Curiosité morbide : d’où vient notre fascination pour le sinistre

J'ai récemment fait un test pour savoir à quel point je suis fascinée par le morbide et il se trouve que la réponse est : extrêmement. Je savais à quoi m'attendre avant même d'avoir reçu les résultats, mais le fait de voir ces chiffres glaçants et moralisateurs sur l'écran de mon téléphone m'a un peu gênée. Qu'est-ce qui ne va pas chez moi ?
Le test que j'ai passé - le Morbid Curiosity Calculator (Le calculateur de curiosité morbide) - est bien plus qu'un simple test de personnalité sur Internet (même si j'aime ces tests comme n'importe qui d'autre). Il a été développé par l'expert en horreur Coltan Scrivner et cosigné par l'Université de Chicago comme un outil avec une base scientifique pour découvrir et surveiller les faits sur les taux et les états de curiosité morbide dans le monde. Dans le test, une série d'affirmations principales sont posées, variant en intensité :
Publicité
Si je vivais dans la Rome antique, je serais intéressé à assister à un combat de gladiateurs. (J'ai cliqué sur "plutôt pas d'accord".)
Je serais intéressé(e) par le fait d'assister ou de regarder une vidéo d'un exorcisme. (Tout à fait d'accord.)
Les réponses sont saisies, calculées et les résultats sont examinés par rapport aux critères collectifs des participants. J'ai obtenu un score supérieur à la moyenne dans la plupart des catégories et particulièrement élevé dans celle relative à l'intérêt pour le "danger paranormal". Aïe.
Un rapide coup d'œil aux statistiques démographiques sur qui regarde quoi prouve que je ne suis pas la seule à être fascinée par les histoires sordides. (Lecteur : Je sais que vous avez envie de faire le test vous aussi, et si ce n'est pas le cas, foutez-vous de moi). Il est bien documenté, par exemple, que les jeunes femmes représentent 80 % des auditeurs de podcasts sur les vrais crimes, et que les moins de 25 ans constituent le plus grand public des films d'horreur. De plus, je ne connais personne qui passe à côté d'une vidéo de peur sur TikTok, même si on finit par se cacher dans la section des commentaires.
Notre soif de peur, notre intérêt pour la mort et notre penchant pour l'horreur ont-ils augmenté malgré, ou peut-être à cause, de la pandémie ? Et qu'est-ce que cela signifie pour notre santé mentale et la façon dont nous communiquons autour des sujets morbides ?
DashDividers_1_500x100
Sur Netflix, le miroir moderne de notre société, Contagion était présenté en première page comme une nouveauté au début de la pandémie, près de dix ans après sa sortie. J'ai cliqué dessus, comme tout le monde. C'était le deuxième film le plus populaire de Warner Bros au début de 2020, alors qu'il n'était qu'en 270e place en décembre 2019. À l'époque, le Dr Pamela Rutledge, psychologue, a déclaré à Insider qu'il était plus sain de regarder des récits fictifs de contagion virale que les informations réelles. Elle soulignait l'idée d'une "résolution" apaisante dans la lueur d'espoir de la conclusion de Contagion : une sorte de finalité du monde parallèle que nous attendions dans l'œil du cyclone de la vie réelle.
Publicité
Dix-huit mois plus tard, je sais que ce n'est pas pour cela que je l'ai regardé (deux fois). J'étais curieuse, à un point morbide, de voir ce qui allait se passer. Je me préparais au pire plutôt que d'espérer une fin de conte de fées. Je voulais voir ce qu'il adviendrait de mon corps si j'étais infectée par un virus, tout en recueillant d'éventuels conseils sur la manière de protéger mes parents, mes grands-parents. Je voulais savoir comment imiter Gwyneth Paltrow, la vedette de Contagion (à laquelle je pense régulièrement, dans d'autres contextes), et renforcer mon bunker souterrain interne en prévision de la suite des événements.
Selon Coltan Scrivner, le besoin de d'information est l'une des raisons principales qui nous poussent à rechercher la morbidité dans les médias que nous consommons. "Les jeunes adultes sont beaucoup plus susceptibles de faire preuve de curiosité morbide que les adultes plus âgés", dit-il à R29. "Si la curiosité morbide concerne la notion d'apprentissage, comme je le pense, alors cette disparité d'âge est tout à fait logique. Les personnes plus âgées ont eu plus de temps pour se familiariser avec les situations dangereuses et sont donc peut-être moins curieuses à leur sujet." Cela pourrait expliquer pourquoi la plupart des fans d'horreur ont moins de 25 ans. De même, les types de curiosité morbide qui peuvent vous intéresser sont divisés selon les lignes démographiques. "Les hommes ont tendance à être plus curieux de la violence et les femmes sont souvent plus curieuses de découvrir comment pensent les gens dangereux", explique Scrivner (allez comprendre). Cela explique pourquoi le true crime est un genre si populaire auprès des publics féminins : nous essayons de nous protéger.
Publicité
En plus d'apprendre des médias morbides (comment se protéger, comment se préparer), ils nous sont également utiles pour nous distraire des angoisses du monde réel. Lorsque c'est bien fait, l'horreur à l'écran nous choque par nature et a la capacité unique de nous tirer par le col de n'importe quel enfer potentiel et de nous plonger dans un enfer imaginaire bien plus efficacement que, par exemple, une simple sitcom. "Il est évident que certaines personnes trouvent relaxant de regarder des films d'horreur ou des séries policières", affirme Scrivner. "Je pense que ces programmes nous attirent davantage car ils déclenchent notre système de détection des menaces. Il se peut donc qu'ils contribuent à nous empêcher de ruminer ou de nous inquiéter d'autres choses dans notre vie, plus que d'autres émissions. Et lorsque le programme est terminé, l'anxiété disparaît souvent." Enfin, en quelque sorte. Si vous êtes comme moi, l'anxiété originelle et réelle dont vous cherchiez à vous soulager reviendra par vagues, mais cette fois-ci entremêlée de pensées de la petite fille fantôme que vous venez de regarder, qui est presque certainement cachée derrière le canapé. Mais au moins, elle est là, comme une sorte de douce, mais horrible distraction.
Si vous êtes dans cette situation, vous êtes probablement ce qu’on appelle un·e "Dark coper" - un nouveau terme que Scrivner et ses associés ont inventé la semaine dernière. Ce terme découle d'une étude récente (qui s'est déroulée dans une maison hantée, pas moins), selon laquelle les fans d'horreur peuvent être classé·es en trois groupes principaux. Tout d'abord, les accros à l'adrénaline, qui recherchent "des expériences nouvelles, complexes et intenses". Ils essaient de réguler leur niveau d'excitation pour en tirer le meilleur parti, en regardant un film d'horreur ou en se rendant dans une maison hantée simplement pour le frisson, de la même manière que quelqu'un pourrait vouloir faire du parachutisme. Les "White knucklers" sont des personnes qui n'aiment pas avoir peur, qui essaient de réguler leur excitation mais qui participent quand même, pour une raison ou une autre. Enfin, les "dark copers" constituent une catégorie nouvellement identifiée, composée de personnes à la curiosité morbide qui ont recours à l'horreur pour surmonter leur anxiété. "Nous avons constaté que les personnes qui obtiennent un score élevé dans la catégorie des "dark copers" ont recours à un ensemble de stratégies : certaines baissent leur niveau d'excitation, d'autres l'augmentent. Ce qui distingue ce groupe, c'est qu'il a tendance à utiliser l'horreur comme moyen de faire face à divers aspects de sa vie." Il conclut : "Si nous y réfléchissons, nous pouvons utiliser des expériences fictives effrayantes pour nous apprendre des choses sur nous-mêmes et peut-être même améliorer notre façon de gérer les expériences anxiogènes."
Publicité
La mesure dans laquelle le "dark coping" peut réellement être bénéfique pour la santé mentale de ceux qui y ont recours instinctivement est moins bien comprise et plus obscure. Selon Scrivner, il est nécessaire d'approfondir les recherches sur l'effet de la curiosité morbide sur notre santé mentale en général (et il y travaille dans le cadre de ses prochaines recherches). Mais dans une étude de 2020, il a découvert une piste révélatrice, en constatant que "les fans d'horreur et les personnes à la curiosité morbide étaient plus résilientes psychologiquement pendant la pandémie de COVID-19", bien que des travaux supplémentaires soient nécessaires pour comprendre pourquoi. Ces premières conclusions pourraient-elles commencer à dépeindre la curiosité morbide comme quelque chose qui n'est pas intrinsèquement mauvais ou honteux avec des connotations malsaines, mais au contraire potentiellement utile sur le plan psychologique ?
Quoi qu'il en soit, ce n'est pas une coïncidence, affirme-t-il, que la curiosité morbide augmente lorsqu'on est confronté à un événement comme la pandémie, qui a rendu la mort plus présente dans la vie de beaucoup d'entre nous - en particulier les jeunes, dont beaucoup, comme moi, ont été confrontés à la perte d'un proche pour la première fois au moment de la pandémie. Plus généralement, la façon dont nous percevons la mort évolue pour le mieux. Un rapport récent de l'entreprise funéraire britannique Farewill a étudié l'évolution des attitudes à l'égard de la mort au cours des deux dernières années. Sur les 2 000 personnes interrogées, la génération Z est désormais la plus susceptible d'avoir discuté de ses souhaits de fin de vie avec ses proches (63 %). Quarante-sept pour cent des personnes interrogées ont déclaré que le COVID-19 les a fait réfléchir davantage à leur propre mortalité, et plus d'un tiers (34 %) parlent désormais plus ouvertement de la mort avec leurs amis et leur famille.
Peut-être que si nous rebaptisons la curiosité morbide en "ouverture pour le morbide", les choses pourraient commencer à se présenter sous un jour un peu plus favorable. Parler ouvertement de la mort sans jugement est une thérapie essentielle dans la théorie contemporaine du deuil. Réduire toute honte perçue autour de la curiosité morbide et la promouvoir comme un outil utile pour ceux qui en font naturellement usage en abondance pourrait avoir le même effet.

More from Living