant dans leur rapport à leur corps et leur style vestimentaire. Pour les Zoomers, le slim n'est peut-être pas aussi cool que le mom jeans ou les bootcuts des 70s, mais pour beaucoup d'entre nous, il restera à jamais un outil précieux qui nous a aidé à accepter nos silhouettes comme jamais auparavant.  
Publicité
Tout le monde ne sera pas d'accord, mais je pense que la popularisation du skinny jeans a commencé avec les communautés alternatives. Dans mon bahut, ce sont les emos, les gothiques, les punks et les excentriques en général qui ont adopté ce jean ultra-moulant avant les gamins populaires. C'est sans doute pour cette raison que la tendance m'a attirée. J'étais déjà considérée comme une marginale, alors autant essayer des vêtements qui signalent aux autres marginaux et marginales que j'étais l'une des leurs. 
Rebecca McGowan, de Wigan, partage cet avis et indique à Refinery29 : "Je pense que [les jeans moulants] faisaient partie de la scène dans laquelle j'ai grandi et représentaient la façon dont je voulais me présenter au monde. Cet uniforme devenu incontournable une fois que les skinny jeans ont été mis sur le marché, ressemblaient beaucoup au mien : un slim, des t-shirts à bandes et des sweats à capuche. Je me fiche qu'une mode soit "out". Je continuerai à la porter", ajoute-t-elle. "Ma morphologie n'a jamais été tendance, alors pourquoi devrais-je me soucier des diktats ?"
Pour Carolyn Hesketh, c'est surtout par sa matière stretch que le skinny jeans a été le plus révolutionnaire. "Cela n'avait jamais vraiment été fait avec du denim auparavant, si je me souviens bien", dit-elle. "Les corps gros évoluent d'une manière complètement différente et le denim ordinaire est trop rigide pour permettre cette flexibilité".
"Les skinny jeans ont été (et sont toujours) vraiment libérateurs pour moi car, même s'ils sont parfaits pour tous les jours, je peux les associer à une tenue aussi bien décontractée que plus habillée", ajoute-t-elle. "Avant ça, j'avais toujours eu l'impression que je devais être très apprêtée pour être juste présentable. Avec un jean slim et un pull, je peux facilement et confortablement m'habiller et sortir de chez moi en cinq minutes chrono, dans une tenue que n'importe qui pourrait porter. Je me sens moins visible, et c'est important pour quelqu'un qui a passé plus de 30 ans à être scruté par les gens sur la façon dont j'habille mon corps".
Publicité
L May, qui vit à Londres, voit certainement le lien entre le moment où elle a commencé à porter des slims et la façon dont elle se percevait à changer. "Le fait de porter des vêtements plus moulants m'a permis de mieux apprécier mon corps et de m'habiller de manière plus décontractée", explique-t-elle.
"Quand j'étais plus jeune, j'aimais la façon dont je m'habillais et je sentais que mes vêtements étaient une façon d'exprimer ma personnalité, même si, avec le recul, je pense que j’avais internalisé le fait que je ne pouvais pas porter des vêtements vraiment adaptés à ma morphologie", ajoute-t-elle. Même si j’ai toujours eu un sens du style affirmé, je suivais tout de même les “règles” imposées aux corps plus-size [...] le skinny jean m'a servi de tremplin pour m'autoriser à porter des vêtements plus ajustés".
May note que même si elle aime l'aspect du skinny jeans, elle ne le trouve pas particulièrement confortable ou pratique. Heureusement, la récente émergence des vêtements plus-size lui permet de se tourner vers d'autres vêtements plus confortables tout en restant près du corps.
Tout comme May, il convient de mentionner que toutes les filles plus-size ne sont pas forcément des adeptes dévouées du skinny jeans. Kaomi Murty, basée dans le Yorkshire, nous raconte son expérience avec le denim : "Je portais des jeans larges et évasés quand j'étais ado (et que je trouvais ma taille). J'essayais de cacher mes grosses cuisses avec un jean baggy. Puis, au début de la vingtaine, j'ai osé essayer le jean slim et je n'ai jamais regretté". C'est devenu un vêtement qu'elle pouvait porter pour sortir en boite, aller au restaurant, se promener ou même simplement pour se détendre. 
Publicité
"J'adorai la coupe et la sensation de confort, mais il y avait tout de même un problème d'usure à l'intérieur des cuisses", ajoute-t-elle, notant que la plupart des jeans (quelle que soit leur coupe) finissent par être usés à l'entrejambe. "Je trouve que les jeans pour femmes auraient besoin de revoir leurs proportions, peut-être en instaurant trois tailles pour la longueur des jambes, la taille et les hanches (ainsi qu'un entrejambe renforcé !), ça changerait la donne pour nous, les filles rondes".
Il faut aussi mentionner le nom du modèle. Un jeans "skinny" (mince) implique une certaine clientèle cible - une clientèle qui ne nous inclut pas, nous les grosses. Le mot "skinny" m'a toujours dérangée, même si je ne comprenais pas vraiment pourquoi et que je n'aurais certainement pas pu l'exprimer", explique Hesketh. "Je suis sûre qu'il y a eu un ou deux articles dans des magazines à l'époque, qui se moquaient gentiment des grosses et leur conseillant de s'abstenir. Mais laissez-moi vous dire que si vous faites un jeans confortable à ma taille, bien sûr que je vais le porter".
Malgré ses espoirs d'un avenir où les jeans skinny plus-size (et tout en denim) seront renforcés là où notre corps en aurait besoin, Murty partage cet avis. Elle est également convaincue que la mode étant un éternel recommencement, même si les skinny jeans seront moins présents durant quelques années, ils feront très certainement leur retour. 
La blogueuse et mannequin Em Smyth, basée dans le Yorkshire, compte bien rester fidèle à ce jeans jusque-là. Bien qu'elle ait d'abord évité la tendance. "Je pensais que la forme serrée d'un mélange de lycra me donnerait l’air d’un saucisson habillé de denim. Que les zones que j'avais passé des décennies à cacher - cuisses, hanches, fesses - seraient exposées au monde entier pour qu'il puisse les commenter", elle est maintenant une inconditionnelle.
"Me voici en 2021, une armoire pleine de skinny jeans de toutes les couleurs, pour toutes les occasions", confie Smyth. "Une partie de ce changement est due à un sentiment de confiance en moi et la réalisation que je m'habille pour moi, et non pour les inconnus que je croise dans la rue. D'autre part, le slim est l'article le plus pratique et le plus versatile de ma garde-robe. Et en plus, ça me va vraiment très bien. Si je suis un saucisson, c’est un saucisson qui est sacrément sexy".

More from Fashion