Le “cuir” de champignon : l’avenir de la mode durable ?

En octobre, le défilé printemps 2022 de Stella McCartney a débuté avec la voix du mycologue américain Paul Stamets. Ce n'est pas la première fois que la créatrice britannique fait référence aux champignons dans son travail. McCartney, connue pour être une pionnière du durable dans la mode et pour utiliser des matériaux cruelty-free dans son travail, a déjà dévoilé en mars une brassière et des leggings de sport fabriqués à partir de "cuir" à base de champignons. Mais, avec le lancement du tout premier sac de la marque fabriqué à partir de Mylo™, un matériau à base de mycélium créé par la société de biotechnologie Bolt Threads, le show semblait annoncer l'arrivée officielle de ce matériau dans l'univers de la mode de luxe.
Publicité
Le cuir de champignon est fabriqué à partir du mycélium, la partie végétative du champignon. Il est utilisé depuis la fin du XXe siècle par des artistes et des scientifiques, qui le cultivent à des fins créatives et médicinales. Si le cuir en PVC et en polyuréthane est largement utilisé comme alternative cruelty-free depuis une dizaine d'années, y compris dans la mode de luxe, ce matériau est rejeté par certains en raison de son impact sur l'environnement. La production de cuir synthétique libère des toxines nocives en raison de sa composante plastique, sa fabrication nécessite de grandes quantités d'eau, d'énergie et de produits chimiques, et il n'est pas biodégradable à la fin de son cycle de vie, ce qui signifie qu'il moisira dans les décharges longtemps après avoir été jeté. Depuis, des alternatives d'origine naturelle, notamment le cuir de champignon et de cactus, sont entrées dans la conversation. Outre Stella McCartney, des sociétés de biotechnologie telles que MycoWorks et Bolt Threads se sont associées à des marques comme Hermès, Lululemon et Adidas, ne serait-ce que l'année dernière, pour créer des collections de mycélium.
Photo : avec l'aimable autorisation de MycoWorks.
Un morceau de cuir de mycélium par MycoWorks.
"De nombreux efforts sont déployés pour utiliser la biologie afin de créer des produits totalement nouveaux ou de remplacer les anciens produits que nous avons peut-être fabriqués avec des plastiques et d'autres produits chimiques (par exemple, l'insuline ou l'éthanol)", explique Eben Bayer, cofondateur d'Ecovative, une société de biotechnologie basée à New York qui se consacre à la création d'alternatives durables à des matériaux tels que la mousse et le plastique.
Publicité
Le cuir de champignon est-il donc l'avenir de la mode durable ? La question est complexe. D'une part, chaque entreprise a sa propre formule de culture et de traitement du mycélium, qui peut inclure des produits chimiques altérant la composition organique du produit. Cela soulève des questions quant aux propriétés durables et non toxiques du cuir de champignon. Mais, comme le soutiennent des entreprises comme Bolt Threads, l'ajout de ces produits chimiques est nécessaire. Selon Jamie Bainbridge, vice-présidente du développement des produits chez Bolt Thread, le mycélium est suffisamment fin pour imiter le cuir véritable, mais il est difficile de garantir un produit durable qui puisse rivaliser avec les matériaux d'origine animale sans ajouter de matières synthétiques en utilisant la technologie disponible actuellement.
Photo : avec l'aimable autorisation de Bolt Threads.
Intérieur de l'installation de culture du mycélium de Bolt Thread.
Si Bainbridge a refusé de révéler quels matériaux synthétiques l'entreprise utilise dans sa production - "Si je partageais cela, ce serait un peu comme vous donner la recette" - elle souligne que les consommat·eur·rice·s ne veulent pas seulement un produit cruelty-free, mais un produit durable. "Lorsque vous construisez un sac à main de luxe et qu'il vous dure toute une vie, la biodégradabilité n'est pas votre préoccupation première". Elle précise néanmoins que l'entreprise s'efforce d'augmenter la quantité de matériaux organiques dans sa production au fil du temps. "Nous devons d'abord mettre sur le marché un matériau composé d'une bonne chimie et d'intrants biologiques", ajoute-t-elle. "Si nous faisons ces deux choses correctement et que nous fabriquons un matériau durable, alors la biodégradabilité suivra".
Photo : avec l'aimable autorisation de MycoWorks.
Un morceau de cuir de mycélium de MycoWorks.
Selon une déclaration de MycoWorks, l'entreprise "n'a pas besoin de matériaux synthétiques pour son processus". Au lieu de cela, elle utilise "du mycélium, des sous-produits de l'agriculture et des déchets de bois, et du coton". Matt Scullin, PDG de MycoWorks, explique que la "sauce secrète" de l'entreprise réside dans sa capacité à faire pousser des feuilles denses de mycélium qui sont ensuite transformées en son produit fini breveté appelé "Reishi Fine Mycelium". Une fois qu'il a atteint ce stade, le mycélium est envoyé aux partenaires tanneurs de l'entreprise, qui, selon Scullin, utilisent une "chimie sans chrome" pour traiter le cuir. Bayer pense que, lorsqu'il est conservé sous sa forme organique, le cuir de champignon a la capacité de représenter l'avenir de la mode durable. "Je pense que le Saint Graal dans cet espace sera la combinaison de la chimie biosourcée qui donne au consommateur un taux de durabilité raisonnable pour un sac à main ou un accessoire ou même des chaussures sans le pomper avec du plastique".
Publicité
Ensuite, il y a la question de l'accessibilité, car la plupart des produits en cuir de champignon dont on parle actuellement sont destinés au marché du luxe. Et s'il est presque certain que le phénomène se répercutera sur le marché s'il prend de l'ampleur chez des marques comme Stella McCartney et Hermès, il y a encore peu de cas où le matériau se fraye un chemin jusqu'aux marques de grande consommation. Les exceptions à cette règle sont les Stan Smiths d'Adidas fabriquées à partir de Mylo, les accessoires de yoga à base de champignons de Lululemon et la collection capsule à base de mycélium que vient d'annoncer Ganni, réalisée en collaboration avec Bolt Threads et dont la sortie est prévue en 2022. (Si aucun détail précis n'a encore été révélé, on peut supposer que les prix ne seront pas trop éloignés des offres habituelles des marques). "Si vous pouvez fournir un matériau qui peut être adopté par le luxe haut de gamme et le marché de masse, alors vous avez vraiment accompli quelque chose", déclare Bainbridge.
Bien que, selon Bayer, qui a lancé Ecovative en 2007, l'utilisation du cuir de champignon pourrait déboucher sur un avenir plus durable sur le plan environnemental, il souligne l'importance d'ouvrir les portes des alternatives en cuir naturel aux artisans du monde entier, qui ne sont peut-être pas en mesure de travailler main dans la main avec des entreprises comme MycoWorks ou Bolt Threads comme le font les grands détaillants et designers. Dans son scénario idéal, les entreprises de cuir de champignon créeraient suffisamment de matière pour pouvoir fournir aux artisans indépendants des textiles qui leur permettraient de s'affranchir du cuir animal tout en conservant leur savoir-faire et leur pratique.
Comme pour d'autres types d'innovations dans le domaine de la science des matériaux, tels que l'impression 3D, le tissage électromagnétique et les produits auto-adhésifs, il est encore trop tôt pour dire si le cuir de champignon atteindra le marché de la grande consommation.

More from Fashion