Le job de rêve est mort : vive le job alimentaire !

Depuis qu'elle a 18 ans, Demi travaille pour le même magasin. Elle a commencé comme caissière à temps partiel, mais a depuis évolué vers un rôle de direction - "le point où je me considère comme bien payée, essentiellement", dit Demi. L'inconvénient, explique Demi, est qu'il s'agit d'un poste de vente au détail, ce qui signifie que les horaires peuvent être assez irréguliers, mais le "plus gros avantage est que c'est bien payé et que je n'ai pas besoin de travailler chez moi". Aujourd'hui âgée de 24 ans, Demi gagne 50 000 $ (41 727 €) par an, n'a aucune dette d'études, car elle a décidé de quitter l'école pour se concentrer sur le travail, et apprécie la qualité de vie que lui offre son emploi. "J'ai récemment déménagé et je vis maintenant près du plus beau marché fermier du monde qui est ouvert six jours sur sept, et je peux y faire la plupart de mes courses parce que je peux désormais me le permettre", raconte Demi, ajoutant que sa vie consiste principalement à investir du temps dans sa relation, à accumuler des congés payés pour partir en voyage et à explorer les endroits branchés de la région avec ses ami·es. Tout cela est possible grâce à son travail : "Je ne peux pas seulement me permettre de le faire, mais j'ai le temps et l'énergie pour le faire aussi", dit-elle. Cependant, tout le monde ne voit pas les choses ainsi ; Demi ajoute : "J'ai l'impression de devoir défendre mon travail depuis que je l'ai obtenu".
Publicité
"L'idée que le travail doit être exclusivement un moyen de donner un sens à sa vie et de s'épanouir est très intrinsèquement capitaliste, comme l'est notre société", explique Demi. En fin de compte, le travail de Demi ne "l'accompagne" pas chez elle : ce n'est pas sa passion, ce n'est pas sa source d'identité - c'est juste une nécessité, un outil qui lui permet d'avoir une vie épanouie au-delà du travail.
Mais l'expérience de Demi, qui considère son travail comme un simple travail, est anormale. La question est ancrée dans la conscience de la main-d'œuvre occidentale : si vous ne poursuivez pas votre soi-disant "job de rêve", que faites-vous de votre vie ? Depuis quelque temps déjà, nos emplois ont une double fonction. Non seulement ils sont théoriquement censés nous donner accès à la nourriture, à un logement et, espérons-le, à une pension, mais ils sont censés nous révéler quelque chose sur qui nous sommes vraiment - pas seulement au travail, mais aussi à la maison. "Vivez de votre passion" et "faites ce que vous aimez et vous ne travaillerez jamais un seul jour de votre vie" sont peut-être des conseils bien intentionnés pour la recherche d'un emploi et des citations inséparables, mais encourager les gens à suivre leur cœur et à se battre donne l'impression que la vie n'est que le travail. C'est vrai dans le sens où les individus doivent travailler davantage pour s'en sortir, mais ils ont aussi le sentiment que cela ne devrait pas être le cas. Bien que l'on dise que la vie ne se résume pas à un boulot, il est rare de trouver un emploi bien payé mais qui ne consomme pas tout.
Publicité
Demi raconte que sa famille fait des remarques sur le fait qu'elle travaille toujours au magasin ; elle répond que le travail a toujours le même objectif : payer les factures. Outre la pression que la famille et les ami·es peuvent exercer sur une personne pour qu'elle trouve le "bon" emploi, il y a tellement d'autres pressions liées au travail qu'il est presque impossible de les démêler : si vous allez à l'université, la pression est de choisir une discipline qui mène à un emploi. Il faut payer les factures et trouver un emploi, alors que le taux de chômage est stupéfiant. Si vous êtes parent ou gardien d'un enfant, il existe des obstacles supplémentaires à la recherche d'un emploi et au maintien d'une vie active. En plus du manque d'accessibilité, de la surcharge de travail et des inégalités inhérentes à la main-d'œuvre occidentale, il y a le fardeau de sentir que vous devez faire plus que simplement avoir un travail - vous devez aimer votre travail. "Il y a une moralisation de l'idée que la meilleure façon de se trouver sur le marché du travail, surtout si on a un diplôme, est de trouver un emploi qu'on aime et de faire face au genre de sacrifices que cela implique", dit le Dr. Erin Cech, professeure adjointe au département de sociologie de l'université du Michigan et auteure de The Passion Principle : How the Search for Self-Expressive & Fulfilling Careers Reproductives Inequality. Elle explique que l'on a l'impression que si l'on ne fait pas un travail que l'on trouve satisfaisant, on se déprécie en quelque sorte. "C'est une façon tellement étroite de penser à donner un sens à nos vies", ajoute Cech. "Pourquoi le travail est-il le lieu où nous sommes censés trouver un sens ?"
Publicité
Le travail de Cech se concentre sur ce qu'on appelle le "principe de la passion", c'est-à-dire l'idée que la meilleure façon pour les gens de prendre des décisions de carrière est de se concentrer sur l'expression et l'épanouissement de soi. Les recherches de Cech soulignent que si les adeptes du principe de la passion reconnaissent que tous les emplois comportent des tâches fastidieuses, ils pensent également que, si le travail s'aligne sur leur passion, leurs heures de travail les "combleront" encore, et donc que tous les aspects négatifs de leur travail - d'être surmené·e à être sous-payé - en valent en quelque sorte la peine. Ainsi, le principe de la passion empêche potentiellement une critique valable des situations d'emploi précaire, déclare Cech dans sa recherche, car cela "diffuse ces critiques de la structure capitaliste du travail - des critiques qui pourraient, dans d'autres circonstances, susciter des revendications collectives pour des heures de travail plus courtes, un salaire plus équitable ou une meilleure conciliation de la vie professionnelle et de la vie privée". Bien que le fait de "poursuivre sa passion" n'ait jamais été une possibilité pour tout le monde, la focalisation générale de notre culture sur les "jobs de rêve" a eu un impact sur la perception de ce que le travail signifie pour chacun·e, y compris pour les personnes qui ont la "chance" de les décrocher et celles qui trouvent une autre voie.
Parfois, la difficulté de poursuivre un job de rêve n'est pas que le travail lui-même soit inaccessible, mais plutôt qu'il n'existe pas de manière équitable et durable. Une responsable chargée de la diversité et de l'inclusion âgée de 25 ans, qui a demandé à rester anonyme, déclare que son véritable job de rêve - l'écriture - ne peut exister que sous la forme d'un travail freelance. Elle exerce donc une activité de rédaction en plus de son travail quotidien. "Je pense que c'est surtout très spécifique aux femmes noires. Je ne pense pas que les jobs de rêves existent vraiment", explique-t-elle, notant qu'elle a travaillé dans des publications qu'elle aimait, mais qu'elle avait le sentiment qu'elles n'étaient pas inclusives et ne lui permettaient pas de couvrir ce qu'elle voulait, en raison d'un public majoritairement blanc ou de salles de rédaction majoritairement blanches. Un job de rêve, dit-elle, lui permettrait non seulement d'être bien payée, mais aussi de faire partie d'une équipe diversifiée dans un environnement varié - ce qui est vraiment rare.
Publicité
Bien que son travail actuel soit complètement différent de ce qu'elle pensait faire, elle dit qu'une grande partie de son travail de rédaction et de reportage s'aligne sur son travail de diversité et d'inclusion. Elle pourrait se voir dans ce rôle à long terme, et sa société sait qu'elle est aussi rédactrice indépendante. "J'aime aussi la stabilité et le salaire, honnêtement", dit-elle à propos de son travail. "Je ne pense pas que j'obtiendrais un salaire à six chiffres dans une entreprise de médias à 25 ans. Donc, pour qu'ils me paient réellement pour le travail que j'avais aussi l'impression de faire dans chaque entreprise de médias où je travaillais - en quelque sorte sans rémunération. J'ai le sentiment, comme beaucoup d'employés noirs, que la diversité et l'inclusion finissent par vous retomber dessus, quel que soit votre rôle dans l'entreprise où vous travaillez. Et donc, au moins, je suis maintenant payée pour faire ce travail". Le marché du travail, ajoute Cech, n'est pas conçu pour nous aider à trouver un sens à notre vie. Il est conçu pour faire gagner de l'argent aux propriétaires des entreprises et des organisations pour lesquelles nous travaillons.
Pour Tiffany, une spécialiste du marketing de contenu et rédactrice dont les revenus annuels varient entre 50 000 et 70 000 dollars (41 721 et 58 409 euros), le travail qu'elle a fini par occuper était une question d'opportunité. Elle est allée dans une école d'une petite ville qui connaissait une grande pauvreté et un manque d'opportunités locales, et n'a pas pu terminer son diplôme en raison d'une dépression non diagnostiquée, d'anxiété et d'un TDAH de forme inattentive. Comme elle n'avait pas le droit de suivre des cours de conduite au lycée et qu'elle ne pouvait pas se payer l'essence, elle a dû trouver un emploi accessible à pied ou faire du télétravail. "J'avoue que le début de ma carrière a été très dur", explique Tiffany. "Je vivais avec 6 000 $ (5 006 €) par an sans aucune aide gouvernementale ni soins de santé". Aujourd'hui, elle considère que son travail et les compétences qu'il lui a permis d'acquérir sont plus un moyen d'atteindre un but qu'une passion. "Je souffre depuis dix ans d'un épuisement professionnel, car notre culture est tellement centrée sur le capitalisme qu'elle tourne entièrement autour du 'que faites-vous ?'" dit-elle, en faisant remarquer qu'elle se sent parfois coupable car elle sait que, pour certaines personnes, son travail est le job de rêve. Mais elle veut juste avoir assez d'argent pour vivre et faire les choses qu'elle veut vraiment faire. Sa passion est la protection des animaux, et elle utilise ses compétences en matière de rédaction et de marketing pour aider la communauté de protection des animaux.
Publicité
"J'ai ressenti toute ma vie, mais surtout dans ma jeune vingtaine, la pression de m'engager dans la carrière qui, apparemment, déciderait de ma valeur en tant qu'être humain", dit-elle. "Je ne rêve pas de productivité ni de travail. Je rêve de faire une différence là où je peux et de laisser le monde meilleur que celui dans lequel je l'ai trouvé". Même si elle lutte contre les maladies chroniques, explique-t-elle, elle est bien mieux lotie que lorsqu'elle était plus jeune. "Il a certainement fallu beaucoup de temps pour rejeter le sentiment que mon travail doit être la caractéristique la plus importante de ma personne, mais je me sens bien mieux ainsi".
Un emploi bien payé sans l'identification émotionnelle qui a longtemps été associée à un travail "significatif" semble presque tiré par les cheveux, car ce n'est pas seulement notre perception du travail qui doit changer. Tout travail significatif n'est pas forcément rémunéré, et certainement pas bien rémunéré, et tout ce dont une personne a plaisir à faire n'est pas une source nécessaire de travail et de revenu. "Une des choses qu'il me semble important de souligner ici est que si les gens trouvent l'idée de recherche de la passion dans leur travail si convaincante, c'est en partie parce qu'ils reconnaissent profondément que le travail, en particulier pour les cadres, prend beaucoup plus d'heures que 35 heures par semaine", explique le Dr Cech. "Et on attend d'eux qu'ils soient dévoués à leur travail. Et ils pensent que s'ils s'y livrent personnellement, cela sera beaucoup plus facile".
Aujourd'hui, alors que l'attrait - et même la possibilité - d'un job de rêve s'efface complètement, les travailleurs réévaluent et répondent à la demande croissante de leur temps et de leur énergie. Ils savent que la réponse aux problèmes professionnels n'est pas toujours aussi simple que de trouver un autre emploi ou de donner la priorité à l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ce qui oblige toujours les travailleurs à adapter leur vie et leurs attentes à leur travail. Les gens savent que ce n'est pas parce qu'ils ne s'épanouissent pas dans leur carrière qu'ils ont échoué - cela ne devrait pas toujours être une exigence professionnelle, de toute façon. Au lieu de cela, c'est le système qui les a laissés tomber ; un système qui aligne les revenus et les titres de postes sur l'ambition et la valeur, et qui fait peser sur les employés la charge de s'orienter dans le travail tout en leur rappelant joyeusement que la vie n'est pas que ça.
Il est important que la solution ne dépende pas de l'action individuelle en leur demandant de changer leurs priorités, explique Cech, mais plutôt de réfléchir collectivement à la question. Même les personnes qui aiment leur travail devraient réfléchir à la manière dont elles peuvent soutenir les autres travailleurs au sein de leurs propres organisations et par le biais de mouvements sociaux et de lois de soutien, dit Cech, afin que la charge de réparer la main-d'œuvre ne retombe pas uniquement sur celles et ceux qui sont déjà en difficulté. Mais il est également important de reconnaître que ce n'est pas grave de ne pas aimer du tout votre travail, et de le voir simplement de façon impartiale, et non pas comme un reflet de qui vous êtes au fond de vous. Comme le dit Demi : "Je n'ai même pas de job de rêve, car je ne rêve pas de travailler".

More from Work & Money