Couple & foi chrétienne : “j’ai fait une fixation sur le fait de trouver un mari”

Illustration par Nadia Akingbule
Depuis toute petite, aller à l'église est tout ce que j'ai connu. À certains moments de ma vie, j'allais à l'église jusqu'à trois fois par semaine. Ce n'était pas obligatoire ; j'aimais vraiment être à l'église et être en relation avec Dieu, deux choses qui sont toujours importantes pour moi en tant qu'adulte.
Bien que j'aie toujours eu une forte croyance en Dieu, j'ai pris l'habitude de m'interroger fréquemment sur ce que signifie ma foi pour moi. Il était (et il est toujours) crucial pour moi de savoir pourquoi je crois ce que je crois. En grandissant, j'ai continué à m'interroger sur le rôle que joue la foi dans ma vie. Maintenant que je suis dans la vingtaine, je pense davantage à mes relations amoureuses. Je n'ai pas encore eu de relation "officielle" et je pense que ma foi en est en partie la raison.
Publicité
Lorsqu'il s'agit de dating, la religion a toujours joué un rôle important. Chez moi - comme dans la plupart des foyers africains typiques - on ne parlait jamais de rencontres. Mon église abordait le sujet du sexe, mais pas celui des dates, ce qui signifie que je devais découvrir par moi-même à quoi ressemblait le monde du dating. Je savais que le sexe avant le mariage était un péché, mais les limites du monde du dating étaient un peu floues.
Quand j'étais adolescente, les sermons en ligne sont devenus incontournables. J'ai commencé à voir des églises utiliser les réseaux sociaux comme moyen de partager des messages sur Dieu. Beaucoup de ces vidéos étaient destinées aux jeunes et elles parlaient souvent du même sujet : les relations amoureuses. C'était parfait pour moi, car j'ai pu obtenir des réponses à toutes mes questions sur les relations. C'est par le biais d'un sermon en ligne que j'ai entendu pour la première fois l'expression "dating to marry" ou, autrement dit, rencontrer et fréquenter une personne dans l'intention de se marier. Au bon âge, avec le bon état d'esprit, faire des rencontres en vue de se marier n'est pas nécessairement une mauvaise idée, mais lorsque je l'ai entendue pour la première fois à 15 ans, j'ai fait une fixation sur le fait de trouver un mari.
Oriana Jemide, une artiste londonienne de 24 ans, partage mon expérience. Elle a entendu parler pour la première fois des rencontres en vue du mariage dans un sermon, à peu près au même âge que moi, et elle pense que les réseaux sociaux ont amplifié ce concept. Oriana explique : "Alors que ce concept était peut-être enseigné dans quelques cercles chrétiens ou entre chrétiens, les réseaux sociaux lui ont donné, comme, un mégaphone. C'était désormais devenu la norme en ce qui concerne les dates chrétiens".
Publicité
Après avoir regardé plusieurs de ces sermons, j'ai décidé que je ne voulais pas avoir de relations sérieuses avant de savoir que j'avais trouvé mon mari. Pour quelqu'un qui a un peu d'expérience et qui sait ce qu'il recherche, ce n'est pas une façon totalement terrible de voir les choses. Mais en tant qu'adolescente, cela a rendu les dates extrêmement compliqués. Bien que je me sois dit que je ne daterais personne "sérieusement", j'ai quand même essayé de faire des rencontres. L'idée que je devrais chercher un mari a ajouté une énorme pression, non seulement sur moi, mais aussi sur mes crushs d'ado. Se demander "Comment puis-je savoir si cette personne est la bonne ?" enlève le plaisir et la joie des dates en tant qu'adolescent·e·s et, en vieillissant, j'ai inconsciemment commencé à attirer des personnes avec lesquelles je savais que rien ne serait envisageable. Cela signifie que j'ai datais des gars qui n'étaient pas prêts pour une relation et qui m'ont souvent fait marcher. Je voulais m'engager dans quelque chose de sérieux, mais je ne voyais pas l'intérêt de le faire, alors je me contentais de vivre des situations. À l'époque, je pensais que l'impact mental de ces situations ne m'affectait pas, mais maintenant il est clair qu'elles me rendaient anxieuse lorsque je datais avec d'autres personnes. Avec le recul, j'étais divisée : je voulais dater occasionnellement, mais j'avais l'impression que c'était une perte de temps.
Oriana affirme que faire des rencontres en vue de se marier l'a rendue obsédée par le mariage et l'avenir. "Je me surprends encore à faire ce truc où, lorsque je rencontre quelqu'un pour la première fois, je me demande ce que ça ferait d'être mariée avec cette personne. Je passe en revue ma check-list mentale et je me demande si la personne est un bon parti pour le mariage". Lors d'un premier rendez-vous, dit-elle, "je m'imagine déjà essentiellement être mariée à cette personne".
Publicité
Mo Chunks, 25 ans et chargée de production digitale, a l'impression que l'idée de faire des rencontres en vue du mariage l'a poussée à trop réfléchir à tout ce qui concerne les relations et les dates. "Vous n'êtes pas détendue [lors de dates] parce que vous le voyez plus comme un mari que comme une personne", dit-elle. Cependant, comme moi, elle ne croit pas nécessairement que ce soit un mauvais concept. "Une fois que vous êtes plus détendue en tant que personne, c'est bien car cela vous aide à déchiffrer quel type de personne vous aimez et cela peut vous aider à écarter ce que vous n'aimez pas".
Le tournant décisif pour moi a été le moment où j'ai commencé à me demander pourquoi je me concentrais tant sur la recherche de la "bonne" personne. Le mariage est une chose que je désire, mais je ne veux pas me marier avant la fin de ma vingtaine ; par conséquent, j'ai passé des années à éviter de m'engager, car je ne voulais pas m'engager dans une relation qui ne mènerait pas au mariage. Je savais que ça me donnerait l'impression d'avoir échoué. Quand je regarde mes ami·e·s qui ont des dates pour le plaisir ou sans attente particulière, les rencontres semblent si faciles. Même lorsqu'une relation n'a pas fonctionné, elles·ils ont pu passer à autre chose et trouver d'autres partenaires qui leur correspondaient plus. Pendant ce temps, j'ai passé des années à faire des rencontres en vue du mariage alors que ce n'était même pas ce que je voulais faire. J'ai l'impression d'avoir perdu du temps et de l'énergie à essayer de transformer des candidats peu sérieux en potentiels mariés.
Publicité
Lorsque la dernière relation d'Oriana a pris fin, c'est exactement ce qu'elle a ressenti. "J'étais dans une relation sérieuse qui a duré environ trois ans. Je pensais que nous allions nous marier et lorsque ce ne fut pas le cas, je me souviens avoir eu l'impression d'avoir échoué". Oriana est restée dans cette relation plus longtemps qu'elle ne le pensait. "Je savais que la relation n'était pas idéale mais j'ai continué à essayer de faire en sorte que les choses fonctionnent parce que j'avais l'impression que c'était une question de vie ou de mort".
Pour ma part, j'essaie d'apprendre que c'est tout à fait normal de se concentrer sur le présent et de s'amuser. Je veux toujours trouver la bonne personne et me marier, mais chaque chose en son temps. J'apprends à relâcher la pression sur moi et sur les personnes que je fréquente. Je me sens beaucoup plus libre en sachant que je fais des rencontres pour apprendre à connaître quelqu'un - et moi-même - plutôt que d'essayer d'atteindre une destination finale. J'aurais aimé ressentir cela quand j'étais plus jeune. Si je pouvais parler à mon moi de 21 ans, je lui dirais de s'amuser et de ne pas prendre les hommes ou les dates trop au sérieux.
Oriana et Mo ont également changé leur façon d'aborder les dates. Oriana dit qu'elle n'est plus obsédée par l'idée qu'une relation "mène quelque part" et qu'elle se permet de nouer des liens avec quelqu'un dès les premiers instants. Elle ajoute : "J'ai commencé à voir [une relation] comme une amitié. Je la traite comme si je devenais amie avec quelqu'un".
Mo est maintenant en couple et dit que lorsqu'elle a rencontré son petit ami, elle était aussi plus concentrée sur le développement d'une amitié plutôt que sur le mariage. "Maintenant que je ne réfléchis plus autant et que je me suis plus détendue, je suis capable d'avoir de belles relations durables".  
Pour les jeunes femmes qui ont peut-être fait une fixation sur le mariage, le conseil de Mo est de se rappeler que la vie n'est pas si sérieuse et de se concentrer sur le plaisir. "Je leur dirai simplement : 'Soyez ouverte ! Ne réfléchissez pas trop, et ne soyez pas non plus fermée aux choses'. Je pense qu'une autre chose que beaucoup de femmes ne veulent pas entendre à l'église est que Dieu ne vous doit pas une relation amoureuse. Parfois, il ne s'agit pas de savoir si vous êtes bonne ou mauvaise, ça peut juste être le mauvais moment".

More from Relationships