Pray Away : un documentaire poignant sur la thérapie de conversion

PHoto : Courtesy of Netflix.
Sans se laisser décourager par la bruine, un jeune homme sympathique vêtu d'un T-shirt noir sur lequel est écrit "Love" en grosses lettres blanches aborde les passant·e·s devant les magasins d'un centre commercial américain. Voudraient-ils prier avec lui ? Il s'agit de Jeffrey McCall, le fondateur d'un mouvement appelé Freedom March, que l'on voit dans les premières scènes du premier documentaire de Kristine Stolakis, Pray Away : désirs martyrisés, qui est actuellement diffusé sur Netflix.
À première vue, McCall et les membres de son groupe pourraient être pris pour un mouvement chrétien accueillant, respectueux des millennials, avec une page Facebook qui présente une iconographie arc-en-ciel et des allusions à l'antiracisme. La vérité est plus sombre. Freedom March est une manifestation moderne de la "thérapie de conversion", définie au début du film comme "la tentative de changer l'orientation sexuelle ou l'identité de genre d'une personne par un chef religieux, un conseiller agréé ou dans des groupes de soutien par les pairs".
Publicité
Bien avant de réaliser ce film, Stolakis a pu constater de visu les effets de cette prétendue thérapie. Ayant grandi dans le nord de l'État de New York, elle était proche d'un oncle qui a fait son coming out en tant que trans dans son enfance et a été soumis à une thérapie de conversion dans les années 60 et au début des années 70 - "à une époque où tous les thérapeutes étaient des thérapeutes de conversion", explique-t-elle, lors d'un appel vidéo depuis son domicile dans le New Jersey. "Ce qui en a résulté, ce fut une santé mentale extrêmement détériorée".
L'oncle de Stolakis est décédé peu de temps avant qu'elle ne commence ses études de cinéma. En vidant sa maison avec sa mère, elle a trouvé une collection de documents provenant d'une organisation pro-conversion, preuve que son oncle avait continué à être affecté par le mouvement de conversion à l'âge adulte. "Quand j'ai trouvé cette pile de brochures, j'étais livide, et j'étais vraiment déterminée à faire un film qui dévoile ce mouvement qui avait ruiné sa vie", dit-elle.
Pray Away : désirs martyrisés est ce film. Dans ce film, Stolakis et son équipe couvrent le mouvement à travers les histoires de certain·e·s de ses ancien·ne·s leaders et survivant·e·s les plus connu·e·s aux États-Unis, des hommes et des femmes qui ont promu l'idée que l'adhésion à une forme spécifique de christianisme permet aux gens de rejeter les identités LGBTQ et de devenir cisgenre et hétérosexuel. Le titre du film fait référence à l'expression "pray away the gay" (priez pour qu'il n'y ait plus de gays), une formule concise qui masque l'extrême douleur et les dommages causés par le mouvement.
Publicité
"La thérapie de conversion faisait partie de la culture dominante lorsque j'ai grandi", explique Stolakis, "et c'est en partie ce qui fait le pouvoir et le problème de ces histoires personnelles - elles racontent que le changement est possible. Elles sont convaincantes. Même si elles sont très trompeuses, elles sont très convaincantes". Tout au long du film, des images d'archives de personnes prétendant avoir "converti" leur sexualité sont coupées par des plans serrés sur les visages de personnes crédules. C'est un motif intentionnel. "C'est vraiment une partie de l'endroit où cela commence", explique Stolakis de ces scènes, "où ce système de croyance qui devient un peu normalisé, un peu grand public, commence".
Un extrait d'une émission américaine de The Phil Donahue Show met en scène un couple d'"ex-gay" qui se retrouve sur un plateau pour un prétendu débat. Un autre extrait montre la journaliste chevronnée de CBS, Lesley Stahl, hochant la tête pendant que le mari "ex-gay", John Paulk, détaille son prétendu parcours de conversion (qui s'est terminé quelques années plus tard lorsqu'il a été aperçu dans un bar gay). "Ces personnes ont été positionnées comme étant 'un côté de la médaille'", explique Stolakis, "alors qu'en fait, il n'y a pas de revers à la médaillle. La thérapie de conversion n'est pas seulement inefficace. Elle est extrêmement nocive et nous savons que c'est un fait".
Le film révèle que de nombreuses personnes du mouvement ont fini par le comprendre elles aussi. "La grande majorité des organisations de thérapie de conversion sont en fait dirigées par des personnes LGTBQ elles-mêmes qui prétendent avoir changé", explique Stolakis. Elle a été surprise de les trouver plus sympathiques qu'elle ne le pensait. "J'étais tellement préparée à ressentir de la colère", confie Stolakis, lorsqu'elle a commencé à réaliser le film. "Mais tant de gens ont de bonnes intentions ; c'est vraiment un monde où les personnes blessées blessent d'autres personnes". Mais, note-t-elle, dans le film "[nous] avons aussi vraiment veillé à ne jamais éluder le fait que, malgré ces bonnes intentions, ce mouvement provoque de sérieuses souffrances".
Publicité
La douleur a été ressentie au plus haut niveau. Pour beaucoup de leaders, maintenir la façade s'est avéré difficile et finalement impossible - plusieurs organisations de conversion autrefois puissantes ont fermé leurs portes lorsque les leaders ont finalement admis qu'ils ne croyaient pas vraiment à la conversion. Nombreu·ses·x sont celles et ceux qui se sont tourné·e·s vers le soutien à la communauté LGBTQ et ont essayé d'aider celles et ceux qu'ils ont pu blesser. Paulk est montré vivant heureux avec son partenaire. Malgré cela, il est évident que le sens des responsabilités persiste. Randy Thomas, autrefois porte-parole et lobbyiste clé d'Exodus International, qui a dirigé des ministères de conversion pendant près de quatre décennies, s'identifie aujourd'hui comme un défenseur des LGTBQ. Vers la fin du film, il admet qu'il est rongé par la culpabilité. "Une personne homosexuelle m'a dit très franchement et directement que j'avais du sang sur les mains", dit-il, semblant au bord des larmes. "…J'ai répondu qu'en ce moment, tout ce que je sais, c'est que j'ai peur de regarder mes mains".
"À bien des égards, ce mouvement est une transphobie et une homophobie intériorisées tournées vers l'extérieur", déclare Stolakis - et tant que la transphobie et l'homophobie existeront, il en sera de même pour les personnes qui croient en la conversion et la promeuvent, comme dans le cas de Freedom March. McCall s'identifie comme une ancienne femme trans (le film le montre en train de raconter son "témoignage" de la détransition). La capacité de Stolakis à dépeindre les multiples facettes de ses sujets est l'une des grandes forces du film, et en Jeffrey, dit-elle, elle voit de bonnes intentions. "Jeffrey, et c'est tout à son honneur, a très vite accepté de figurer dans le film", dit-elle. "Nous avons été directs sur le fait que nous allions inclure des voix critiques… mais nous lui avons aussi fait la promesse de ne pas lui faire dire ce qu'il n'a pas dit. Je crois vraiment qu'il est convaincu d'aider les gens".
Mais le fait de le penser ne le rend pas vrai. Avec la sortie de Pray Away sur l'énorme plateforme de Netflix, Stolakis espère que le documentaire touchera un large public - même celles et ceux qui continuent à croire à la conversion. "J'espère vraiment que les personnes qui font partie du mouvement envisageront de regarder le film", dit-elle, "et envisageront d'ouvrir leur esprit et leur cœur au fait que malgré ces bonnes intentions, ils causent vraiment beaucoup de mal".
Pray Away : désirs martyrisés est actuellement disponible sur Netflix.

More from Wellness