Le cuir et ses alternatives : faut-il choisir entre durable et éthique ?

La durabilité et la mode sont un couple réputé pour ne jamais s'entendre ; leurs objectifs et idéaux sont souvent aux antipodes. Cette impasse est on ne peut plus évidente lorsqu'il s'agit du cuir : un matériau ancestral et prisé qui connaît simultanément une ascension fulgurante sur la scène des tendances tout en suscitant une vive controverse environnementale. Dans un camp, on retrouve l'argument selon lequel le cuir est un matériau naturellement durable qui doit être consommé de manière consciente et transmis aux générations futures tout en mettant à profit un sous-produit de l'industrie de la viande. De l'autre côté, on trouve l'argument éthique contre la cruauté envers les animaux et la défense du cuir végétalien - qui, malgré sa composition non-organique, est souvent chargé de matières synthétiques très polluantes. Cela soulève la question suivante : si le cuir d'origine animale est durable, alors peut-il aussi être éthique ? Et si un amoureux du cuir veut adopter un mode de vie vegan, sa seule option est-elle un substitut du polyuréthane nuisible à l'environnement ? "On pourrait en débattre jusqu'à épuisement sans parvenir à une conclusion", indique Lyndsey Butler, fondatrice de la marque de maroquinerie Veda, basée à New York. Ainsi, avec l'aide d'experts de l'industrie, nous avons décidé de nous plonger un peu plus profondément dans ce paradoxe de la mode consciente. Et, spoiler alert : même si nous n'arrivons pas à une résolution définitive, nous pouvons fournir un contexte qui, espérons-le, aidera les consommateurs à prendre une décision plus réfléchie pour l'avenir.
Publicité

Nous faisons beaucoup d'efforts pour nous assurer que tout le cuir que nous utilisons est un sous-produit de l'industrie alimentaire, qui serait autrement gaspillé. Il finirait soit dans une décharge, soit brûlé

Ricky Lupp, chef de produit chez Nisolo
Lorsqu'on choisit d'acheter du cuir dans une optique de durabilité, il est essentiel de s'engager à acheter des pièces de la plus haute qualité ; cela garantira la durabilité, la longévité et la capacité du produit à être réparé (par opposition à être remplacé) au fil du temps. La fondatrice de Silver & Riley, Lola Banjo, explique que les acheteurs devraient opter pour un cuir pleine fleur pour un produit ayant un poids maximum. "Le cuir va s'améliorer avec le temps, parce que c'est la zone de la peau ayant la plus grosse densité de fibres", explique Lola Banjo. "Celui-ci devrait devenir plus résistant, et non le contraire". Le processus de finition, souvent hautement chimique, est également nocif pour l'environnement. Les acheteurs sont donc invités à "rechercher des produits à tannage végétal ou sans chrome", conseille Lyndsey Butler, de Veda. "Ce sont deux façons de savoir que le processus de tannage est un peu plus respectueux de l'environnement. Le Leather Working Group est une excellente ressource", ajoute-t-elle, "car il peut vous dire [quelles tanneries] respectent certaines normes". Le cuir est aussi inextricablement lié à l'industrie de la viande, et la plupart des produits utilisés pour fabriquer des vêtements sont des excédents de la production alimentaire industrielle. Les consommateurs ne devraient pas hésiter à s'assurer que le cuir qu'ils achètent fait partie de cette chaîne d'approvisionnement. "Nous faisons beaucoup d'efforts pour nous assurer que tout le cuir que nous utilisons est un sous-produit de cette industrie, qui serait autrement gaspillé. Il finirait soit dans une décharge, soit brûlé", insiste Ricky Lupp, chef de produit chez Artisan-goods imprint Nisolo.
Publicité

Avec tout ça, c'est toujours une question de moindre mal

Sydney Brown, créatrice de chaUssures et de sacs à main Vegan
Pour les acheteurs en quête d'alternatives "cruelty-free", il existe une multitude d'options sur le marché - mais, beaucoup contiennent du PVC ou du polyuréthane (composés plastiques composés de produits chimiques toxiques impérissables) et se dégradent rapidement. Avec ces alternatives, explique Anna Fahle Björcke, responsable de la communication de la marque de chaussures Vagabond, "vous devez faire face soit à la question de la durabilité, soit à des problèmes environnementaux alternatifs - en d'autres termes, des matériaux provenant de sources fossiles non renouvelables". Ces options constituant la majorité des alternatives au cuir, les acheteurs doivent creuser plus en profondeur pour trouver des substituts qui sont issus de matériaux naturels. La bonne nouvelle, c'est qu'ils existent. La créatrice de chaussures et de sacs à main vegan, Sydney Brown, explique que des matériaux naturels comme le liège, le fenouil, l'ananas, les champignons et même les algues peuvent être tissés pour prendre l'apparence du cuir et contiennent beaucoup moins de plastique que leurs équivalents synthétiques. (Bien que certaines de ces options ne soient pas entièrement exemptes de plastique, explique Sydney Brown, "c'est toujours une question de moindre mal avec tout ça"). Une fibre remarquable : le Piñatex (un cuir inventé par le Dr Carmen Hijosa, qui a passé sept ans et un doctorat du Royal College of Art à développer ce matériau) qui utilise les 40 000 tonnes de déchets de feuilles d'ananas générés chaque année et qui a été utilisé par des marques comme H&M et Hugo Boss. "C'est un processus qui demande une approche d'essai-erreur", explique Brown au sujet de l'innovation en matière de nouveaux matériaux. "La recherche et le développement représentent la plus grande partie de notre entreprise, et nous testons constamment de nouvelles solutions".
Publicité

Les consommateurs devraient remettre en question les marques dont ils sont ravis d'acheter les produits

RICKY LUPP, chef de produit chez NISOLO
Le plus important pour un acheteur est sans doute de se servir de son pouvoir d'achat pour responsabiliser les entreprises. "Les consommateurs devraient remettre en question les marques dont ils sont ravis d'acheter les produits", indique Lupp de Nisolo. "Ils devraient exiger des informations de ces marques, ainsi que de la transparence et de la clarté à ce sujet. Je pense qu'il est impossible pour le consommateur de faire ses achats consciemment sans marques qui créent des produits avec conscience".
Chez Refinery29, nous nous donnons pour mission de vous aider à mieux consommer. Toutes nos sélections sont réalisées de manière indépendante par notre équipe de rédaction. Il est possible que Refinery29 perçoive une commission si vous achetez un article que nous mettons en lien sur notre site