Ma copine a voulu tester le sexe anal et j’ai paniqué. Que faire ?

Bienvenue à Can We Talk, une chronique consacrée au sexe et aux relations amoureuses qui vise à répondre aux questions brûlantes que vous avez trop peur de poser à votre partenaire - ou peut-être même à vos ami·es. La thérapeute de couple Moraya Seeger DeGeare vous aidera à analyser les questions les plus déchirantes, compliquées, moralement ambiguës ou tout simplement déroutantes liées au sexe, aux rencontres, au couple, aux ruptures et à tout ce qui se trouve entre les deux. 
Aujourd'hui, Moraya aide une lectrice à démêler des émotions complexes nées d'un malentendu au lit entre elle et sa nouvelle partenaire, juste avant son départ à l'étranger.
Publicité
DashDividers_1_500x100
Chère Moraya, 
Je suis dans une relation assez récente, mais sérieuse, avec une femme drôle et charmante. Nous sommes dans une relation monogame depuis trois mois, et il n'a pas fallu longtemps après notre rencontre pour que je me sente à l'aise et en confiance avec elle. Nous nous voyons environ quatre fois par semaine. Une fois, nous avons passé un week-end entier au lit, à regarder des films et à nous embrasser passionnément.
Le problème, c'est on va bientôt passer longue distance et que nous avons quelques problèmes au niveau du sexe et de l'intimité. Au début, il y avait beaucoup de malentendus - nous avons dû faire une pause au milieu de notre relation parce que quelque chose de déplacé avait été dit. J'ai aussi été victime d'un traumatisme sexuel. Un autre facteur : je n'ai fait mon coming-out que depuis quelques années et je ne suis sortie qu'avec quelques femmes, alors que pour elle, c'était il y a près de dix ans et elle a eu des relations sérieuses avec des femmes. 
Un jour, ma partenaire m'a annoncé qu'elle voulait essayer le sexe anal. Sur le moment, j'étais assez réticente, car c'est une position très vulnérable et notre relation était encore récente. Après avoir réfléchi, j'ai décidé que j'étais prête à essayer et je le lui ai dit. Mais les quelques fois où j'ai tenté le coup, elle s'est arrêtée et a dit qu'elle avait l'impression que je n'étais pas vraiment intéressée. 
Maintenant, j'ai peur de ne pas avoir la chance d'essayer avant de la retrouver après le déménagement, ce qui ne sera pas avant des mois. Et plus généralement, je ne sais pas comment lui montrer que je suis ouverte à la nouveauté. Je ne comprends pas pourquoi elle m'en parle pour ensuite ne pas nous laisser essayer avec moi alors que c'est clairement quelque chose qu'elle aime. Je me sens en confiance dans notre relation, mais je me sens très immature sexuellement par rapport à elle et j'ai l'impression que cela crée un blocage entre nous. Mais comment puis-je expérimenter quelque chose de nouveau et gagner en expérience sans ma partenaire ? Je suis aussi terriblement triste de la voir partir et ça me fait beaucoup réfléchir. Que dois-je faire ? 
Publicité
Bien à vous, 
Bouleversée et anxieuse
DashDividers_1_500x100
Chère B&A,
Je sens mon écran bourdonner d'anxiété en lisant votre question, et je vous comprends : un instant, vous vous amusez avec votre nouvelle copine, et bam - un blocage, et cette perturbation est un choc pour tout le système. 
Il y a plusieurs choses en jeu ici : des inquiétudes concernant votre vie sexuelle, des inquiétudes concernant la nouvelle distance et des inquiétudes concernant votre propre expérience.
Permettez-moi d'abord de valider cette envie irrésistible de régler tous les aspects de l'intimité et du sexe avant que vous et votre partenaire ne vous voyiez plus en personne pendant une longue période. La bonne nouvelle, c'est que notre esprit est un organe sexuel très fort. Ça signifie que bon nombre des outils que vous utiliserez pour avoir une vie sexuelle passionnée vous aideront à gérer une relation à distance. Dans les deux cas, il suffit d'une communication claire, d'un peu de fantaisie et de la volonté de se montrer vulnérable. Toutes les relations se heurtent à des problèmes de connexion. C'est la façon dont on se reconnecte et dont on répare la déconnexion qui permet de consolider la relation. 
Le sexe, en particulier, est l'un de ces sujets qui tendent à faire ressortir les sentiments de honte, qui se développent dans les recoins secrets et cachés de notre esprit. Plus vous réussissez à vous en libérer, plus cette honte va s'estomper. Mais n'oubliez pas que pour surmonter la honte autour du sexe, il ne suffit pas de dire "oui" à toutes les occasions d'acquérir plus d'expérience. Il s'agit d'exprimer ses craintes, de se sentir entendu·e et d'être accepté·e par une personne de confiance. 
Publicité
Parlons maintenant de ce que je soupçonne être le véritable problème : la honte que vous ressentez du fait que vous avez moins d’expérience sexuelle que votre partenaire est peut-être le véritable obstacle que vous vous efforcez de surmonter ici. Dans votre question, vous mentionnez que vous vous êtes sentie un peu nerveuse lorsque votre partenaire vous a proposé d’essayer le sexe anal pour la première fois, et je me demande si cette peur ne vient pas en partie de la proposition, plutôt que de votre perception de cet acte sexuel en particulier. Il semble que la première fois que votre partenaire a pratiqué le sexe anal, c'était avec quelqu'un d'autre. Il se peut que cela ait mis en évidence les différences dans vos expériences sexuelles jusqu'à présent, et les émotions complexes que vous éprouvez sur la question.
Est-il agréable de se sentir sur un pied d'égalité avec sa ou son partenaire sur le plan sexuel ? Bien sûr. Mais, B&A, avoir des expériences même radicalement différentes n'est pas une fatalité. Tout dépend de la façon dont vous gérez ces différences. Il peut être judicieux de parler de ce fossé, surtout s'il est lié à l'âge ou si vous venez de milieux culturels différents. Il se peut que l'une de vous ait grandi dans un environnement plus ouvert aux questions LGBTQIA et à la sexualité, par exemple. Vous avez probablement partagé vos histoires de coming-out au début de votre relation, ce qui signifie que vous avez probablement déjà eu de petits aperçus de l'histoire familiale de l'autre. Si vous vous sentez à l'aise pour aller plus loin, posez-vous des questions telles que : "Est-ce que tu as grandi avec des membres de ta famille et des ami·es gays autour de toi ? " Est-ce qu'on parle ouvertement de sexe dans ta famille, et comment ça s’est passé ? ". "Où as-tu appris à parler de sexe ?" Parler de ces questions peut aider à mettre en lumière toute honte que l'une ou l'autre d'entre vous pourrait nourrir, et vous pouvez y travailler ensemble - tout en étant sensibles aux réalités de l'autre.
Publicité
Mais, bien sûr, certaines de vos inquiétudes sont peut-être liées à l'idée d'essayer quelque chose de nouveau pour la première fois. Même si vous avez finalement décidé d'essayer le sexe anal avec votre partenaire, il est possible que sa réticence à aller de l'avant indique qu'elle a perçu une certaine anxiété chez vous, chère B&A. J'insiste un peu parce que ça arrive : nos partenaires font quelque chose de sain, mais le résultat n'est pas celui auquel nous nous attendions.
En gardant ça à l'esprit, je vous invite à réfléchir un peu plus aux raisons pour lesquelles vous vous êtes dit ouverte à cette nouvelle expérience sexuelle. Était-ce parce que vous étiez sincèrement enthousiaste ou parce que le fait de dire "oui" vous donnait le sentiment d'être désirée ? Avez-vous tendance à vouloir faire plaisir aux autres ou à être perfectionniste ? Il n'y a rien de mal à vouloir se rassurer après une relation intime. Nous sommes nombreu·se·x à le faire. Mais vous devez être honnête sur vos motivations lorsque vous consentez à quelque chose de nouveau. 
Ceci dit, il n'est pas toujours facile de savoir si on a envie d'essayer quelque chose pour soi ou si on le fait uniquement pour faire plaisir à sa ou son partenaire, ce qui peut finalement nuire à une relation. La société patriarcale dans laquelle nous vivons relègue le plaisir féminin au second plan, au point que nous nous sentons souvent coupables rien qu’à l’idée. Même dans les relations entre personnes du même sexe (lorsque le male gaze est absent), les rôles de genre, l'expression du genre et le message selon lequel les femmes n'ont pas le droit d'essayer des choses simplement pour leur propre plaisir restent très présents. Si vous avez été socialisée en tant que femme, vous vous surprendrez peut-être à donner la priorité au bien-être des autres. Si vous êtes conditionnée à toujours vous préoccuper des autres avant de répondre à vos propres besoins lorsque vous faites l'amour, vous pouvez très facilement manquer des moments subtils de plaisir ou passer à côté de la douleur émotionnelle ou physique. Souvent, nous ne savons pas comment identifier ce que notre corps ressent parce que nous ne sommes pas pleinement présent·es. Cela demande de la pratique.
Publicité
Pour faire le point, que ce soit dans ce cas précis ou pour de futures expériences sexuelles, je commencerais par me poser les questions suivantes : "Cet acte m'excite-t-il vraiment ?" " Ai-je envie de savoir ce que ça va me faire ? ". 
Si votre réflexion intérieure confirme que vous êtes intéressée par le sexe anal, je vous recommande de commencer par un jeu en solo. Explorer son corps seul au début peut être tendre et enrichissant, et c'est particulièrement important si vous avez un passé marqué par le traumatisme. Ne cherchez plus à atteindre l'orgasme, mais concentrez-vous sur ce que vous ressentez. Commencez doucement, respirez, prenez votre temps et n'oubliez pas : le lubrifiant est votre ami. Le tissu à l'intérieur et autour de l'anus est sensible, alors faites preuve de douceur.
Après avoir tâté le terrain en solo et découvert ce que vous aimez et n'aimez pas, vous déciderez si c'est quelque chose de plaisant que vous souhaitez partager avec votre copine, la prochaine fois que vous la verrez en personne ou au téléphone.
Il y a autre chose dont vous devriez parler avec votre partenaire pour revenir sur la même longueur d'onde concernant ce qui s'est passé et la façon dont vous allez gérer des situations de ce genre à l'avenir. Pensez à en discuter avec elle : sait-elle que si vous ne voulez pas faire quelque chose, vous vous sentirez en confiance pour dire clairement non ? Est-ce que quelque chose de "mal" se produirait - y compris un sentiment de déconnexion ou de rejet - si vous disiez non ? Il se peut que votre partenaire manque de confiance au sujet de ses désirs sexuels et qu'après avoir proposé quelque chose de nouveau, elle se défile par crainte de se sentir elle-même rejetée, surtout si elle interprète votre hésitation initiale comme une forme de jugement. Même si vous décidez finalement que le sexe anal n'est pas une chose que vous avez envie d'essayer, ces conversations peuvent vous aider à l'avenir, lorsque vous discuterez d'autres nouvelles expériences. Une relation sexuelle saine consiste à se sentir en confiance avec son ou ses partenaires pour pouvoir être curieuse·x et vous amuser ensemble.
Publicité
Dans une relation à distance, ce qui rapproche les gens, c'est la création d'une petite bulle de vulnérabilité et d'intimité. Vous n'avez pas besoin d'être dans la même ville pour le faire. Avoir ces discussions à cœur ouvert et partager de nouveaux fantasmes avec votre partenaire est un bon moyen de se rapprocher, malgré la distance physique.
Au fur et à mesure que vous avancez dans votre relation de couple et que vous réparez ce blocage sexuel avec votre partenaire, revenez toujours aux trois C : communication, connexion et curiosité. Ces éléments sont essentiels pour continuer à construire une relation saine, dans laquelle vous vous sentez tous deux en confiance et pouvez vous montrer vulnérables et avez confiance dans le fait que l'autre personne vous écoute. Si vous avez cela, vous avez beaucoup de choses. C'est quelque chose dont nous avons tou·tes besoin : être entendue et comprise. 
Sincèrement,
Moraya
DashDividers_1_500x100

Moraya DeGeare est une thérapeute conjugale et familiale agréée, spécialisée dans l'intimité, les relations LGBTQIA+, les couples de cultures différentes et le développement de l'identité ethnique. Les conseils donnés dans cette rubrique ont pour but de vous orienter dans une direction qui favorise la guérison et la sécurité dans ce monde. Il ne s'agit pas de remplacer la relation avec un professionnel de la santé mentale agréé qui connaît votre histoire personnelle.

More from Wellness