« Le mariage, c’est pour quand ? » Et si on ne posait plus la question ?

Photographed by Anna Jay.

Passé un certain âge, quand on est une femme, on commence à beaucoup demander quand on va bien finir par se marier. Si vous êtes dans une relation à long terme, votre famille et vos amis se donnent amplement la liberté de vous questionner sur vos projets de mariage, que vous en ayez ou non. « Quand vas-tu lui passer la bague au doigt ? » demandent-ils à votre partenaire. « Tu es la prochaine, » chuchotent-ils, avec un clin d'œil, lors d'un mariage. On peut vous prendre en embuscade lors d'un événement social, si vous avez eu l'audace d'atteindre l'âge de 25 ans ou plus sans être légalement unie à une autre personne par les liens du mariage. Vous n'avez même pas besoin d'être dans une relation pour vous qualifier à ces interrogatoires ; beaucoup de femmes célibataires y ont également droit. Si vous en avez ras le bol de devoir défendre votre décision de ne pas vous marier, vous n'êtes pas seule.

Publicité

« Il y a quelques années, ils ont commencé à me demander plus sérieusement quand il allait faire sa demande en mariage, » dit Lily, 26 ans, qui est en couple avec son petit ami depuis presque cinq ans. « L'année dernière, je leur ai dit que je n'étais pas sûre de vouloir me marier et ils ont réagi comme si je leur avais dit que j'allais vivre dans les bois. » Le film préféré du père de Lily est le Père de la mariée et sa mère insiste pour qu'elle installe une grande grande roue (c'est particulier) à son hypothétique mariage. Lily et son petit ami ont déjà abordé la question du mariage, mais ils ne sont pas pressés, car pour eux, l'engagement, c'est une demi-décennie passée ensemble, avoir vécu sur deux continents différents, et adopter un chat très gourmand d'attentions. Mais les questions font toujours mal. « J'ai l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche chez moi parce que je n'ai pas envie du grand mariage, de la robe blanche et tout le tralala. J'ai l'impression d'être brisée, car le mariage au final, n'est ce pas tout ce qu'on m'a appris à vouloir ? »

Phoebe, 29 ans, trouve l'attention extrême portée à sa relation de trois ans quelque peu insultante. « D'une certaine façon, cela diminue tout le reste — les réalisations professionnelles, les relations familiales, les objectifs personnels — et j'ai aussi l'impression que c'est assez démodé, comme si j'étais une femme du début du siècle qui attend désespérément qu'on lui passe la bague au doigt. J'ai des amis et même des connaissances qui m'ont dit : “Je pense qu'il ne va pas tarder à te demander en mariage” et en disant cela, on fait passer la femme en situation de passivité, comme si ma vie était une sorte de jeu qui consistait à attendre que mon petit ami me fasse sa demande. »

Publicité

J'ai l'impression qu'il y a quelque chose qui cloche chez moi parce que je ne veux pas du grand mariage, de la robe blanche et du hashtag Instagram.

Lily, 26 ans

La pression autour du mariage ne s'arrête pas avec l'âge, même pas après avoir eu des enfants. Hélène a 46 ans et a une fille, mais sa famille et ses amis continue de lui faire remarquer l'absence d'un mari. Sur son lit de mort, les derniers mots de son grand-père étaient : « Alors, tu t'es mariée ? » Sa famille et ses amis de longue date continuent à lui demander si elle a rencontré quelqu'un. « Ils disent que je devrais prendre le temps de le faire plutôt que de me concentrer sur toutes ces autres choses, comme gérer ma propre entreprise et élever ma fille, qui sont toutes deux considérées comme des objectifs indignes dans la vie. Ils ne peuvent tout simplement pas comprendre que nous pouvons être heureux sans être fiancés ou mariés. Au 21ème siècle, c'est encore considéré comme un signe d'échec. »

L'obsession du mariage n'est qu'intensifiée par les attentes culturelles. « Ai-je déjà ressenti la pression de me marier ? Je suis sud-asiatique, alors on peut dire que oui ! Chez nous, c'est la norme, » dit Iram, 31 ans. « Tout le monde veut savoir quand tu vas te marier : ta mère, tes oncles, tes tantes, cet “oncle” qui n'est pas vraiment un oncle, qui veut désespérément savoir quand tu vas te marier pour qu'il puisse assister à ton mariage et manger gratuitement. » Iram explique qu'il y a des pressions supplémentaires pour épouser quelqu'un qui a des origines similaires aux siennes, même si maintenant qu'elle a dépassé l'âge de 30 ans, « certains ma famille est prête à faire certaines concessions. À ce stade, n'importe qui avec un chromosome Y et ses propres dents fera l'affaire. »

Publicité

Kirsty, 35 ans, célibataire depuis quelques années, dit qu'elle essaie de ne pas porter d'attention à ces commentaires. « Ça peut vite devenir fatiguant et parfois même blessants. J'ai l'impression d'être une ratée, de ne pas répondre aux attentes qu'on peut avoir à mon égard. Si je signale ce que je fais au lieu de m'installer. Je suis aussi beaucoup sur la défensive. Dans ces cas-ci, l'envie de souligner le taux de divorce est vraiment force ! » 

En réalité, ce n'est pas une si mauvaise idée. Kathrine Bejanyan, thérapeute et consultante en relations amoureuses, explique que vous pouvez prendre le risque de mentionner le taux de divorce (qui s'élève à 52,37 % au niveau national), juste pour faire comprendre que le mariage n'a pas toujours une fin heureuse. Elle conseille également d'essayer de rester calme, plutôt que d'être sur la défensive, car il y a des chances que cette inquisition parte d’un bon sentiment et souvent de valeurs dépassées. « Le mariage peut représenter différentes choses pour différentes personnes. Pour les générations plus âgées en particulier, cela peut signifier bien-être, sécurité et stabilité financière, » dit-elle. « Ils veulent juste cela pour vous, alors essayez de ne pas vous sentir offensée si votre tante ou vos grands-parents ne reconnaissent pas que vous menez une vie heureuse et indépendante. Les temps ont changé, mais cela ne veut pas dire que les mentalités ont changé. »

Prendre une décision basée sur ce que vous pensez être bon pour vous en tant que couple est beaucoup plus important que de s'adapter aux idées des autres.

Kate Moyle, thérapeute de couple

Si vous vous sentez submergée par les questions sur le mariage, que vous soyez célibataire ou en couple, préparez des réponses et même des contre-questions. « Expliquez clairement pourquoi vous ne voulez pas vous marier maintenant (ou même pas du tout), ce qu'une relation représente pour vous et comment celle-ci serait affectée par un lien juridique, » dit le Dr Bejanyan. Vous pourriez essayer de dire quelque chose comme : “J'apprécie vraiment à quel point vous vous souciez de mon avenir, mais ce n'est tout simplement pas le bon moment pour nous ” ou “Je ne doute pas que vous connaissez l’importance d’une telle décision — une décision qui serait mieux prise par moi et mon partenaire.”  Vous pouvez essayer de détourner la conversation en leur disant quelque chose comme : “Y a-t-il une raison pour laquelle vous pensez qu'il est si important de se marier maintenant ? ou même : “Comment était votre mariage et en quoi aurait-il été différent si vous vous étiez mariés tôt ou tard ?.”

La thérapeute familiale Helena Lewis dit que vous devriez essayer de rester fidèle à ce en quoi vous croyez et résister à la pression de vous marier avant d'être prête. « Tenez-vous à votre vérité et à vos principes. Rappelez-vous que vous n'avez pas à plaire à qui que ce soit, même si ce sont des personnes importantes pour vous. Votre principale responsabilité est envers vous-même, » dit-elle. Essayez de ne pas les laisser affecter votre estime de soi, votre personnalité ou de votre relation. « Demandez de l'aide si besoin. Peut-être pas des personnes qui ont du mal à respecter vos préférences à ce sujet. Ca sera peut-être d'autres amis, collègues, livres ou professionnels. »

Il est également important de protéger votre relation avec votre partenaire, si vous en avez une. Kate Moyle, psychologue et thérapeute relationnelle, dit qu'il ne faut pas laisser la pression extérieure changer ce que vous et votre être cher ressentez à propos de votre propre engagement. « Quand on nous interroge constamment sur quelque chose comme les fiançailles, on peut commencer à ressentir de l'anxiété à l'idée que cela ne se produise pas. L'important, c'est d'avoir une conversation avec votre partenaire au sujet de vos attentes relationnelles, de ce à quoi ressemble votre engagement à tous les deux et de ce que vous pensez être important. Prendre une décision basée sur ce que vous pensez être bon pour vous en tant que couple est beaucoup plus important que de s'adapter aux idées des autres. »

Publicité