“Dark Academia” : les bibliophiles imposent leur style sur TikTok

Lorsque le confinement a été annoncé en mars, les élèves ont dû quitter leurs salles de classe, sans trop savoir quand ils y retourneraient. Si beaucoup ont aujourd'hui repris le chemin de l'école, l'avenir de l'éducation formelle reste incertain. De cette incertitude, est née une nouvelle tendance sur Internet : Dark Academia. 
Né sur les réseaux sociaux, le mouvement Dark Academia voit ses adeptes poster des photos et des vidéos qui font de la passion pour l'art et la connaissance une discipline. Pensez montagnes de livres empilées ; campus d'universités prestigieuses ; velours côtelé, plaids et tweeds, incontournables de la mode universitaire automnale... Bien que les origines de Dark Academia restent floues, sa genèse semble être un mélange grisant de quelques œuvres culturelles clés. Le roman de Donna Tartt publié en 1992, Le Maître des illusions, est un des textes fondateurs de la tendance, mais des films comme Le cercle des poètes disparus (1989) et Kill Your Darlings (2013) sont également des influences clés. Comme les livres et les films qui l'ont inspirée, Dark Academia dépeint une version idéalisée de la vie sur le campus, généralement au sein d'une université historique et prestigieuse.
Publicité
Il est important de noter que le mouvement Dark Academia capture une forme de nostalgie pour une vie qui reste à vivre - le rêve d'être étudiant·e en histoire de l'art à Oxbridge ou d'étudier la littérature classique à Harvard. Comme beaucoup d'autres tendances esthétiques nées d'Internet, Dark Academia est ultra-scriptée. Comme #studygram et #studyblr, les hashtags populaires sur Instagram et Tumblr respectivement, qui esthétisent également les études, elle transforme une activité quotidienne comme lire un bon livre dans un fauteuil avec une tasse de thé en une véritable représentation pour un public en ligne, le tout agrémenté de musique au piano, de lunettes sans verres et de filtres aux tons sépia. Comme tous ceux qui ont mis les pieds à l'université en témoigneront, cette version cinématographique de l'expérience universitaire est plutôt loin de la réalité mais, en 2020, Dark Academia offre un substitut numérique onirique à tous les étudiants dont les projets d'études supérieures et de liberté ont été bousculés par la pandémie.  
Le hashtag Dark Academia compte 93,1 millions de vues TikTok et 200 000 publications sur Instagram et avec l'arrivée de l'automne, il ne cesse de gagner du terrain. Yazmin How, responsable du contenu chez TikTok UK, indique : "C'est toujours inspirant de voir notre communauté façonner et répondre à une nouvelle tendance comme #darkacademia et se l'approprier. C'est en été que nous avons vu cette tendance émerger pour la première fois et elle connaît maintenant une résurgence, inspirée par de nombreux sujets, de la mode automnale à l'éducation, en passant par les romans gothiques et Harry Potter". Mais Dark Academia, c'est surtout une question de style, avec de nombreuses vidéos et publications pour nous inspirer. Si vous faites vos premiers pas dans ce mouvement, visualisez Morrissey à l'époque des Smith et à Retour à Brideshead : blazers en tweed avec coudières, gilets en tricot, trenchs classiques, derbys et une pléthore de cardigans.
Publicité
De nombreux lycéen·nes viennent de vivre les vacances estivales les plus longues de leur vie. Dans ce contexte, Dark Academia se fait la représentation esthétique de leur désir de retrouver les bancs de la fac. Un rêve qui leur semble désormais hors de portée. Yukta, 16 ans, gère un compte Instagram sur lequel elle poste des looks de ce style. Elle explique comment elle a découvert Dark Academia l'année dernière et la façon dont la tendance correspond parfaitement à sa personnalité de bibliophile ; d'autres, cependant, sont beaucoup plus novices dans ce domaine. Lauren, qui crée des TikToks en explorant les intersections de la mode Dark Academia et des personnages de Harry Potter, raconte avoir été séduite par cette tendance au tout début du confinement, la trouvant réconfortante. "Cette esthétique est une façon de tirer le meilleur parti de la situation actuelle", confie Lauren. "Ce que j'adore, c'est son côté mystérieux et distant, même si ça manque de réalisme". En ces temps incertains, il est parfaitement compréhensible de vouloir se plonger dans un monde de rêveries et d'imagination.
Cottagecore est une autre tendance émergeante cette année et qui est ancrée dans la fantaisie et l'évasion. Cottagecore et Dark Academia ont en commun le rejet de notre réalité actuelle, la romantisation délibérée constituant une sorte de réponse contre-culturelle aux échecs politiques et à la tragédie d'une pandémie mondiale qui tend à s'éterniser. Alors que la tendance Cottagecore s'appuie sur le charme de la nature et sur des grands espaces luxuriants qui ne sont pas focément accessibles à tou·te·s, Dark Academia est célébré pour sa simplicité. Pour s'y mettre, il suffit d'enfiler un pull-over vintage tricoté main et de se munir de livres de Jane Austen dénichés chez un libraire d'occasion. Il n'est pas nécessaire de posséder une résidence secondaire ou d'avoir le temps de faire des escapades impromptues à la campagne, il suffit d'avoir un filtre photo d'inspiration analogue et un penchant pour la lecture dans sa chambre.
Publicité
Mais, tout comme Cottagecore, Dark Academia a été la cible de vives critiques pour son élitisme et son eurocentrisme, ce qui est assez prévisible quand une sous-culture se consacre à l'esthétique historiquement blanche du canon littéraire occidental. Mais, tout comme sa tendance cousine, elle est reprise par des personnes qui ont été rejetées par les institutions coloniales traditionnelles. En 2019, seulement 22 % des étudiants de premier cycle de l'université d'Oxford étaient d'origine noire, asiatique et minoritaire, mais dans le monde en ligne, les personnes de couleur revendiquent l'éthique et l'esthétique Academia. Sumaiyya, une femme voilée qui dirige un club de lecture consacré à l'histoire des immigrants et des musulmans, explique : "Il y a un potentiel pour les fans de Dark Academia comme moi d'intégrer nos propres contextes culturels. C'est ce qui rend cette sous-culture si géniale ; chacun peut y contribuer et y ajouter sa propre façon de voir les choses.
La tendance à la romantisation des problèmes de santé mentale est également poitée du doigt. Rachel, 23 ans, Instagrammeuse et TikTokeuse, qui se fait appeler @caffeaulait, explique l'effet à double tranchant de la nouvelle popularité de la Dark Academia. Avec le COVID-19, les étudiants aspirent à une "expérience universitaire" qui leur échappe en ce moment et vivent par procuration grâce à des mood-boards et des livres qui idéalisent la vie sur le campus.
Cependant, souligne-t-elle, cela s'accompagne aussi d'un élitisme intellectuel et de pressions pour se maintenir au niveau des normes de travail, qui, souvent, fragilisent le mental des étudiants. On oublie souvent que la littérature qui a inspiré cette esthétique - Le Maître des illusions, If We Were Villains de M.L. Rio et Une Vie comme les autres de Hanya Yanagihara - crée le stéréotype idéalisé mais exagéré d'étudiant·e·s très motivé·e·s qui sont au fond très malheureu·ses·x. Les recherches ont montré un déclin constant de la santé mentale des étudiants au cours des dix dernières années : un étudiant sur cinq déclare avoir un problème de santé mentale et un sur quatre dit éprouver de la solitude, selon une enquête menée en 2019 par l'Institut de politique de l'enseignement supérieur (HEPI). Sumaiyya convient que dans cette tendance, il y a une nette "romantisation de certaines habitudes toxiques, de corruption morale et même de problèmes de santé mentale". Si ces sujets ne doivent pas être stigmatisés, il ne faut pas non plus y aspirer au nom d'une esthétique. Après tout, peu de ces romans ont une fin heureuse. Tout cela souligne l'importance d'aborder la tendance Dark Academia avec précaution.
Publicité
Dark Academia reste toutefois une tendance libératrice pour ses adeptes de par l'espace de créativité qu'elle leur procure. Les créateurs de TikTok utilisent le hashtag pour partager du contenu autour de leur style, de leurs recommandations littéraires, brisant ainsi les stéréotypes conventionnels. Bien que l'esthétique rappelle largement le look masculin des années 30 et 40, rien dans le monde de Dark Academia ne revêt de symboles masculins ou féminins traditionnels ; la tendance met l'accent sur le démantèlement des stéréotypes de genre, en adoptant plutôt la fluidité du genre. De Une Vie comme les autres à Kill Your Darlings, les histoires des campus présentent souvent des thématiques queer explicites ou sous-jacentes, ce que les créateurs de TikTok ont pleinement adopté.
Pourtant, cette représentation n'est que de façade ; Rachel questionne la réputation de The Secret History, soulignant que cette œuvre est "dominée par les cultures européennes et les personnages blancs" et "présente énormément de racisme et d'homophobie (malgré le "queer-baiting")". De nombreux personnages de ces histoires subissent des destins tragiques, souvent en raison de leur sexualité, ce qui soulève des questions sur les types de représentation qui devraient être salués.
Quand la pandémie a privé les élèves de la possibilité de jouer les geeks, Dark Academia est venue combler ce vide. 
Aujourd'hui, il semble tout à fait naturel de vouloir laisser le monde extérieur derrière soi et de s'évader dans la fantaisie et la fiction, dans de grands bâtiments où la curiosité, l'amitié, la quête du savoir et la mode sont célébrés plus que toute chose.

More from Fashion