La pilule contraceptive & ses effets sur la santé mentale

Photo par Kristine Romano.
Avertissement : cet article contient des descriptions de pensées suicidaires.
J'étais assise immobile sur le canapé, mais tout ce qui m'entourait bougeait. Je n'arrivais pas à l'arrêter. C'était comme être coincée dans un ascenseur qui plongeait en chute libre, en boucle. Sauf que l'ascenseur était mon cerveau. J'étais coincée sur des montagnes russes mentales dont je n'arrivais pas à sortir depuis des semaines. Et, n'ayant jamais eu de crise de panique auparavant, j'ai d'abord cru à un AVC et j'ai été emmenée aux urgences par une amie qui a eu du mal à dissimuler son inquiétude lorsque j'ai demandé pourquoi je ne sentais plus mes pieds et que j'étais convaincue que j'allais mourir.
Publicité
C'était durant l'automne 2011. Pour comprendre comment j'en suis arrivée là, paralysée par la peur sur le canapé de mon appartement, il faut remonter quatre semaines avant le début de ces crises de panique, dans une clinique de santé sexuelle très fréquentée de l'est de Londres. J'y suis allée parce qu'après des années d'essais et d'erreurs de ce que j'aime appeler "la roulette de la pilule contraceptive", je commençais une nouvelle relation et j'ai réalisé qu'à 23 ans, la perspective d'une grossesse non désirée et prématurée était pire que le risque de se sentir un peu "mal, triste et folle" sous pilule.
J'ai des antécédents de migraine avec aura, ce qui, comme me l'a dit l'infirmière ce jour-là, signifie qu'il est déconseillé pour moi de prendre la pilule combinée. J'ai également souffert de règles incroyablement abondantes (également connues sous le nom de ménorragie, pour lesquelles on me prescrit de l'acide méfénamique), de sorte qu'un stérilet sans hormones n'a jamais été une option en raison de son potentiel à rendre les saignements mensuels plus abondants. Alors voilà. Mes options étant réduites, il ne me restait plus que la pilule progestative. Comme je l'ai découvert plus tard, c'est probablement ce qui a entraîné ma santé mentale dans une spirale si grave que, confuse et incapable de faire face, j'ai commencé à avoir des pensées suicidaires.
Les crises de panique débilitantes, la dépression et les pensées suicidaires qui ont tout fait basculer ont duré entre six et huit mois. Je ne peux pas en être sûre parce que mon cerveau n'a enregistré que partiellement cette année-là de ma vie. Il me manque d'énormes parties de ma mémoire, perdues dans un tourbillon sans fin d'inquiétude et de panique.
Publicité

C'était comme être coincée dans un ascenseur qui plongeait en chute libre, en boucle. Sauf que l'ascenseur était mon cerveau. J'étais coincée sur des montagnes russes mentales dont je n'arrivais pas à sortir depuis des semaines. Et, n'ayant jamais eu de crise de panique auparavant, j'ai d'abord cru à un AVC.

Pendant cette période perdue, je sais que je suis allée voir mon généraliste à plusieurs reprises. On m'a orienté vers une thérapie cognitivo-comportementale (TCC), on m'a prescrit des antidépresseurs et une forte dose de bêta-bloquants (utilisés pour traiter l'anxiété). On m'a dit que je souffrais probablement d'un trouble d'anxiété généralisée (TAG) et, au début, je n'ai pas posé de questions.
À aucun moment, lors de ces rendez-vous chez le médecin, on ne m'a posé de questions sur ma contraception. Et ce, malgré le fait qu'il existe un lien connu entre les contraceptions hormonales et les "changements d'humeur", c'est-à-dire l'anxiété et la dépression. Ce n'est pas un secret et pourtant des histoires comme la mienne, où ce problème n'est pas directement abordé, sont bien trop courantes.
Une nuit, vers la fin de 2011, j'étais assise devant mon ordinateur portable, incapable de dormir à cause d'une crise de panique qui ne voulait pas s'arrêter. Est-ce que c'était ça, me suis-je demandée ? Mon cerveau s'était-il brisé ? Est-ce qu'il se réparerait un jour ou est-ce que je vivrais le reste de ma vie coincé dans une boucle de rétroaction de terreur et d'anxiété absolues ? La TCC ne fonctionnait pas. Mes peurs et mes sentiments n'étaient pas rationnels ; il m'était impossible d'essayer de les surmonter de manière pragmatique ou logique. Je faisais tout ce qu'il fallait, mais rien n'y faisait. Je me suis regardée dans le miroir et j'ai vu une personne complètement différente de celle que j'étais auparavant. 
À ce moment-là, j'ai réalisé que cette situation avait fait surface peu après que j'ai commencé à prendre la pilule progestative. Ma relation avec la contraception hormonale n'a jamais été aussi compliquée. Dès l'âge de 14 ans, j'ai essayé plusieurs pilules combinées et j'ai souffert d'anxiété, de dépression et de graves changements d'humeur qui, par intermittence, m'ont affectée tout au long de ma vie adulte. Je n'avais aucune libido pendant des années et je n'ai réalisé la gravité de la situation que lorsque j'ai arrêté complètement la pilule à la fin de la vingtaine.
Publicité
J'ai commencé à faire des recherches sur Internet et je me suis retrouvée au fin fond de Reddit et de Mumsnet, lisant post après post de personnes décrivant des expériences et des symptômes similaires aux miens. J'ai arrêté de prendre la pilule et, peu après, les autres médicaments qui m'avaient été prescrits. Six mois plus tard, je me sentais à nouveau moi-même. Je n'ai pas touché à la contraception hormonale depuis lors et, bien que je me sois sentie légèrement anxieuse de temps en temps et que j'aie certainement connu des hauts et des bas, je n'ai jamais - pas une seule fois - ressenti cela à nouveau.
Aujourd'hui, ce point est de plus en plus discuté, même s'il reste un sujet où les messages contradictoires abondent. À l'époque, il y avait moins d'études confirmant le lien entre de graves problèmes de santé mentale et la contraception hormonale, et encore moins d'experts prêts à valider des récits comme le mien, de peur de provoquer une panique qui verrait toutes les femmes et les personnes ayant un utérus - même celles qui ne subissent aucun effet secondaire négatif - abandonner leur contraception et jouer une roulette d'un tout autre genre avec leur corps.
Comme toujours, dans le monde de la santé des femmes, la confusion vient à la fois d'un manque de recherche et d'un manque de volonté d'aborder correctement la santé reproductive, les hormones et la santé mentale des femmes.
Eleanor Morgan, psychologue adjointe et autrice de Hormonal : A Conversation About Women's Bodies, Mental Health and Why We Need to Be Heard, m'a depuis expliqué que "bien qu'il existe une base de données solide prouvant que la pilule contraceptive est bien tolérée par de nombreuses personnes - y compris l'amélioration des symptômes du syndrome prémenstruel - le corps et le cerveau de chaque personne sont uniques. La façon dont une personne réagit à la contraception hormonale peut être complètement différente d'une autre. Il existe des preuves anecdotiques significatives de personnes ressentant une détresse émotionnelle (anxiété ou mauvaise humeur) lorsqu'elles prennent la pilule, ce qui doit être pris au sérieux".
Publicité
Elle ajoute qu'il lui a fallu six mois pour convaincre un médecin de retirer son propre stérilet Mirena (celui qui contient des hormones) parce qu'il la rendait anxieuse.
Je ne compte plus le nombre de femmes du monde entier qui m'ont contactée pour me faire part de leur propre histoire concernant une détérioration de leur santé mentale qui, selon elles, était liée à la contraception hormonale. Je n'arrive pas à croire le nombre de personnes qui ont également le sentiment d'avoir été traitées et rejetées par les professionnels de la santé. Je refuse d'accepter que nous ne puissions pas faire mieux que cela, que les effets secondaires graves restent un compromis potentiel pour vouloir avoir des rapports sexuels réguliers et agréables et éviter une grossesse non désirée.

Le problème est que les études sur la contraception hormonale et ses effets sur l'humeur donnent des résultats mitigés, probablement en raison de la manière dont les études sont conçues et dont la santé mentale des participantes a été mesurée. Il y a peu de cohérence.

Eleanor Morgan
Je trouve du réconfort et de la justification dans le fait de savoir que je ne suis pas seule, mais en même temps, je suis troublée par le fait que tant de femmes semblent avoir vécu des expériences similaires aux miennes. Ce qui me préoccupe le plus, cependant, c'est lorsque des experts me disent que, bien que nous sachions qu'"un sous-groupe de femmes est plus vulnérable à la fois à leurs propres hormones et aux hormones synthétiques contenues dans la pilule", nous ne savons pas "quelle est l'importance de ce groupe de femmes ou ce qui les différencie" parce que la recherche n'existe pas.
La contraception hormonale est, dans l'ensemble, un médicament que les femmes en bonne santé prennent. Or, il pourrait nous rendre très malades, nous éloigner de nous-mêmes et nous rendre incapables de fonctionner. Il s'agit toujours du moyen de contraception le plus couramment prescrit en France, mais le nombre de femmes qui le prennent a diminué. Qui soutient celles qui l'évitent désormais pour qu'elles fassent des choix intelligents en matière de santé reproductive ?
Publicité
Je sais que je n'oublierai jamais le sentiment de vouloir mettre fin à mes jours parce que je ne pouvais pas faire face à des crises de panique incessantes. Mais saurai-je un jour pourquoi je réagis si mal aux hormones synthétiques de la contraception hormonale ? Et Salma ? Peut-être pas, mais cela soulève en soi une question très sérieuse : si nous savons que cela se produit, pourquoi les médecins n'écoutent-ils pas les femmes ? Une fois de plus, on en revient au fossé entre les genres dans la recherche médicale.
En l'état actuel des choses, comme le dit Eleanor Morgan, la vérité est que nous n'en savons tout simplement pas assez sur la façon dont les hormones sexuelles des femmes influencent la santé mentale, sans parler de ce qui se passe lorsque l'on ajoute la contraception hormonale au mélange. "Le problème est que les études sur la contraception hormonale et ses effets sur l'humeur donnent des résultats mitigés, probablement en raison de la manière dont les études sont conçues et dont la santé mentale des participantes a été mesurée. Il y a peu de cohérence", explique-t-elle. "La science entourant les changements signalétiques qui se produisent dans les parties de notre cerveau qui traitent les émotions pendant nos cycles menstruels est également imprécise, de sorte que le mystère reste entier".
"Mais", ajoute-t-elle, "ce n'est pas parce qu'il n'y a pas de base empirique de mesure que la détresse n'est pas réelle !".
Si vous êtes préoccupé·e par l'effet de votre contraception sur votre santé mentale, veuillez contacter immédiatement votre médecin généraliste ou gynécologue.

More from Wellness