Que penser du microdosage de champignons magiques contre l’anxiété ?

Photographed by Rachel Cabitt.

À une époque où de nombreuses personnes prennent régulièrement du CBD, un composé non psychoactif présent dans le cannabis, pour gérer leur anxiété, il n'est pas surprenant de trouver d'autres usages thérapeutiques pour des drogues autrefois taboues. Entrez dans la psilocybine ou « champignons magiques », qui, selon certaines personnes, permettrait de traiter leur problèmes d'anxiété chronique, de dépression et même de trouble hyperactif avec déficit d'attention, lorsqu'ils sont pris en « microdoses ». Selon ces personnes,  ces champignons amélioreraient la créativité et la cognition. Et, oui, on parle bien de champignons hallucinogènes.

Sur les tableaux Reddit, certains utilisateurs ont partagé leurs méthodes de microdosage, en fournissant des informations sur la posologie qu'ils préfèrent et les effets remarqués. Mais malgré l'étendue de la pratique, la science et le système juridique n'ont pas rattrapé le retard pris par la microdose de LRI. Alors, le microdosage est-il vraiment efficace ? Pas si facile à dire.

Publicité

Nous savons depuis longtemps que la prise de drogues psychédéliques aurait un effet thérapeutique profond sur la santé mentale et la créativité, mais de nouvelles recherches indiquent ce qui se passe réellement dans le cerveau. Les médicaments psychédéliques, comme le LSD et la psilocybine, « modifient profondément le fonctionnement du cerveau », explique Albert Garcia-Romeu, membre du corps professoral de la Johns Hopkins University School of Medicine, où il étudie les effets des psychédéliques chez les humains, avec un accent sur la psilocybine comme aide dans le traitement des toxicomanies. Lorsqu'ils sont pris à fortes doses, les médicaments aident à réinitialiser ou à redémarrer métaphoriquement le cerveau, explique-t-il. « Si [une personne] souffre d'une dépression ou d'une dépendance extrême, cela peut aider à modifier la façon dont le cerveau traite l'information et ainsi entraîner des changements à long terme qui peuvent avoir des bienfaits thérapeutiques », ajoute-t-il.

Le microdosage, ou la prise de quantités infime de drogues par jour, ne se limite pas à un usage récréatif. Plus précisément, les psychédéliques comme le LSD (qui est très similaire à la psilocybine, sur le plan pharmacologique) agissent sur le système de neurotransmetteurs, la sérotonine, qu’on retrouve largement dans les antidépresseurs traditionnels, explique Harriet De Wit, fondatrice et chercheuse principale au Human Behavioral Pharmacology Laboratory de l'University of Chicago. « Il y a donc une certaine justification neurochimique à la possibilité que cela améliore l'humeur », dit-elle. Comparativement aux antidépresseurs traditionnels, dont l'effet peut prendre des semaines, il a été démontré que les microdoses de LSD ont un effet mineur dès la première administration, ajoute-t-elle.

Publicité

Le problème, c'est qu'il y a très peu de recherche sur le microdosage, même si le sujet a vraiment gagné en popularité auprès des usagers, explique David Nichols, cofondateur et président du conseil d'administration du Heffter Research Institute, une organisation qui encourage la recherche sur les hallucinogènes. Il n'existe pas encore d'étude randomisée en double aveugle contre placebo, qui constitue la norme d'excellence pour évaluer les effets d'un médicament sur les effets du microdosage de psilocybine. Mon opinion est que pour de nombreuses personnes qui prétendent ressentir les effets d’un microdosage ressentent l'effet placebo ; ils croient en l’efficacité du traitement alors ça fonctionne », ajoute-t-il. Le Dr De Wit ajoute que les effets bénéfiques allégués de la microdose sont « faussés par l’attente à ce que cela ait , et qu'il est nécessaire de mener des études contrôlées à double insu ». Compte tenu de la quantité contenue  d'une microdose, les effets pourraient être un placebo, convient le Dr Garcia-Romeu.

Cela ne veut pas dire qu'il n'existe pas certains risques associés au microdosage. Techniquement, la psilocybine et le LSD sont classés comme des drogues de l'annexe I, ce qui signifie qu'il est illégal de cultiver ou de posséder des champignons producteurs de psilocybine pour consommation personnelle ou pour distribution, selon la Drug Policy Alliance. Bien que le LSD et la psilocybine soient relativement sûrs, il est très risqué d'acheter des substances d'une source illégale, car il est impossible de confirmer la pureté et la concentration de la substance, dit le Dr De Wit. « La quantité de médicament actif peut varier considérablement, d'autres médicaments actifs peuvent être ajoutés et il peut y avoir d'autres substances toxiques ou impures dans toute préparation », ajoute-t-elle.

Tout cela fait ressortir le besoin accru de recherche sur des médicaments prometteurs comme la psilocybine. La plupart des experts s'accordent à dire que les drogues psychédéliques ont beaucoup de potentiel - soit en microdoses, soit en combinaison avec une psychothérapie et un accompagnement psychologique. « Il s'agit d'un nouveau chapitre passionnant de la recherche psychiatrique », dit le Dr De Wit.

Publicité