Comment se limiter à un seul verre d’alcool ?

Vous avez donc réussi à arrêter de boire quelques jours ! Félicitations ! Faites péter le champagne !
Mais ensuite ? Quelle sera la prochaine étape de votre abstinence ?
Vous ne voulez peut-être pas être complètement abstinent·e, mais vous savez aussi que vous ne voulez pas non plus retomber directement dans vos vieilles habitudes. Car quel est l'intérêt de surmonter des jours de sobriété si l'on ne veut pas faire de changement à long terme ? D'autant plus que vous souhaitez certainement contrôler votre consommation d'alcool avant que ce ne soit les autres qui abandonnent et que vous soyez le ou la seul·e buveu·se·r de moins de 40 ans au bar.
D'un côté, la vie est courte. Mais de l'autre… eh bien, pareil. C'est une sacrée énigme.
La réponse ? Vous devez devenir un·e One-Drink Wonder (ODW), comme le disent si bien nos ami·es anglophones. Un·e quoi ? Une personne qui se limite à seul verre.
Sans vouloir donner l'impression que je recrute pour une secte, je suis une ODW depuis des années maintenant et je suis ici pour vous dire que c'est possible de sortir, même jusqu'à l'aube, de prendre un verre et de s'arrêter. C'est difficile, mais vous pouvez le faire. Il faut de la pratique, certes, mais tout comme le fait d'aimer la tequila.
"Si vous essayez de boire moins en général, les journées sans alcool sont en fait plus faciles que les journées où vous ne prenez qu'un ou deux verres - pour la simple raison que la maîtrise de soi et les capacités de décision disparaissent souvent après quelques verres", explique Rosamund Dean, auteure de Mindful Drinking : How Cutting Down Can Change Your Life. Elle a raison bien sûr ; une fois que vous êtes au bar ou en soirée, vous pouvez avoir l'impression que la lutte est inutile.
Si vous êtes du genre à rester chez vous pour éviter de boire car lorsque vous êtes face au bar vous donnez tout, trouvez le juste milieu. Un seul verre peut ne pas sembler excitant, mais il vous donne le choix entre "passer une super soirée" et "rester à la maison sur le canapé". Vous n'avez pas à sacrifier votre samedi matin au profit du vendredi soir. Vous pouvez vous joindre à la fête et vous en souvenir par la suite. Croyez-moi, je suis un poids plume.
Pour plus de transparence, je dois dire que je suis une "one-drink wonder" par accident, et non grâce à une volonté de fer. Je le suis devenue à l'âge de 22 ans, lorsque d'horribles gueules de bois ont commencé à étouffer massivement mon plaisir, et il a fallu attendre la trentaine pour que ma faible tolérance à l'alcool soit considérée comme une compétence particulière plutôt qu'une déficience lourde.
Mais aujourd'hui, enfin, les gens veulent connaître le secret. Et j'ai appris des choses au cours de toutes mes années de "Honnêtement, cette eau tiède ne me dérange pas" et de "Non, tu étais vraiment drôle hier soir, promis", que j'aimerais partager, avec les conseils avisés de certains experts.
Voici 10 étapes pour vous aider à devenir un·e "One-Drink Wonder". J'espère seulement que cela compensera en partie les tournées que je n'ai pas payées.
Ces conseils s'adressent aux personnes qui cherchent à réduire leur consommation d'alcool, et non à celles qui sont concernées par un grave problème d'alcool. Si votre consommation d'alcool vous inquiète, veuillez contacter Alcool Info Service au 0 980 980 930.

More from Mind