Beauté : tout ce qu’il faut savoir pour une exfoliation réussie

Photo de Erin Yamagata.
Si vous avez grandi dans les années 90 comme moi, quand vous pensez à un exfoliant, je parie que vous visualisez le gommage aux abricots de Saint-Ives. Ce tube orange emblématique avait une place de choix dans toutes nos salles de bains.
Même si vous vous étiez déjà aventuré dans le domaine des soins de la peau, c'est très probablement l'exfoliation qui a servi de tremplin à votre obsession pour une peau plus soyeuse et plus lisse. Et bien qu'aujourd'hui, les options soient beaucoup plus nombreuses, notre fixation sur les gommages n'a pas beaucoup bougé : sur le marché des soins de la peau, les ventes d'exfoliants viennent en deuxième position après les masques, et ils sont largement considérés comme la meilleure arme contre l'ennemi numéro un d'une peau éclatante : les cellules mortes.
Publicité
Mais voilà : les cellules mortes ne sont pas si mauvaises que ça, et il est possible de trop exfolier. Alors, quelle est la fréquence optimale d'exfoliation ? Quelle sont les différences entre les exfoliants chimiques et mécaniques ? Et que peut-on faire si on abuse un peu trop d'un nouveau gommage ? Poursuivez votre lecture pour découvrir notre petit guide de l'exfoliation.

C'est quoi l'exfoliation ?

"L'exfoliation est le processus d'élimination des cellules mortes présentes à la surface de la peau et qui sont déjà sur le point de se détacher, [grâce au] cycle normal et perpétuel des cellules de la peau", explique Monica Li, médecin, dermatologue et professeure à l'université de Colombie britannique. Votre peau s'exfolie naturellement toute seule, de sorte que les nouvelles cellules cutanées remontent jusqu'à la couche supérieure de l'épiderme (l'une des trois couches qui composent la peau) avant de se détacher toutes les quatre à six semaines environ. Mais parfois, la peau a besoin d'un petit coup de pouce pour faire peau neuve, que ce soit en raison du vieillissement (qui ralentit le renouvellement cellulaire), de changements environnementaux ou hormonaux, ou simplement d'une accumulation de produit. C'est là qu'interviennent les exfoliants.
Mais avant de vous lancer dans un régime d'exfoliation quotidien, n'oubliez pas que les cellules mortes de la peau peuvent être bénéfiques. Les recherches montrent que certaines de ces cellules mortes dont nous essayons de nous débarrasser sont celles-là mêmes qui retiennent l'eau et l'humidité, qu'elles proviennent de l'environnement ou des produits que vous appliquez. Si vous en éliminez trop, vous risquez d'affaiblir la couche supérieure de la peau.
Publicité
"Lorsqu'elle est pratiquée de manière trop agressive ou trop fréquente, l'exfoliation peut perturber l'équilibre de la flore normale [la collection de bactéries, de virus et de champignons sur notre peau], ce qui peut avoir un impact sur la force et l'intégrité de la fonction de barrière cutanée", explique le Dr Li. "La modération est un des principes clés de la vie, et cela vaut aussi pour l'exfoliation".

À quelle fréquence faut-il exfolier votre visage ?

"En général, les peaux sensibles peuvent être exfoliées une fois par semaine", suggère le Dr Li. Si votre peau est extrêmement grasse et n'est pas sensible, vous pouvez l'exfolier jusqu'à trois fois par semaine. Mais allez-y progressivement — vous pourriez être surpris·e de constater que cette étape n'est pas nécessaire à la fréquence que vous pensez. Si vous touchez votre peau et qu'elle vous semble bosselée ou rugueuse, vous pouvez recourir à un exfoliant. Sinon, ce n'est pas la peine, dit le Dr Li.
Et si vous savez que votre peau est naturellement sèche et/ou sensible (si elle est tendue ou si elle rougit et picote facilement, surtout lorsque vous introduisez un nouveau produit dans votre rituel beauté), son processus naturel d'exfoliation peut suffire.
Mais ce n'est pas seulement le type de peau qui doit être pris en compte avant de procéder à l'exfoliation : il faut aussi tenir compte de l'état de la peau. Si votre peau est "stressée, il est préférable de ne pas l'exfolier", explique Jessica Berto, esthéticienne.
Cela signifie que si vous avez une poussée d'eczéma ou de psoriasis, ou une poussée d'acné kystique, il faut éviter l'exfoliation. "La peau qui présente des signes d'infection active ou qui n'est pas saine, ce qui inclut les piqûres d'insectes ou les plaies ouvertes sur la peau, ne doit pas être exfoliée avant d'être cicatrisée", explique le Dr Li.
Publicité

Quels sont les différents types d'exfoliant ?

Vous pouvez choisir entre un exfoliant mécanique ou chimique. L'exfoliation mécanique implique soit un appareil (comme une brosse de nettoyage), soit des agents exfoliants, comme des petits grains de riz ou de la poudre de maïs, qui permettent de gommer la peau, en éliminant les cellules mortes en cours de route.
L'exfoliation chimique, quant à elle, repose sur des ingrédients tels que les acides alpha-hydroxy (comme l'acide glycolique) et les acides bêta-hydroxy (comme l'acide salicylique) pour décoller la "colle" qui maintient les cellules mortes en place. Cela leur permet de se déloger et de se détacher de la couche supérieure de votre peau. Ne vous laissez pas tromper par le terme "acide" : aucune brûlure de la peau n'est à craindre ici.

Quel est le meilleur choix : exfoliants chimiques ou physiques ?

Cela dépend de votre type de peau et de vos préoccupations - et aussi de ce que vous préférez. Les exfoliants physiques ont fait du chemin depuis l'époque des microbilles et des coquilles de noix qui peuvent provoquer de petites microdéchirures de la peau, et entraîner une irritation et une sensibilité. De nos jours, les exfoliants à base de sucre ou d'enzymes de fruits sont formulés avec des granulés suffisamment petits pour exfolier en douceur, sans endommager la barrière cutanée. 
Cela dit, si vous avez la peau sensible, vous serez peut-être plus à l'aise avec une forme plus douce d'exfoliant chimique, explique le Dr Li. "Le mouvement physique qui consiste à frotter la surface de la peau peut provoquer une irritation et une sensation d'inconfort", explique-t-elle. Elle recommande de rechercher des exfoliants comme l'acide lactique et l'acide polyhydroxy, qui présentent des structures moléculaires plus larges et ne peuvent donc pas pénétrer la peau aussi profondément, ce qui rend l'expérience plus douce.
Publicité
Les exfoliants chimiques et mécaniques ont tous deux des avantages, et la meilleure façon de choisir celui qui vous convient est simplement d'observer ce qui est le plus agréable pour votre peau, tant pendant l'utilisation que juste après (votre peau est-elle irritée ou plus douce au toucher ?). Mais, surtout, n'utilisez pas les deux en même temps.

Comment savoir si vous avez trop exfolié ?

Oh, vous le saurez. La rougeur, l'irritation, la brûlure ou la sensation de tiraillement lorsque vous appliquez vos produits habituels, ou la sécheresse et la desquamation, sont autant de signes que votre peau est en détresse. En effet, vous n'avez pas seulement éliminé les cellules mortes de la peau, mais aussi les cellules saines qui se trouvent en dessous, ce qui rend la peau plus sensible à, et bien, à tout.

Que faire si vous avez trop exfolié ?

D'abord, arrêtez de vous exfolier. Ensuite, le Dr Li recommande d'utiliser des nettoyants et des hydratants doux et non parfumés pour renforcer votre barrière cutanée fragilisée. Les marques préférées des dermatologues, comme CeraVe et La Roche-Posay, sont conçues pour les peaux sensibles (ou les peaux temporairement sensibilisées et/ou réactives) et peuvent aider à les renforcer.
Lorsque votre peau sera redevenue normale, ce qui peut prendre de quelques jours à quelques semaines selon le type de peau, vous pouvez commencer à réintroduire l'exfoliation - lentement, tout en vous excusant auprès de vos cellules mortes pour toutes les choses méchantes et injustes que vous avez dites à leur sujet au fil des ans.

More from Skin Care