Prêter de l’argent à ses ami·e·s, bonne ou mauvaise idée ?

produit par Anna Jay ; photo par Kieran Boswell.
Demandez à Google si vous devez prêter de l'argent à un·e ami·e et le consensus parmi les auteur·e·s financiers et les expert·e·s de l'Internet est un non catégorique : c'est gênant, vous ne récupérerez probablement pas votre argent et cela ne vaut pas la peine de détruire une amitié. Mais la base de l'amitié, c'est le soutien mutuel - et parfois, cela nécessite un renflouement financier. Les problèmes d'argent étant un trait caractéristique de la génération millennial, se prêter de l'argent est devenu le pivot de l'amitié moderne. Cela dit, vous devez veiller à ce que cette pratique ne creuse pas de fossé entre vous.
Publicité
Ngoni Chikwenengere, 26 ans, fondatrice de We Are KIN, a prêté 1 000 £ (1 170 €) à une amie proche il y a quelques mois, alors qu'elle avait du mal à payer son loyer. "Elle ne m'a pas encore remboursée. Les textos sont restés sans réponse et je suis de base mal à l'aise vis à vis de l'argent. Je n'aime pas avoir à courir après", raconte Ngoni, ajoutant que, malheureusement, leur amitié est désormais terminée. Lorsque vous faites affaire avec des ami·e·s proches - en particulier celles et ceux qui sont au courant des tenants et aboutissants de vos finances, comme votre salaire et vos économies - il est facile de se sentir obligé·e ou même de se sentir coupable de les aider à se sortir de situations difficiles.
Étant donné le montant relativement élevé du prêt, Ngoni admet avoir eu des réserves dès le départ, mais son amie se trouvait dans une situation difficile, sans aide familiale. "L'argent provient de mes économies, je n'ai donc pas fait de sacrifices personnels, mais cela m'a mit très mal à l'aise. C'est assez d'argent pour qu'on veuille le récupérer, surtout si on est à son compte. Vous voulez toujours que vos économies soient sûres". Alors que des ami·e·s moins indulgent·e·s lui ont suggéré de recourir à la cour des petites créances ou de dénigrer la personne en public, Ngoni déclare qu'elle "préfère en tirer une leçon - ce n'est que de l'argent".
Mais alors qu'elle s'était toujours sentie à l'aise pour prêter de l'argent à ses ami·e·s - la plupart d'entre eux sont également à leur compte, pour lesquels les retards de paiement peuvent entraîner des problèmes de liquidités - la récente expérience épineuse de Ngoni l'a rendue craintive pour l'avenir. Aujourd'hui, "cela dépend de l'ami. Si c'est de l'argent dont je peux me passer ou que je peux offrir, c'est une chose, mais les sommes plus importantes nécessiteront une date de remboursement solide et gravée dans le marbre".
Publicité
Même si vous faites preuve de transparence et d'honnêteté dès le départ, sans conditions de remboursement solides, prêter de l'argent peut toujours nuire aux amitiés. "Il y a quelques années, une amie se lamentait sur sa situation financière", se souvient Elena*, 38 ans, décoratrice à Londres, en précisant que cette amie était connue pour son côté tête en l'air. "J'ai proposé de lui prêter de l'argent et elle a dit que cela l'aiderait vraiment. J'ai été claire - je lui ai dit : 'Je vais te prêter cette somme et tu pourras me rembourser progressivement, tant que tu fais le suivi de l'argent'."
Immédiatement, Elena a transféré 500 £ (585 €) à son amie, lui a envoyé un e-mail pour lui faire savoir que la somme était sur son compte et lui a indiqué ses conditions de remboursement et ses propres coordonnées bancaires. "Je n'ai même pas reçu de remerciement". Six mois se sont écoulés et elle n'avait toujours pas reçu le moindre centime en retour - alors que son amie travaillait à l'époque - ainsi Elena l'a relancée. "Elle était blasée et m'a dit : 'Oh, renvoie-moi tes données bancaires'. Je me suis dit, pourquoi devrais-je lui courir après ? Ça ne semblait pas la déranger du tout alors que, pour ma part, ça me rendait folle. J'ai commencé à craindre que cela devienne un problème".
Les jugements et les sentiments forts autour de l'argent abondent - et sont heureusement évoqués par les rédact·eur·rice·s et les influenceu·r·se·s plus ouvertement ces derniers temps - et le grief d'Elena s'étendait au-delà de la négligence de son amie. "Elle vient d'une gentille famille de classe moyenne et je sais que cela me fait paraître affreuse, mais c'est ce qui m'est venu à l'esprit. L'argent provenait de mes économies durement gagnées". Un an et demi plus tard, craignant de ne jamais récupérer ses 500 £ (585 €), Elena a soulevé la question avec son amie. Encore une fois. Je lui ai dit : "J'ai peur que tu ne me rembourses pas du tout", alors elle a emprunté l'argent à ses parents et m'a remboursée. Pas de 'désolée', pas de 'merci'".
Publicité
Cela dit, l'incident n'a pas dissuadé Elena de prêter de l'argent à d'autres personnes - deux amis lui ont remboursé 200 £ (234 €) et 100 £ (117 €) ces dernières semaines. Bien qu'elle soit "toujours proche" de son amie tête en l'air, Elena ne refera pas la même erreur avec elle. "Je détestais devoir passer pour la méchante en demandant le remboursement de mon propre argent tous les six mois. Je crois sincèrement que si je n'avais rien dit, elle aurait complètement oublié".

Je détestais devoir passer pour la méchante en demandant le remboursement de mon propre argent tous les six mois. Je crois sincèrement que si je n'avais rien dit, elle aurait complètement oublié.

Elena*, 38 ans
Nous savons ce qui se passe lorsque prêter de l'argent à des ami·e·s tourne au vinaigre, mais comment faire pour bien faire les choses ? Dans un premier temps, déterminez si vous pouvez vous permettre le montant - est-ce 50 £ (58 €) ou une somme beaucoup plus importante ? "S'agit-il d'argent disponible qui traîne en espèces ou sur un compte d'épargne facile d'accès ? Et s'agit-il d'argent dont vous n'aurez certainement pas besoin dans un avenir proche ?", déclare Lynn James, experte en finances personnelles et fondatrice de Mrs Mummypenny.
Ensuite, pensez à l'ami·e en question (soyez honnête). James suggère de se demander : "Avez-vous 100 % confiance dans le fait que votre ami va vous rembourser ? Et comment vous sentiriez-vous s'il ne le faisait pas ? Cela mettrait-il fin à votre amitié ou êtes-vous prêt à laisser couler ?" Si vous avez des doutes, ne prêtez pas d'argent si vous n'êtes pas prêt·e à ne plus en voir la couleur.
Demandez à la personne pourquoi elle a besoin de cet argent. Cherchez à savoir si quelque chose ne va pas (pourrait-elle avoir des problèmes d'endettement, de dépenses émotionnelles ou de dépendance au shopping ?) et s'il y a de la famille à qui elle pourrait s'adresser, recommande la gourou des finances personnelles Bola Sol. "Si la personne ne veut pas répondre, alors j'envisagerais de dire non. Si je découvrais après avoir prêté de l'argent que c'était pour quelque chose que je considère comme une dépense frivole, je serais énervée". Un loyer, une crise de liquidités ou une voiture cassée ? Aucun problème. Une jolie robe neuve ? Moins important.
Publicité
produit par Anna Jay ; photo par Kieran Boswell.
Pensez aussi à ce que vous ressentirez en voyant votre ami·e dépenser "votre" argent. "Lorsqu'une banque vous prête de l'argent, elle n'est généralement pas contrariée par le fait que vous êtes parti en vacances en Grèce et que vous avez acheté des jeans Arket avant d'avoir remboursé intégralement votre crédit", explique la journaliste et auteure de Money : A User's Guide, Laura Whately. Mais en tant qu'ami·e d'une personne, vous pouvez commencer à vous sentir lésé·e si elle semble dépenser pour des choses que vous considérez comme frivoles alors qu'elle a une dette impayée envers vous. Si vous savez que vous serez ennuyé·e de la voir faire ses propres affaires, Whateley suggère : "Soyez clair dès le départ, sinon convenez d'une date à laquelle vous vous attendez à être remboursé, et ne vous énervez pas avant cette date. Ce n'est pas à vous de juger de la façon dont cette personne dépense l'argent".
Il en va de même pour votre approche générale en terme d'argent : réfléchissez-y avant que l'argent ne change de mains. "Si votre ami a une attitude complètement différente de la vôtre vis-à-vis de l'argent - s'il est un dépensier invétéré, alors que vous êtes un épargnant prudent - réfléchissez-y à deux fois avant de lui prêter de l'argent. L'argent est tellement chargé de valeur que vous pouvez trouver la façon dont votre ami dépense profondément irrespectueuse alors qu'il ne lui est peut-être même pas venu à l'esprit que ses choix vous dérangent".

Si votre ami a une attitude complètement différente de la vôtre vis-à-vis de l'argent - s'il est un dépensier invétéré, alors que vous êtes un épargnant prudent - réfléchissez-y à deux fois avant de lui prêter de l'argent.

Laura Whately, journaliste et auteure de Money: A User's Guide
Ensuite - une chose cruciale et recommandée par James, Sol et Whately - fixez des conditions de remboursement solides. "Convenez de la manière dont l'argent sera remboursé, sur quelle période et quel sera le montant mensuel. Mettez en place un virement permanent pour que le paiement vous parvienne automatiquement. Vous n'avez pas besoin de vous occuper de la gestion d'un paiement chaque mois".
Publicité
Vous pourriez même établir un contrat précisant les modalités de remboursement et indiquant si vous prévoyez des intérêts sur le prêt. Sol ajoute : "L'amour ne paie pas les factures et les suppositions non plus. Ne faites pas en sorte que prêter de l'argent à un ami soit uniquement lié à la relation que vous avez avec lui, car il est facile de profiter des personnes qu'on aime le plus".
Enfin, Sol recommande de faire un point sur votre amitié, surtout s'il s'agit d'un·e ami·e précieu·se·x. "Faites-lui savoir que vous ne voulez pas que [le prêt] change votre amitié et que vous tenez toujours profondément à lui." Vous pourriez même suggérer d'être le partenaire de responsabilité financière de l'autre à l'avenir.
Lorsque c'est bien fait, prêter de l'argent à nos proches peut renforcer ces relations. "J'ai toujours eu un sentiment étrange à l'idée de prêter de l'argent à mes amis et petits amis, craignant que ce soit gênant si les choses tournent mal et que je doive demander le remboursement", admet Simone*, 29 ans, avocate à Londres. C'est pourquoi prêter 5 000 £ (5 849 €) à son fiancé récemment pour des raisons de liquidités professionnelles n'a pas été une mince affaire.
Simone savait pourquoi il avait besoin de cet argent, qu'elle pouvait lui faire confiance au vu de ses antécédents et, comme elle avait un emploi bien rémunéré, elle savait aussi qu'elle ne mourrait pas de faim. Mais le prêt représentait toujours la plus grosse somme d'argent qu'elle ait jamais transférée de toute sa vie, et le risque d'un conflit financier est considérable dans les relations amoureuses. Simone est optimiste et pense que cela ne fera que consolider leur couple. "J'espère que la confiance que nous nous soutiendrons tous les deux dans les moments difficiles rendra notre relation et notre mariage encore plus forts".
*Les noms ont été modifiés

More from Work & Money