Ça vous arrive de péter en cours de yoga ? Lisez ça

Photographed by Caroline Tompkins.
Pas un bruit, les corps se relèvent en position du chien tête en bas, l'humeur est à la détente et la méditation...et c’est là que vous larguez une caisse. La seconde d’avant, vous étiez toute zen, à respirer de tous vos poumons. Là tout de suite, vous avez envie de vous planquer sous votre tapis de yoga, à prier que personne n’ait rien entendu – ce qui (avouons-le) est peu probable, vu le silence qui règne dans la salle.
La vérité, c’est que personne n’est à l’abris de ce genre d’incontinences, et péter en cours de yoga est plus courant que ce qu'on pense. Explications.
Publicité
Pourquoi pète-on en cours de yoga donc ? Parce que votre corps est relax et vos muscles en position d’étirement, ce qui favorise l'expulsion des gaz accumulés dans les intestins. Comme on le sait, les gaz proviennent d’un surplus d’air dans le tube digestif. Le niveau de gaz produit par une personne dépend de plusieurs facteurs, notamment de votre alimentation. Ce qui est est sûr, c’est que tout le monde a des gaz, seulement certain·es sont mieux capables de se retenir que d’autres.
Surtout que « bon nombre de positions de yoga sont censées aider à la digestion, et donc à faire péter » nous dit Kyle Filley, prof de yoga à Brooklyn. Par exemple, les positions qui impliquent de se « tordre » (comme quand on twiste le tronc d’un côté, les genoux pliés et les mains sur le coeur) sont connues pour libérer les gaz. Il y a même une position qui s’appelle « la position qui libère les vents » (Pavanamuktasana). C’est cette position où l’on est allongé sur le dos et qu’on ramène les jambes au niveau du ventre, pour masser les organes abdominaux.
Si ça vous arrive souvent, ça vaut le coup de prendre le temps de noter quelles sont les positions les plus critiques pour vous. Ça sera plus facile de savoir quand vous dirigez vers les toilettes, surtout quand on est sujet aux « quintes » (un pet arrive rarement seul, n'est-ce pas ?). « C’est quand même plus respectueux pour les autres, même si en général, les pets provoqués par le yoga sont rarement ceux qui sentent mauvais » nous dit Filley. Et si vous ne pouvez vraiment pas vous retenir, à vous de trouver comment gérer. « Soyez vous-même, riez-en, excusez-vous ou faites comme si de rien n’était, à vous de voir ! » poursuit Filley.
Publicité
Comme dit plus tôt, tout le monde a des gaz et tout le monde pète plusieurs fois par jour. Pas vraiment de quoi avoir honte, surtout dans le contexte semi-public d’un cours de yoga. Peu importe votre relation aux pets, « il reste important de réaliser - via la pratique du yoga justement - que le corps est en constante évolution, en constant mouvement » nous dit Filley.
« Accepter de péter fait justement partie de l’exercice. Rappelez-vous que c’est naturel, et puis que tout passe avec le temps. » Voilà de quoi nous faire aussi relativiser la prochaine fois que quelqu’un pète dans le métro.
En d’autres mots, si vous voulez tirer le maximum de votre pratique du yoga, il va falloir accepter de péter une fois de temps en temps… Au pire, vous pourrez toujours faire passer ça pour une toux ou une respiration profonde. Ou tout simplement assumer. Namasté.
Publicité