Demande en mariage : pourquoi si peu de femmes franchissent le pas

Photo par Megan Madden.
Ah, la saison des fiançailles. Vous savez cette période de l'année entre Noël et la Saint-Valentin où toutes les personnes que vous connaissez - votre meilleure amie à l'université, votre cousine, la fille de l'école que vous détestiez mais que, pour une raison ou une autre, vous suivez toujours sur les réseaux sociaux - se fiancent.
Bien évidemment, vos feeds Facebook et Instagram regorgent de photos et de vidéos d'un homme à genoux demandant la main de sa bien-aimée dans un parc enneigé (ou entourés de pétales de rose sur un toit ou sur un yacht dans la mer Égée). Et ça, pour toutes sortes de demandes, des plus extravagantes aux plus discrètes.
Publicité
Ce que vous ne verrez probablement pas, en revanche, c'est une femme sortant une bague et posant la question à son partenaire.
Les femmes millenials ont bouleversé de nombreuses normes culturelles : nous nous marions plus tard et nous avons des enfants plus tard (si nous en avons). Mais il est une tradition à laquelle nous ne semblons pas vouloir renoncer : celle de savoir qui doit poser la grande question lors de la demande en mariage.
Photo par Megan Madden.
Selon Ellen Lamont, professeure adjointe de sociologie à l'Appalachian State University, qui écrit un livre sur les normes et les relations entre les genres, les femmes ne sont pas vraiment enclines à renoncer à cette tradition.
"Dans d'autres domaines de la vie, nous sommes davantage incitées à changer", a déclaré Lamont dans une interview à Refinery29. "Par exemple, il y a des avantages économiques pour les femmes à avoir leur propre carrière. La plupart des femmes avec lesquelles j'ai discuté considèrent la tradition [de la demande en mariage par l'homme] comme une préférence insignifiante qui n'a pas d'incidence sur l'autonomie dont elles disposent dans d'autres domaines de la vie".

Les changements d'attitude ne changent pas la réalité

Le magazine Essence a récemment publié sur Twitter un article intitulé "3 ways to propose to your man this holiday season" (3 façons de demander votre homme en mariage pendant les fêtes de fin d'année) - et les réponses montrent exactement ce que beaucoup pensent de l'idée qu'une femme demande la main d'un homme.
Publicité
"Il n'y a qu'une seule façon de demander un homme en mariage : jamais", a répondu une femme de façon très directe.
Alors qu'une enquête menée par Glamour auprès de 500 hommes a révélé que 70 % d'entre eux seraient heureux si une femme les demandait en mariage, une étude sur les bijoux et les fiançailles réalisée en 2017 par The Knot montre que moins de 1 % (seulement 61 sur 12 657) des femmes mariées ont fait leur demande.
"Les règles en matière de séduction sont beaucoup plus souples de nos jours, mais nous constatons que la tradition perdure", a déclaré dans une interview à Refinery29 Stacey Tasman Stahl, fondatrice de HowTheyAsked, un site web consacré aux demandes en mariage.
Sur les 15 000 histoires de demande en mariage recensées sur le site, Stahl affirme qu'elle ne se souvient que de deux demandes faites par des femmes. Mais cela ne signifie pas que les femmes sont totalement exclues du processus.
En fait, une étude de HowTheyAsked de 2017 a révélé que 97 % des personnes interrogées ont discuté ou discuteront du mariage avant la demande effective.
"Oui, les hommes restent fidèles à la tradition de la demande en mariage à leur petite amie, mais aujourd'hui, les femmes participent beaucoup plus à la conversation", a déclaré Stahl.
Lamont a renforcé ce sentiment, déclarant à Refinery29 que les femmes auxquelles elle a parlé pour son étude étaient très impliquées "dans les coulisses" de la demande. "Elles ont été très actives dans le timing de la proposition, mais cela ne pouvait pas être rendu public", a-t-elle déclaré.
Publicité
Photo par Megan Madden.

Les propositions émanant des femmes sont souvent d'ordre pratique - et suscitent des critiques

Pour certaines jeunes femmes, demander leur conjoint en mariage n'était pas une façon de faire une entorse à la tradition, mais plutôt de faire ce qui était logique pour leur relation et leurs finances à ce moment-là.
Alyssa Donovan, aujourd'hui âgée de 27 ans, a demandé la main de son compagnon, après huit ans de relation, parce qu'elle allait avoir 26 ans et perdre l'assurance maladie de ses parents.
"Je pensais à la façon dont j'allais mettre un genou à terre, dire qu'il avait fait de moi une meilleure personne et comment nous avions grandi ensemble, puis la porte s'est ouverte. Il est entré avec notre colocataire de l'époque et donc je n'ai pas du tout suivi tout mon plan", a déclaré Donovan à Refinery29. Notre colocataire est allé dans sa chambre et je me suis approché de Jack et lui ai murmuré : "Je peux t'épouser pour ton assurance ?".
Donovan a d'abord pensé que son partenaire aurait l'impression qu'elle lui avait "volé sa place" parce qu'il avait envisagé de la demander en mariage, mais il était très enthousiaste. Leurs familles, en revanche, n'ont pas apprécié sa demande, car elle ne comportait pas de bague. "C'était idiot de laisser mes parents, et peut-être même les stigmates culturels, me faire douter que j'avais vraiment fait ma demande !", ajoute-t-elle.
Halie*, qui a récemment demandé la main de son fiancé, a raconté à Refinery29 que lorsqu'elle a dit à ses amies qu'elle envisageait de poser la question, "elles étaient légèrement horrifiées et m'ont demandé 'pourquoi tu fais ça ?', 'c'est trop bizarre'".
Publicité
"Après ça, j'ai fait très attention à ne pas en parler à qui que ce soit, même si j'ai demandé conseil à quelques personnes attentivement choisies juste avant de le faire. Je n'ai reçu aucune réponse négative de la part de mes amis hommes", a-t-elle déclaré.
Rachel Gersten a raconté à Refinery29 qu'elle a demandé la main de son désormais mari alors qu'ils se préparaient pour une soirée et qu'il était sous la douche. "Nous avons parlé de sa fille, et du rôle que nous envisagions que je joue dans sa vie, et globalement de ce que nous voulons faire, voir et être tout au long du reste de notre vie".
Selon Gersten, la désinvolture de leurs fiançailles a semblé être une sorte de déception pour certaines personnes. "Presque tout le monde a réagi avec une sorte de surprise (et peut-être de déception ?) qu'il n'y ait pas eu une meilleure histoire. Aujourd'hui encore, les gens ont l'air d'attendre ma demande en mariage de conte de fées et semblent toujours un peu tristes que je ne puisse pas leur offrir davantage", a-t-elle déclaré.

Les millennials ne sont peut-être pas aussi opposé·e·s aux traditions qu'on le pense

Bien que les millennials soient constamment accusé·e·s de mettre en faillite des industries entières, l'industrie du mariage ne semble pas être affectée.
Les frais de mariage n'ont jamais été aussi élevés et la bague de fiançailles coûte en moyenne 800 € en France.
Sans parler du commerce florissant des demandes en mariage planifiées, qui impliquent souvent qu'un homme dépense des centaines d'euros pour surprendre sa partenaire.
Publicité
Michele Velasquez, copropriétaire de The Heart Bandits, une société d'organisation d'événements basée à Los Angeles, explique que les gens aiment simplement la tradition de l'homme qui met un genou à terre.

Pinky promise ?? Photo by @anerisphotos

A post shared by TheKnotRings (@theknotrings) on

"En environ 3 000 demandes et huit ans que nous sommes en activité, nous avons eu deux femmes qui ont demandé un homme en mariage", a déclaré Velasquez à Refinery29. "Je crois que c'est juste une tradition dans notre culture que les deux genres acceptent et apprécient. Bien qu'il y ait certainement des exceptions à la règle, de nombreuses femmes aiment toujours être courtisées et finalement demandées en mariage".
Velasquez a déclaré que, d'après ses propres recherches, elle a constaté que de nombreux hommes se sentiraient "émasculés" si leur petite amie les demandait en mariage. "D'autres ont l'impression d'y être contraints - que leurs partenaires ne veulent pas attendre que les hommes soient prêts", a-t-elle ajouté.
Malheureusement, de nombreuses femmes ont également une opinion plutôt négative de la demande en mariage faite par les femmes. "Être choisie par quelqu'un de cette manière signifie que l'on est digne d'amour et représente un engagement à vie", écrit Lamont dans un article intitulé Negotiating Courtship. "Plutôt que de considérer la proposition initiée par la femme comme l'expression d'un désir légitime et d'un refus de passivité, de nombreuses femmes y voient une preuve embarrassante du manque d'amour de leur partenaire ou de leur propre désespoir".
Selon Velasquez, les réseaux sociaux contribuent également à la pérennité d'une demande traditionnelle.
"Les réseaux sociaux ont un impact majeur sur la façon dont les gens font leur demande. Il y a des années, si vous demandiez votre petite amie en mariage, vous le disiez à vos amis les plus proches. Aujourd'hui, les gens publient leurs demandes sur les réseaux sociaux pour que des millions de personnes les voient", a-t-elle déclaré à Refinery29.
Publicité
Pour Lamont, cette tradition n'est pas la "question la plus importante du monde", mais elle pense qu'elle joue un rôle dans la perpétuation de certains stéréotypes que nous avons sur le genre et les relations.
"Cela fait partie d'un système de pratiques qui renforcent un ensemble de croyances sur les différences entre les hommes et les femmes", dit-elle. "Et cela déteint sur d'autres aspects de la vie, comme la famille ou la carrière".
Mais pour beaucoup, il n'y a rien de mal à respecter la tradition et à profiter du moment présent. Et c'est ce dont il devrait s'agir en fin de compte : l'essentiel est que les deux parties se sentent à l'aise avec la demande en elle-même.

More from Work & Money