5 femmes nous parlent de leur expérience de rousse

Photo: Holly Rebecca White
Les années 2000 : quelle époque pour les roux·sses ! En 2005, South Park diffusait son épisode « Les rouquins » dans lequel Cartman, fatigué qu'on se moque de lui à cause de ses cheveux roux, son teint pâle et ses taches de rousseur, rassemble une armée de roux pour faire tomber le préjugé. Et comment oublier la vidéo YouTube publiée en réponse « Les roux ont une âme !! » ?
En résumé, ce fut une décennie de hauts et de bas pour les personnes rousses. Mais heureusement, il y a de moins en moins de bas, grâce à des célébrités comme Florence Welch, Tilda Swinton et Jessica Chastain qui portent haut et fort les couleurs des rousses.
 
Il est indéniable qu'il existe des discriminations basées sur les cheveux, en particulier pour les femmes de couleur, et ce dans le monde entier. Mais ne prétendons pas que les cheveux roux font face aux mêmes préjugés que les cheveux afro, par exemple. En contexte, les rouquins ont la vie facile, et il est peu probable que quelqu'un se soit vu refuser un emploi ou fait suivre dans un magasin par un agent de sécurité simplement parce qu'il a les cheveux roux.
Cependant, grand nombre de personnes rousses sont victimes de harcèlement. Qu'il s'agisse de se faire jeter du jus d'orange ou qu'on leur demande si elles sont de « vraies » rousses (sous-entendu : même en bas), les blagues sur les roux peuvent avoir un effet déplorable sur l'estime de soi. Ce que j'ai appris en discutant avec cinq vraies rousses, cependant, c'est que même si l'école a été une période difficile — dans un cas en particulier — et qu'elle ont toutes dû faire face à un sorte de stigmatisation, par exemple pour ce qui est des relations amoureuses, à mesure qu'elles (et le reste du monde) ont grandi, la honte autour des cheveux roux s'est transformé en fierté de cette couleur flamboyante. Pour beaucoup, les cheveux roux ne font plus l'objet de moqueries, mais évoquent la majesté et la beauté des déesses préraphaélites aux boucles flamboyantes.
 
Cinq femmes décrivent comment leur relation avec leurs cheveux roux a évolué au fil du temps, qu'il s'agisse du lien à leur héritage familial ou encore la façon dont le terme « rouquin » est a perdu sa connotation péjorative.