Ces photos dévoilent les réalités de la dépression post-partum

Photographie : Ying Ang.
Lorsque la photographe Ying Ang, basée à Melbourne, a donné naissance à un petit garçon en octobre 2017, tout son monde a basculé. "Dévastée et amoureuse", dit-elle, elle est entrée sur le terrain de la maternité. Elle avait l'impression d'être précipitée - ou de tomber - vers une nouvelle identité et une toute nouvelle façon d'être. Elle a souffert de dépression et d'anxiété post-partum, mais lorsqu'elle a essayé d'en parler, elle a constaté que les mots ne pouvaient pas rendre compte de la totalité de son expérience. Elle a donc pris un appareil photo et a commencé à faire des photos. De ces moments est né son nouveau livre photo, The Quickening.
Publicité
Photographie : Ying Ang.
Les photos de The Quickening sont une magnifique cacophonie de scènes tendres et tendues, entremêlées de moments de lumière qui montrent comment les moments les plus légers de la maternité peuvent facilement se transformer en moments difficiles (et inversement). On voit aussi une certaine douceur dans ces images, une rêverie qui ressemble aux premiers instants du réveil, où tout est un peu flou et où les images des rêves se prolongent. Ang a travaillé de manière totalement intuitive avec son appareil photo, car prendre des photos était "un besoin viscéral" à cette époque. "Le moment, l'appareil photo à portée de main (il y en avait plusieurs), l'intensification du sentiment dû à la gravité de l'instant, tout cela a donné naissance à la variété de photographies qui forment la tapisserie de mon expérience", explique-t-elle.
Photographie : Ying Ang.
Photographie : Ying Ang.
Se souvenant de cette expérience, Ang dit : "C'était profondément troublant, la façon dont je n'arrivais plus à me distancier de mes propres expériences. Ce que je ressentais se mouvait en moi. La nature viscérale de la grossesse a commencé à relier mon sens du moi, mon identité, aux douleurs, aux mouvements, aux sensations d'un autre monde extérieur à mon corps et j'étais inéluctablement liée au présent, forcée de vivre chaque moment au lieu de l'observer d'une distance sûre". Elle parle des changements physiques de la grossesse et de la maternité - à quel point votre monde peut se réduire, à quel point vous vous concentrez sur l'espace domestique, la répétitivité de vos journées - ainsi que des changements qui se produisent à l'intérieur. "Par paliers, puis soudainement de plus en plus vite, vous devenez intérieurement méconnaissable. La mission consistant à naviguer dans cette nouvelle géographie, ces nouveaux jours et ces nouvelles nuits, la façon dont vous mangez, dont vous dormez, dont vous aimez - cette transition sismique - porte le nom de matrescence".
Publicité
La matrescence est peut-être la meilleure façon de décrire le processus de devenir mère. Il s'agit d'un terme anthropologique utilisé pour englober le réseau complexe de changements physiques, émotionnels et psychologiques qu'une personne peut vivre pendant cette transformation. Le processus est différent pour chacun, mais pour Ang, plongée dans l'expérience brutale de la dépression post-partum et de l'anxiété post-partum (DPP/APP), c'était comme "un glissement de terrain soudain", suivi d'un travail de déblaiement des décombres, de ramassage des morceaux et de reconstruction.
Photographie : Ying Ang.
Ang est née en 1980 et a grandi sur la Gold Coast, sur la côte est de l'Australie. "J'ai toujours eu l'impression d'être une étrangère là-bas et j'ai fini par intérioriser cette attitude et trouver du réconfort derrière un objectif, cimentant ainsi ma position d'observatrice de la vie", explique-t-elle. "J'ai évolué dans le monde en tenant la vie réelle à distance, en évitant les relations et les foyers stables. Le premier grand livre que j'ai réalisé, intitulé Gold Coast, a été capturé de cette manière - froide et calculée. Le fait d'avoir un bébé a changé tout cela".
Gold Coast confronte la culture insidieuse du crime et de la corruption qui couve sous la façade trop parfaite de sa ville natale. "Un lieu ensoleillé pour des gens louches", c'est ainsi qu'elle se souvient que la presse l'avait qualifiée à l'époque. Le livre a été primé et a été le dernier projet majeur sur lequel Ang a travaillé avant d'accoucher. Bien sûr, toutes ses œuvres sont autobiographiques dans une certaine mesure, mais The Quickening est un projet bien plus personnel. Ang avait déjà pris des photos d'elle en privé, et une sorte d'autoportrait figurait dans Gold Coast - une photo tirée d'un article de journal dans lequel elle est photographiée en tant que témoin d'un double meurtre - mais c'était la première fois qu'elle s'ouvrait à être vue - vraiment vue, de toutes sortes de manières - par un public plus large, et par elle-même.
Publicité
Photographie : Ying Ang.
Photographie : Ying Ang.
L'une des photos les plus marquantes pour Ang est un gros plan de sa poitrine, avec le bras de son bébé qui se tend pour attraper une petite poignée de ses chaînes en or. "C'est la première fois que j'ai remarqué que mon bébé tirait sur tout ce qu'il pouvait attraper... mes cheveux, mes vêtements, mon collier, mes lunettes. Il s'accrochait littéralement à moi, comme un appendice permanent. Je me souviens avoir lu que les bébés ne comprennent pas qu'ils sont des entités séparées et qu'ils régulent même certaines fonctions physiologiques comme le rythme cardiaque et le contrôle respiratoire en fonction de la proximité avec leur mère." Une autre photo qui lui reste en mémoire est celle de son allaitement, prise à partir du moniteur de nuit de la chambre du bébé. Grainées et monochromes, les silhouettes d'Ang et de son fils semblent se fondre en une seule forme indiscernable alors qu'elle le nourrit. "Au cours de la première année de sa vie, j'ai passé tellement de temps assise sur cette chaise, dans le noir, à me sentir impuissante, désespérée et invisible", se souvient-elle.
Photographie : Ying Ang.
Photographie : Ying Ang
The Quickening tire son nom d'un terme ancien qui, explique Ang, faisait référence aux premiers mouvements du fœtus ressentis pendant la grossesse. "Avant l'avènement de l'échographie, c'est ce mouvement qui confirmait la grossesse et déclarait la présence de la vie", explique-t-elle. "Le mot lui-même signifie également accélération, déplacement à grande vitesse et les sensations qui l'accompagnent - l'exaltation, la perte de souffle et, éventuellement, le fait de laisser des choses derrière soi pour atteindre un point différent. Dès la naissance de mon fils, j'ai été plongée dans un univers où, comme le glissement de terrain auquel je fais référence, le sol sous mes pieds a cédé pour former une nouvelle topographie, soudainement et dangereusement. Une profonde nécessité de rester en vie s'est opposée au besoin de mourir. Voilà ce que c'était que d'être mère d'une dépression. Deux plateaux continentaux se pressant l'un contre l'autre, pliant sous une pression aussi ancienne et inexorable que la force gravitationnelle du soleil. C'était impossible à vivre et impossible à éviter en même temps. Une peur atroce et un amour dominant qui s'entrechoquent".
Publicité
Photographie : Ying Ang.
Ang a délibérément édité la série de photographies en vue de raconter une histoire bien précise. "Je pointe du doigt quelque chose de spécifique", explique-t-elle, "une expérience plus sombre et plus solitaire que celles habituellement décrites à l'extérieur dans le domaine public de l'histoire de la maternité. Je me suis sentie complètement aveuglée par la nature de mes difficultés à élever un bébé et j'étais complètement imprégnée de colère face à l'opacité de cette transition dans les arts, dans la communauté médicale et dans le discours public. J'étais également en colère contre ma propre hésitation à faire ce travail, qu'une histoire aussi omniprésente que la maternité puisse trouver une place dans les arts comme quelque chose de suffisamment sérieux pour être considéré comme important. J'en veux pour preuve le patriarcat - la politique de genre de la médecine et les préjugés qui en résultent et qui conduisent à des sujets insuffisamment étudiés et réservés aux femmes... Les créateurs historiques et les gardiens de l'art minimisent les expériences d'un rôle classiquement féminin, tel que le maternage, malgré sa profondeur et son importance capitale pour l'humanité".
Photographie : Ying Ang.
Photographie : Ying Ang.
Après avoir réalisé cette œuvre - et vécu son sujet au jour le jour - Ang confie avoir appris "qu'il existe une richesse et une multiplicité incroyables dans l'expérience de la maternité", mais aussi une étonnante unité. "Étant donné l'énorme diversité qui forme le contexte culturel du vécu de la matrescence, le fil qui lie les femmes à travers cette expérience varie en épaisseur et en couleur, mais les unit néanmoins. J'ai également appris que les attitudes patriarcales encore en place dans nos structures médicales et sociales doivent céder la place à une compréhension et un soutien adéquats pour les femmes qui ont des enfants, afin de contourner les statistiques dévastatrices que nous avons sur la dépression post-partum. Une femme sur cinq y est confrontée et c'est aussi la principale cause de décès maternel après les complications cardiovasculaires". Les véritables conséquences de la dépression et de l'anxiété post-partum ne sont toujours pas suffisamment évoquées - ou comprises - dans quelque contexte que ce soit. Le projet d'Ang aide celles et ceux d'entre nous qui n'y ont pas été confrontés à se faire une idée de ce à quoi cela peut ressembler et à quel point c'est difficile à vivre. Il s'agit d'une œuvre profondément touchante sur la façon dont votre identité change lorsque vous devenez mère et sur les conséquences psychologiques, sociales et physiques que cela peut entraîner, sous le regard du public ou non.
Photographie : Ying Ang.

More from Books & Art